Publié le

Epaves vierges en Tunisie avec Pascal Bernabe

Exploration des épaves vierges en Tunisie avec Pascal Bernabe

Las, suis las d’attendre que mon binome de Papa fasse son CR sur son voyage de plongées d’explorations d’épaves vierges en Tunisie qu’il a fait avec Brigitte Pascal Bernabe et Francois Brun. déjà que je suis Jaloux, mais en plus lui a la flemme !

Papa a simplement « daigné » me faire passé ce mail de Francois Brun :

BONJOUR A TOUS,

voici des montages sur les épaves de notre super expe. Même si les conditions météo ont été difficiles, faire deux épaves vierges dans la semaine est tout à fait exceptionnel. ELLES SONT VIERGES, justement parce que les conditions sont difficiles. Je rentre à nouveau de 6 jours en Tunisie et je n’ai pu faire que 2 plongées, mais à nouveau sur une autre épave vierge ( à Monastir derrière les iles Kuriat) avec des jerricans, chassi de véhicule militaire, fûts d’essence etc.

Ces photos témoignent de ces plongées exceptionnelles.

Je vous invite à acheter le dernier « Plongée magazine » dans lequel il y a le tout premier article (jamais réalisé dans aucun magazine français) sur une épave de Tunisie: « Le Carbonia ».

exploration epaves vierges tunisie pascal bernabe francois brun

Exploration épave vierges en Tunisie

exploration epaves vierges tunisie pascal bernabe francois brun

Exploration épave vierges en Tunisie

exploration epaves vierges tunisie pascal bernabe francois brun

Exploration épave vierges en Tunisie

exploration epaves vierges tunisie pascal bernabe francois brun

Exploration épave vierges en Tunisie


Video de l’expé épave en Tunisie
Publié le

Plongée lac du Bourget épave avion Nazi FW58

Plongée lac du Bourget épave avion Nazi FW58

J’apprend dans la semaine par phiphi qu’il a ce week end un groupe d’italien qui vient plonger sur l’épave de l’avion du lac du bourget pour en faire un film et un reportage. Il ne sont que quatre, et on peut plonger dimanche. Papa, lui sera samedi à Thun pour plonger avec Yvan et Bri, ils ont prévu de faire 110.

lac de thun

Automne sur le Lac de Thun en Suisse

Donc Après la plongée de papa et ses 110 m Samedi rendez vous au lac du bourget pour plonger sur l’épave du FW58. lac de thun

Première neige, au Lac de Thun en Suisse.

Il va faire un « éffort » pour faire l’avion dimanche. Donc Dimanche à 8H30, rendez vous chez philippe. Le temps est maussade, et frais. On prépare le matos et on va au lac. Celui-ci est très plat et calme. On part à deux bateaux, les italiens sur celui de phiphi et nous sur celui de serge, qui veut en profiter pour tester son zod. A l’aller une petite course entre notre 150 ch et son 90 ch chargé et on le pose. fw 58 deep ccr tartiflette team

On positionne le bateau a l’aplomb de l’épave du FW58

Plongée sur l’épave de l’avion FW58 au lac du Bourget

On va laisser partir les italiens en premiers avec leur caméra et leur Bails Out de 20 litres acier !!! En diluant on a un Tx 7/74 et par flemme j’embarque uniquement un bail out de 8/64 et un 30/35. On se met à l’eau, aidé par serge et un italien. On s’arrette à 5 mètres pour le bubble check mais il y a plein de bulle qui remonte du fond, les italiens sont en train de remonter et ils purgent, donc useless. Allez Go ! On sera en bas en 3’55, un peut lent ma foix. En fait j’ai froid, à 95 mètres on est pile au niveau de la queue de l’avion, et on a sa croix gammée pile en face des yeux. Un morceau de toile pend d’un aileron arrière, c’est tout frais ca n’y était pas en juin quand nous avons plongé dessus.

On suit le fuselage, et on descend jusqu’au fond, le faisceau de ma trois led « sola » perce l’obscurité, c’est comparable au HID Dive Rite de pervers en légèrement moins puissant. Je colle le phare Bersub à coté qui difuse plus largement sa lumière jaune, mais qui n’arrive pas à pénétrer autant. L’eau est très claire. On fait le tour de l’avion, mais je n’ai pas envie de faire du rab, je suis sure que je vais me les meuler, papa semble avoir le même ressenti que moi, car il entame la remonté sur la queue, et me fait signe fin de plongée après 12 minutes. On remonte donc, mais assez doucement au début. Le jour apparaît vers 60 mètres. Plus tard lorsque je veux enrichir en manuel, rien ne se passe ! J’ai beau appuyer sur l’inflatteur nada !, Merde pensais je panne d’oxy ? Je check les cellule tout va bien et le solenoide injecte ! Lors des testes tout marchait , donc je tripatouille le toyo et hop ca marche ! Superbe. On atteind la barre de palier et les italiens qui finissent. C’est long et le froid s’installe. Enfin on sort au bout de 98 min. semi-rigide
Serge et son fils nous attendent avec la brioche le thé les FRAISES TAGADA !!! MIAM Serge met poignée dans le coin et on dose la barge de phiphi sur le retour. papa se les meules

On se les meules au retour !

valee de chambery En discutant avec un des Italiens, ils me confirment que celui-ci est l’inventeur d’une épave de sous marin retrouvé par 123m de fond au large de gène, mais je n’ai pas eu le temps d’approfondir la conversation c’était l’heure de partir.

 

 

Belles couleurs dans le ciel de chambéry au dessus du lac du bourget

profil fw58 lac du bourget

Publié le

Recycleur revo homologue CE

Recycleur Revo certifié CE

Les recycleurs de plongée Revo sont homologués CE

rEvo Rebreathers annonce l’obtention de la certification type CE pour les rEvo III

 

Recycleur Revo III
Recycleur Revo III

Ben maintenant tu peux les avoir en trois formats une fois ! Allez à tantôt !

Il y a deux jours je recois ce mail en double :

rEvo Rebreathers est très heureux d’annoncer avoir reçu confirmation de l’entière conformité des rEvo III aux spécifications prEN14143:2009 base du (futur) nouveau standard recycleur EN14143:2009. Le standard EN14143:2009 succédera au EN14143:2003 ; il a été envoyé aux comités techniques nationaux pour avis (ce qui signifie qu’il peut dès aujourd’hui être utilisé pour une certification) La conformité des rEvo aux nouveaux standards est acquise pour la version manuelle (mCCR) comme pour la version automatique (hCCR), et ce dans les deux modèles (classique et mini). Dès que les derniers tests et certifications de quelques composants (robinets des blocs et manomètres HP) auront été validés par l’organisme approbateur, le certificat sera émis. Après quoi, à partir du 1er janvier 2010, rEvo Rebreathers livrera directement sur le marché européen ses machines conformes au type CE. Ce résultat couronne plus de deux ans de travaux, de développement, d’essais, d’investissements considérables (le centre de test recycleur), mais aussi, et nous les en remercions, le soutien et le partage d’expérience de nos clients. rEvo Rebreathers continuera de se développer et restera à l’écoute de ses clients et préoccupé de leur satisfaction. Pour rEvo Rebreathers Paul Raymaekers

Je dis « BRAVO !! » c’est mieux que le MEG ! Mais j’ai quand même une ou deux suggestions à Faire à notre ami belge fabricant de recycleur tap tap en tôle emboutie : Le top du top serait de rajouter quelque superbaballe du chat à Gaston lagaffe sous le recycleur, comme ca pour le démarrer tu le laisses tomber par terre et il rebondit directement sur tes épaules !!!!!! OOOUUUAAARRRFFFFF trop fort !! Plus besoin de se fatiguer pour le mettre ! Allez Ciao ! Je fonce breveter l’idée et négocier les droits avec Paul ! revo-rebreathers.com/

Publié le

Festival de la plongée tech Deep Wall 2009

Festival de la plongée tech Deep Wall 2009

C’est la troisième édition du festival de la plongée tech cette année, et ce sera une petite édition à cause de la crise, moi même je ne savait pas si j’allai y aller ou non, au dernier moment je decide de descendre le vendredi soir pour plonger le samedi et le dimanche, Papa lui descendra jeudi pour plonger le vendredi en sus et Pervers est descendu Mercredi pour faire les quatre jours. Le festival a lieu du 15 au 18 Octobre 2009.

Vendredi midi je charge la C4, malheureusement c’est un coupé c’est la seule « plaque espagnole » routière de disponible, ca va pas être facile, 3 bails Out, plus la machine et tout le toin toin. Vendredi 18H je suis sur la route ca c’est sur c’est pas la bonne heure, la sortie de Chambéry prend deux plombes, celle de Grenoble, plus encore, ca va pas être facile de tenir mes engagements : être à l’heure au restau à Cavalaire à 21H30, pas gagné !

Heureusement j’ai mes aides à la conduite, sur l’autoroute grosse circulation jusque Orange ca va pas être facile ! Chargée la Citroen C4 HDI 140 avoue ses limittes en virage à partir de heu……chut.

Pari presque gagné avec l’arivé à 21H35 juste à temps pour une pizza dégeu. Bizes à tout le monde que je connais tous. deep wall 2009 Le 17-10-2009 Le lendemain c’est fête à bras, lever de bonne heure, il fait encore nuit, une montagne de nuage se dresse en face de nous, c’est pas bon signe. temps maussade cavalaire deep wall 2009

Une montagne de nuage au lever du jour impréssionnant.

Etant donné que papa n’est pas le maitre d’hotel par excellence et ormis le café…et je passe en ville prendre un jus d’orange et un chausson au pommes chaud….grave erreur, je m’en rendrais compte tout à l’heure. Le magasin de plongée techniplongée a prété du matériel à papa les dernières palmes de Scubapro et une nouvelle lampe de plongée à led de dernière génération afin que nous les testions pendant ces quelques jours.

Aujourd’hui je vais donc tester les dernières palmes de Scubapro. On se prépare, mais le temps ne s’améliore pas, les recycleurs seront sur le bateau de momo, et les bulleux sur celui d’Arnaud. On est en retard, le bateau d’arnaud a déjà pris la mer : il se dirige droit sur « Gorge Profonde » le nouveau canyon, on y arrive plus tard mais impossible pour nous d’y aller on a des normoxiques sur le bateau et le tombant commence à 80 90 mètres ,

Me…, depuis le temps que je veux le faire!!! On se Dirige sur le tombant à mémé, mais la mer tape trop, le temps se dégrade et la récupération risquerait d’être impossible, on se dirige donc sur la roche Hollande, une roche entre 60 et 75 mètres. Zut Zut et re zut. Donc je prendrai mon bail de 21/40 et celui de 30/35.

On se jette à l’eau et au premier coup de palme…je ne les sents pas, c’est comme si je ne portais rien aux pieds, pourtant elles vont super bien, elles poussent et sont très réactives, sans faire d’effort. Il a fallut qu’on en fasse trois fois le tour pour trouver les 75 mètres !! c’est plat de chez plat !! par contre on y trouve de grosses langoustes, du corail et de belles gorgonnes. Bien sur suis en panne de phare, oublié de le charger. Au bout de 26 minutes, on pense à remonter, faut pas qu’on dépasse 1H30 de plonge ce sont les consignes. On remonte le long du bout, il l’on laissé en place, on comprendra plus tard pourquoi, l’ancre était plus que trop bien accrochée. C’est là que commence ma mauvaise digestion : le jus d’orange se bat avec le café et mon chausson aux pommes dans mon estomac, mais pas envie qu’il y en ai un qui gagne contre moi : l’envie de gerber ne me quitte pas. On sort en 97 minutes. profil roche hollande deep ccr tartiflette team

Profil gentil pas agressif pour une fois bon quand même 97 mins

Rentrés au port, le temps de ranger le matos, on va manger au bar du port, Chantal décide de nous emmener au cap lardier se prommener , mais bon en bonne parisienne, sans son tromé sa tour eiffel et sa tour montparnasse elle perd son sens de l’orientation et on se retrouve au cap Canaille…mais c’est un cap que dis-je une péninsule ! phare cap canaille deep ccr tartiflette team

Merci chantal mais ca ressemble pas à ta tour montparnasse infernale !

deep ccr tartiflette team

The whole Deep CCR tartiflette team

Le soir c’est apéro chez aldo, il a refait son appart, on voit qu’une femme est passé par là. Très gros apéro on a super bien été reçus avec plein de spécialité italiennes et espagnoles !!! ouarffff party chez aldo

Party chez aldo superbe ambiance et gogo danceuses !

papa et le gone surpris en pleine passion

Mais pacsez les !! bon dieu !!

Un petit tour au pizzayole pour pousser le tout avec un tartare et dodo !

Dimanche 18-10-2009 Bon ce matin ya encore du vent, le temps est incertain la mer n’a pas l’air top et ca meule, rien à voir avec deux ans en arrière ! Faut chercher la motivation, au petit dej biscuits sec de papa ca vaut mieux pour l’estomac. papa se les meules à cavalaire

Papa se les meules en montant sa machine

Ce matin notre bateau part de bonne heure momo fait peter les watt et on pose celui d’arnaud. Direction le tombant à mémé. On va partir en troisième palanquée, Aldo veut faire des photos.

On saute à l’eau, il y a du jus, il faut descendre vite, zou ! On disparaît sous l’eau, un petit canard et ca descend descend et merde ca remonte !!?? je sent s mes palmes qui sortent de l’eau, dans la précipitation j’ai oublié de purger un truc !!!! Allez c’est reparti ! A 4 mètres pervers m’attend, et là je ressort ma technique brevettée, tu respires pas pour pas déclencher l’adv, tu gonfles rien, seulement la combare quand ca te serre tellement les roubignoles que tu as le lait qui monte aux oreilles ! J’ai litéralement posé pervers, papa est déjà au fond lui. Le courant m’a déporté du bout, et je suis à une vingtaine de métres et il faut que je palme, l’inconvenient de ce type de descente c’est l’éssoufflement, faut se calmer. Plus bas vers 66 mètres, Tous les plongeurs sont déjà en train de poser devant l’objectif d’aldo, papa fait le guignole et passe devant tout le monde pour squatter l’objectif, frimeur va ! Puis jérome décide de faire sa gonzesse et prend la pose
devant les gorgonnes face à l’objectif d’Aldo. tombant a meme deep wall 2009

Le tombant à mémé de cavalaire

Ca fait plus de 7 min qu’on est dans l’eau faut peut être qu’on bouge maintenant, beaucoup plus bas j’apercois Jean Marc et Chantal. Chantal teste un nouveau type de formation le tout en un, niveau 2, et 3, nitrox 1 et confirmé, trimix, et CCR air et trimix tout en même temps en 15 jours ! Oulalala plus rapide que moi ! On reprend le chemin de la descente, ca devient un peu désertique. Je vois un peu plus loin philippe et serge qui descendent eux aussi ca sent la première 120 pour Sergio cà ! A 120 je gueule stop ! Sinon papa il aurait pas freiné, après c’est moi qu’on accuse de creuser !! On remonte le long du tombant devant les magnifiques gorgonnes les langoustes, les failles, mon phare est useless ! Devant la puissance du LED 2000 Tilly tec de Jerome et du led de papa mon bersub halogène de 50 W a l’aire d’une bougie, je le coupe y sert à rien. On remonte pleine eau, et papa lance son parachute vers 45 mètres, il fait des progrès mon papa, il lâche un parachute il prolonge ses décos il a pris de la maturité, c’est bien. Vers 25 mètres j’en fait de même, c’est tellement mieux. Jerome lui fait le Warrior et se balade entre 3 m et 8m pas idéale pour la déco. profil 120m jerome cavalaire deep wall 2009

Un profil qui meriterait d’être approfondie !

chantal pervers notre charmante photographe

Merci à Chantal notre Photographe

Les plongeurs tech de Savoie
Les plongeurs tech de Savoie

Les plongeurs tech de Savoie

deep wall 2009

Les plongeurs recycleurs du deep wall 2009

deep wall 2009 plongeurs au palier deep wall 2009

Des plongeurs au palier au Deep Wall 2009

deep wall 2009

plongeurs sur le tombant

Publié le

Première plongée à 120 m de Pervers à Cavalaire

Première plongée à 120 m de Pervers à Cavalaire

Jérome dit pervers pour les intimes vient de nous faire sa première 120m à Cavalaire lors du Deep Wall 2009. C’est donc lui qui rédige son CR.

PENILEX, SED LEX Oui bon ,je sais elle est facile, et le titre de ce CR est tout naturellement venu à mon esprit après cette aventure. Laissez-moi-vous raconter cette histoire survenue à votre valeureux narrateur au retour d’une exploration lors du Deep Wall de Cavalaire en Octobre de l’an de Grace 2009. Nous nous retrouvâmes de bon matin au début de cette dernière journée de Dimanche du Festival Tech renommé à l’occasion, car moins important en nombre de plongeur (25 au maxi cette année en comptant les plongeurs en circuits ouverts en minorité ). La Tartiflette team est au complet pour finir en beauté cette série de 4 plongées commencées sous un ciel pluvieux, mais se terminant sous un beau soleil d’Octobre. La nuit a été pluvieuse et orageuse, mais un léger vent disperse les derniers nuages de ce petit matin frisquet(un petit 12°c nous accueille au saut du lit). Rendez-vous est donné au port à 8h15 comme chaque matin , après un petit déjeuner copieux, ou nous avons l’habitude d’ingurgiter force liquide afin de nous hydrater correctement avant d’entamer cette plongée et surtout de faire disparaître le gout râpeux de picrate avalé la veille au soir. J’ai préféré remonter mon recycleur hier soir,il dort dans la voiture, de manière à être complètement opérationnel avant cette dernière plongée. pervers chauffe la chaux du vision Cette fois-ci encore ,ce sera avec un Diluant trimix 7/70 que nous terminerons cette semaine de plongée ; comme d’habitude, j’embarque deux S80 en Bail out de secours, avec d’un coté un Trimix 14/60 et de l’autre un Nitrox 32. J’ai calé la décompression du recycleur Inspiration Vision avec des Gradients factor à 15 /85 Mon Liquivision X1 sera quant à lui paramétré avec un VPM-B conservatisme +4 en mode CCR, la réchappe en CO sur VPM avec Zéro de conservatisme. Les DP se consultent et décident que nous termineront sur le Tombant à Mémé, qui devrait être plongeable compte tenu de la chute de la houle. Objectif du jour demandé par Aldo, notre DP à bord : un maximum de plongeur se retrouvant en haut du tombant vers 65-70m pour une petite séance photos à laquelle nous nous prêterons volontiers, puis départ vers la zone des 100m avec le reste de l’équipe du Tartiflette Team. deep wall 2009 Dans tous les cas, un objectif temps limite a été fixé à 1h30 maxi ,avec limite absolue de ne pas dépasser : 2h en immersion. A nous de gérer notre plongée comme nous l’entendons ,à condition de respecter la profondeur limite de 120m. pervers se met a l'eau deep wall 2009 J’ai réussi à m’approcher au bord de la plage arrière du bateau en suant comme un boeuf dans ma combinaison étanche ,à cause des 50 et quelques kilos de matériel que je traine sur le dos et sur les épaules . Au signal « Go » lancé par Momo, notre Capitaine du bateau, nous nous jetons à l’eau et nous retrouvons Papa, Le Gone et moi sur la bouée de balisage dont nous saisissons le bout afin d’entamer la descente vers le haut du tombant situé à 60m. Papa descend comme une fusée , Le Gone a quant à lui peu de mal à descendre ;bon samaritain, je décide de l’attendre ,alors qu’un courant nous éloignent assez rapidement de la balise. Le temps de me retourner, je vois Papa qui a déjà atteint le fond(on repassera plus tard pour le Bubble check de sécurité).On dirait qu’il a hâte de jouer les stars devant l’objectif de l’appareil photo.

Le gone a déjà lâché la fusée ,et s’est retrouvé au fond en deux temps trois mouvements ,après m’avoir doublé ;quelle équipe de bras cassés ; le Gone est en train de palmer à -60m afin de rattraper le haut du tombant dont il s’est éloigné pendant la descente. Nous retrouvons à une dizaine de plongeurs, bulleux compris, devant l’objectif du photographe qui essaie tant bien que mal d’orienter les plongeurs indisciplinés que nous sommes . Je rejoins Papa et le Gone qui m’attendent une dizaine de mètres plus bas ,après avoir pris à mon tour la pose adéquate devant devant un bouquet de Gorgones. deep wall 2009 Mes deux compères s’impatientent. Nous glissons maintenant vers l’obscurité du tombant et passons la marche des 90m, en gardant un oeil rivé sur la console de l’ordinateur du Vision. Je « tire » sur l’ADV de manière à gonfler mon sac Inspiratoire avec du diluant afin de compenser la pression à cette profondeur. Nous arrivons à 120 mètres ; J’ai déjà commencé à gonfler mon gilet de manière à me caler à cette profondeur plancher un peu avant, mais je dépasse cette profondeur de 2m ; Papa est 3m en dessous moi, il ‘est oublié encore une fois, coutumier du fait comme il l’est à son habitude.

Profil de plongée

Mon phare fouille l’obscurité en dessous de nos palmes ,là ou se commence la zone interdite ;rien ne semble bouger dans cette zone quasi désertique que quelques rares plongeurs ont eu l’occasion de découvrir. Le gone est resté légèrement en dessus de nous ;le tombant se révèle à peine à nos yeux en pleine obscurité, malgré la lumière de nos lampes de plongée qui éclaire cette partie de la roche qui ne semble jamais baignée par la lumière naturelle. Une faune fixée assez pauvre y réside ;je fouille la moindre anfractuosité à l’aide mon phare de plongée Le 2000 de Tyllitec, qui envoie du lourd à cette profondeur : je ne regrette pas mon achat récent. Nous entamons la remontée , accompagné par les antennes de quelques langoustes qui semblent guetter notre passage. Nous retrouvons le haut du tombant vers les 70m et la vie qui s’y accroche, parmi les Gorgones, et autre rascasses qui semblent nous dire qu’il est temps de remonter. Celui ci se découpe dans le halo bleuté légèrement laiteux qui s’étend vers la surface.

Déjà 25min en plongée ;le temps de remontée estimé est de 70 min à ce moment ;sur un signe convenu ,nous entamons notre cette dernière en peine eau ;papa largue son parachute vers les 50m, rejoint bientôt par le Gone, qui décide lui également d’assurer son confort de remontée; surtout nous devons veiller à ce que les deux parachutes restent suffisamment éloignés l’un de l’autre afin de ne pas perturber l’équipage de sécurité sur le bateau qui pourrait croire que les deux balises ainsi lancées en surface sont annonciatrices d’un problème au sein de notre palanquée, nécessitant l’envoi de la ligne de secours équipée des relais.

Nous égrenons les secondes et les minutes, attentifs au bruit du solénoïde qui injecte l’oxygène régulièrement au fur et à mesure que nous approchons de la surface. Au bout d’une heure, il nous reste encore pas moins de 40minutes environ de déco . Une envie pressante se fait irrémédiablement sentir, envie que je sais pouvoir circonvenir grâce à la purge Pipi que j’ai fait monter cette année sur mon étanche ;malgré tout ,je décide d’attendre encore un peu, afin de palier à tout risque d’inconfort, qui pourrait être lié à la moindre défaillance du système :la question étant de limiter au maximum la durée d’un éventuel bain de pied dans la combi étanche dans ce cas .

Bon au bout de 5 minutes de plus ,je comprends que je n’en peux plus, et décide de lâcher les vannes ; evidemment,avec cette satanée combi complètement purgée et plaquée sur le corps ,pas évident d’effectuer la gestuelle adéquate : malgré tout , je remplis légèrement les jambes comme d’habitude et essaie de me détendre en essayant de ne pas penser aux regards des deux autres à qui j’ai l’impression de délivrer un spectacle gratuit ;je sens quelque chose cloche, on dirait que le flexible d’évacuation s’est vrillé sur lui-même ,réduisant à néant mes efforts répétés d’expulsion ; j’ai beau évacuer un peu comme le confirme la chaleur qui irradie sous la paume de ma main que je place devant la soupape d’évacuation située sur ma jambe gauche, la majorité du bulletin de vote reste confinée dans l’urne si j’ose dire ;’ai beau me tortiller dans tous les sens rien à faire . Je vous passe les détails de la demi heure restante ou je sens qu’il me viens la transpiration malgré l’eau à 21°C ;je n’arrête pas de yoyoter entre 8m et 3m, entre mes différentes tentatives infructueuses ;j’ai du mal à me caler à un niveau et à y rester, en essayant d’alterner toutes les postions possibles et imaginables de manière à me soulager au mieux. Je me maudis d’avoir avalé les trois verres de jus d’orange au petit déjeuner de ce matin. Enfin arrive la remontée finale au bout de 98min de plongée.


pervers sort de leau deep wall 2009 deep ccr tartiflette team

La délivrance approche. Sur un signe OK, le bateau s’approche de nous ;j’ai déjà dégrafé les clips bas des deux Bail-out afin d’accélérer la sortie ;une main charitable vient récupérer ces dernier avant que nous grimpions sur le pont du bateau ;ce faisant, j’ai à peine eu le temps de poser la palme sur le premier barreau de l’échelle perroquet, que je me saisis de ma collerette étanche que j’écarte un peu de manière à faire pénétrer de l’air dans cette dernière, et ainsi réduire la pression intérieure, tout en tirant sur le bas de la combinaison de manière à remettre de l’ordre dans tout ça. profil 120m jerome cavalaire deep wall 2009 Fatale erreur , car le contenu du système se répand immédiatement au fond de mes bottes :comme qui dirait « Je me suis pissé dessus » . Je n’ai plus qu’à m’exiler à l’avant du bateau afin de me déshabiller et à évacuer le reste ,ce que je fais prestement . Comme quoi ,il aura fallu que j’attende 44 ans pour me pisser dessus ;une pensée me vient alors à l’esprit ,alors que j’essaie tant bien que mal de réparer les dégâts avec un semblant de nettoyage: quand on sera très vieux, ça sera tous les jours comme ça……..mais pas pour les mêmes raisons.

Jérôme dit « Le pervers » Cavalaire, le 19/10/2009

Une partie de l’équipe de plongée de retour sur le quai.

plongeurs ccr deep wall 2009

Publié le

Plongée grande Cale lac du Bourget

Plongée sur le site de grande Cale au lac du Bourget

Ce dimanche rendez vous au lac du Bourget avec Papa, Brigitte et Yannig pour descendre à fond de grande Cale !! Pour voir si le fillet est toujours là.

Rendez vous ce matin à Charpignat au lac du Bourget avec Yannig papa et Bri pour tester Grande cale. Je fais la connaissance de Yannig, c’est la première fois que je vais plonger avec lui. Le temps de monter tout le matos dans le zod de Christophe, je veux tester ma config avec 4 bails out, pour préparer des plongées longues. Mais aussitôt mis à l’eau je me rend compte tout de suite que je suis complètement déséquilibré du coté droit, en effet, les deux blocs du coté droit sont tellement chargé en hélium qu’ils flottent alors que ceux du coté droit coulent, c’en est dangereux donc j’en repose deux. Je ne conserve que du 12/60 et du 30/30.

On y va c’est parti, on a amarré au nord, donc on va prendre le tombant à l’envers à main droite. J’ai pas bien compris qui est avec qui mais on va rester tous ensemble !!??!! On descend jusque 95 m puis on longe le tombant petit à petit ca descend doucement jusque 105 mètres, on longe les cailloux et on tombe nez à nez avec ce fameux filet. Il est pris dans les rochers à 105 mètres et « pend vers le haut » tendu par les bouées. Au bout de 12 minutes on prend la direction de la surface.

On retombe nez à nez avec ce foutu filet qui tend vers la surface à 70 mètres ! Juste un peu dangereux. On continue à remonter, on rentre dans la zone chargée, on remonte mais pas tous ensemble y en a qui traine …..hein bri ? Comme d’hab. Tantôt avec l’un tantôt avec l’autre, je sort à 86 minutes, Papa et Yannig sont déjà en surface, bien entendu personne ne sait ou est Bri !! Elle sortira quelques minutes plus tard. Il fait beau, c’était une bonne petite plonge.

Profil de Plongée sur le site de grande cale au lac du Bourget
Profil de Plongée sur le site de grande cale au lac du Bourget
Plongée sur le site de grande cale au lac du Bourget
Plongée sur le site de grande cale au lac du Bourget

lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-12.jpg

Publié le

Plongée pierre à Bises lac du Bourget

Plongée solo à Pierre à bises à 105 mètres au Lac du Bourget

Plongée à pierre à Bises à Brison Saint Innocent au lac du Bourget

Après nos exploits de jeudi soir, et la plongée écourtée fallait bien partir replonger ! C’est pourquoi dimanche matin me revlà à pierre à bises au lac du bourget.

On ne change pas une équipe qui gagne ! Décidément Drucker a ses fans, et impossible de décrotter mes binômes habituels de devant le poste pour plonger un dimanche Matin. Je décide donc de me faire une petite plongée solo pour valider bien tout comme il faut, le matos et le cérébral (là ya pas de pb de cerveau y en a pas !). Éric me propose de venir à pierre à bises car il y sera avec son club. La seule chose qui me chagrine : je n’ai pas de phare de plongée en back-up et si le mien plante, en fonction de la profondeur ca va vite merder grave. Gilles qui passe par là me prète gentiment sa lampe de plongée.

Deux trois consignes à Éric sur mon explo qui sera en fait mon chemin habituel, descente en bas du pierrier à omble Chevalier ensuite entre les deux langues de vases, puis le rebord de baignoire jusque l’avancée d’un éboulis avec deux ou trois pierres vers 105m. Je lui précise que j’enverrai un parachute orange pour signaler que tout va bien, et jaune si j’ai un gros soucis ou manque de gaz. La visi est pourrie jusque 20 mètres, j’emmène avec moi un bail out de 12/40 et un 30/30 et je pose un 15l d’oxy sur la « pierre à oxy » à 6m.

Couillu comme programme car en cas de merde au fond si je dois passer en ouvert ca sort pas ! Avec les quantité de gaz que j’embarque à moins d’écourter les paliers bas pour les reporter sur les haut à l’oxy et de demander . Au bout de 16′ je remonte. A 13m je décide d ‘envoyer le parachute pour signaler aux palanquées en surface que tout est ok. J’ouvre donc le robinet du 30/30 et là …..PAAAFFFF une déflagration énorme comme une grenade ?? Bon je pense que j’ai fais le con, et rouvre tout ddouuucceeement et REPAAFFFF reénorme déflagration. Y joue à quoi ce con de VX 10 Iceberg ? Je retente et là à la surprise générale le deuxième étage explose dans un bruit énorme, je tente de récupérer les pièces dans la vase, le joint la membrane, la collerette mais il m’en manque une !

Bon Ok tu veux pas ? Je vais être obliger de gonfler avec le 12/40 et le superbe et magnifique détendeur Skubapro MK25F équipé de l’excellent s600. Une réflexion s’impose que ce serait il passé si ma machine était en vrac et que j’avais réellement eu besoin du 30/30 ? Il aurait fallut que je démonte le détendeur du 12/40 pour le monter sur le 30/30 et pendant ce temps je fais quoi ben de l’apnée pardi !!!

Deuxième anecdote heureusement que ca ne m’est pas arrivé jeudi soir, avec Gil et Gilles sinon lors du sauvetage ca faisait 2 noyés ! Allez Hop je récupère la bouteille d’oxygène à 6m, et fonce vers mon dernier palier à 4,5m, et là 2min avant la fin : crampes, 1, puis 2, puis 3 . Je suis arrivé à gérer les deux premières, mais alors que les paliers étaient fini et que j’allais remonter, 1 puis 2 crampes aux cuisses D et G et aucune ne veut passer, je gère plus ! Faut que je sorte, j’ai deux bail out alu, et une gueuze acier de 15l d’oxy.

Une seule solution gonfler pour sortir sans bouger. En surface ca passe pas ! Il faut que j’attende 3 min avant que ca disparaisse, tout le monde te regarde…. mais personne ne comprend, puisque je ne lâche pas l’embout. Pourtant j’étais hydraté comme il faut, la veille, le matin 1litre d’eau, en me mettant à l’eau encore de l’eau du lac, mais j’ai remarqué une chose : a chaque fois lors de mes déco si j’ai trop de pic de PPO2 j’ai des crampes en sorti. Et sur cette plongée j’ai forcé, 2 fois j’ai atteins 1,7 pendant 2sec et une fois 2,0 pendant 3 sec, alors cause à effet ? pierre a bises lac du bourget profil solo