Publié le

Nouveau record pour Rick Stanton & John Volanthen au Ressel 6.3 kilometres

Rick Stanton & John Volanthen décontractés avant leur exploit 6.3 km au Ressel dans le Lot

Nouveau record pour Rick Stanton & John Volanthen au Ressel 6.3 kilometres

Ce week end, dans la plus grande discrétion, Rick Stanton & John Volanthen les plongeurs spéléologues anglais ont porté le bout de ligne jusqu’à 6.3 km de l’entrée au Ressel.

Cet après midi au détour d’une parution sur Facebook, nous avons appris que Rick Stanton & John Volanthen les célèbres explorateurs souterrains anglais ont débarqués à l’improviste dans le lot. Courtois et aimables ils ont posés pour l’auteur de la Photo Harald Franzen.
Le lendemain matin ils étaient parti pour une plongée dans le Ressel de 2 JOURS ! afin d’explorer le bout de ligne et profitant au passage pour « taper » 805 mètres supplémentaires !!!!
C’est un ENORME pas en avant qui vaut respect et félicitations.
Ceci est le nouveau record de pénétration au Ressel à Marcilhac-sur-Célé.
Ils ont refait surface fatigués mais sains et saufs dimanche matin en ayant exploré et topographié le Ressel sur 6.3 kilomètres !

/ Déjà en 09/2010 il avait établie le record du monde à 8.8 km de pénétration

Publié le

La plongée fédérale a la francaise…de la maurienne….de la Savoie

La plongée fédérale de la Maurienne de la Savoie

La plongée fédérale à la francaise…de la maurienne….de la Savoie

Une petite plongée à pierre à bise au lac du Bourget ce dimanche matin 22 Mai, de bonne heure et de bonne humeur. Et comment dire….une simple petite plongée tranquille, puisque le binôme habituel était aux abonnés absents, fut transformé en un magnifique exemple de tout ce que la plongée fédérale « à la française » peut avoir de dangereux, revu et corrigé par les maurianais.
Voilà en un préambule de plongée tout ce qu’il faut apprendre à nos enfants ou élèves à ne pas faire.

 

lac-du-bourget-pierre-a-bise-deep-ccr-tartiflette-team.JPG

Lac du Bourget Pierre à Bise regardez bien le micro bloc à oxy sur la dernière marche…

Bon le préambule est lancé, on va montrer là vraiment un exemple de tout ce qu’il ne faut absolument pas faire, et qui est selon moi très symptomatique de la plongée fédérale française.
Quand j’arrive donc à pierre à bise au lac du bourget, il y a déjà trois voitures et je reconnais immédiatement la camionnette Blanche siglée dans tous les sens des logo de « savoie libre », les maurinais sont là…la visi a du en prendre un coup !…pas LOL.

Alors que je débale mes affaires et que nous saluons, je remarque qu’il y a déjà une bouée de plongée à l’eau et des traces humides sur les escaliers, je demande donc si ils ont déjà plongés, ce qu’il me confirme (ce qui va prendre tout son sens tout à l’heure..).
Je pends ma gueuze d’oxy au tremplin elle repose au fond à 6m. Je sors mon recycleur de sa caisse, et là l’homme des vallées réagit (pour ceussent et cellesent qui ne le coinaissoient pas, l’homme des vallées, ne parle pas….il hurle….il brâme….il grogne….il tempète…bref les poissons se sont barrés quoi !), donc dis-je l’homme s’exclame « AHH BEN C TI CA QUI ME FAUT POUR FAIRE MA SPELEO A ROCAMADOUR…..UN RECYCLEUR » sisi je vous promet ya rien d’exagéré !!! et il ne m’a même pas reconnu !!!

Le garçon est MF2, ça fait au moins 10 fois qu’on se croise, soit ici, soit chez Savoie plongée quand il faisait son trimix normoxique, et à chaque fois il ne me reconnait pas, la mémoire du poisson rouge. (d’ou l’expression y fait sa Dorie, ou sa Delphine  » lol
Pfffff…….bon allez je descends mes bails out au bord de l’eau, et sur la pierre je remarque un petit bloc « oublié » de 2l, que je remonte gentiment à son proprio, afin de lui éviter des efforts inutiles après sa plongée…..Je continue de m’habiller tranquille pendant que notre MF fait son brief, quand soudain :
 » OUH BEN NOM DE BON DIOU DE BORDEL DE MERDE C QUI LE CON QUI M’A REMONTE MA BOUTEILLE D’OXY ?? »… De là j’apprends trois choses, que 1 la bouteille de 2L c’est sa sécu oxy…sisi en maurienne c’est possible…dans les hautes vallées faut pas qi zen prennent trop ça pourait leur faire du mal lol, que deux, il va replonger avec son élève, que trois j’ai qu’a me meller de mes affaires.
Bon y s’excuse….

Sinon moi il m’a fait peur à bramer comme un veau, et j’ai cogné le R2 du recyclo qui se met à fuire…..sisisisisisi c’est possible…on verra plus tard les deux chutes de cette histoire.
Bien entendu les deux sont équipés à la mode et suivant les enseignements fédéraux, mono 15 à l’air (je sais pas combien y restait dans celui du MF) et en combinaison humide. Le MF se met à l’eau en sautant du plongeoir (3m au dessus de l’eau alors qu’on peut y aller en descendant les escaliers) sans doute un souvenir de son stage MF2 à Niolon ou on leur demandait de le faire passé un temp, tandis que l’élève suit en ronchonnant, purée je vais encore me les cailler à 50 m !

PARDON ? hein quoi ? c’est quoi votre agence ? des exercices à 50 m ??? non non répondit l’autre on va d’abord à 50 à l’air pour se torcher et on fait les exos après…..
Sur le coup j’y ai pas cru….c’est trop beau !! ….tous d’un coup….ils m’ont tout fait d’un coup…tous les contres exemples à ne pas faire sont là….j’en ai presque la larme à l’oeil….

Je me met à l’eau et de facto de constater que …ben la visi c’est mort quoi ! La harde de sanglier a levé toute la peuf dans les 50 m à l’entour et a fait fuire toute la faune, je n’ai pas vue l’ombre de la queue d’un poisson pendant toute la plongée !!!. Un bubble check me confirme que la fuite est bien là donc ma visite au fond est partie remise, je suis obligé de mettre le phare plus tôt que d’habitude tellement la visi est compromise et elle ne s’améliorera qu’en dessous de 30m.
A 84 m demi tour car il me reste que 100 bar de diluant. Dommage.
Je sors en 50 minutes une petite plongée écourtée pour cause de fuite. et là vous me croirez ou pas ….ya plus de voiture sur le parking, les gars, en 50 ‘ sont descendus à 50m, remontés fait des exos yoyo ressortis illico presto rangé le matos et ouste retour dans la haute vallée.
…..
…..
De la morale de cette histoire :
– De la volonté de notre chère FFESSM ci-joint le rapport du président de l’AG 2011 de la FFESSM qui veut exporter la plongée à la française….ça risque pas….
– Du vieil adage savoyard tu te souviendras « Vaut mieux avoir une taupe dans son jardin qu’un mauriannais comme voisin…. »

Bien entendu je n’ai absolument rien contre les habitants des hautes vallées. LOL

Publié le

Plongées sur les épaves profondes du Protée et Natal

L'équipe des plongées profondes sur les épaves du Protée et du Natal

Plongées sur les épaves profondes du Protée et du Natal

Plongées sur les épaves profondes du Protée et du Natal, pendant 3 jours bénis des dieux météos Ou comment ces deux épaves profondes ne se laissent pas déflorer facilement…. Elles se défendent et se méritent

JOUR 1 Lundi 25 Avril 2011 Plongée sur le Protée

Le bateau de Philippe Peyrusse est impéccable pour nos plongées sur les épaves du protée et du Natal
Le bateau de Philippe Peyrusse est impéccable pour nos plongées sur les épaves du protée et du Natal

Le lundi premier jour des plongées sérieuses et on va commencer par le Protée, car il n’est pas trop loin du port de la Ciotat à coté de Marseille. Papa et moi sommes les premiers au local, vu ma nuit…..j’aurais bien dormis un siècle de plus….LOL Petit à petit tout le monde arrive, Jean Marc, Serge Allier qui sera notre plongeur sécu fond pour cette plongée, Guigui, Brigitte Leccia, et on passe au montage du matériel, et on charge le bateau, Philippe Peyrusse a prévu un matelot pour nous aider (si il avait su…il aura pas venu …lol). Le temps est avec nous, c’est même mieux que dans toutes nos meilleures prévisions, la meilleure période depuis….des années ?

Le bateau de Philippe Peyrusse est impéccable pour nos plongées sur les épaves du Protée et du Natal

Avant de monter sur le bateau Guillaume Caillard nous dicte le brieffing avec le rôle de chacun et décrit le déroulement du run time et rappelle le What-if (qui ne fait pas rire) . L’accent est mis sur la sécurité des plongeurs sécu…en effet ceux-ci sont là en bénévole et pour assurer notre sécurité, nous sommes nous plongeurs fonds pleinement conscient des risques encourus et aguéris pour y palier, mais il est clair que si il y avait un problème avec un plongeur de sécu il devrait penser à sa sécurité d’abord.

Le brieffing et what if de Guigui le matin avant de monter sur le bateau pour partir plonger l'épave du Protée
Le brieffing et what if de Guigui le matin avant de monter sur le bateau pour partir plonger l’épave du Protée

Le brieffing et what if de guigui le matin avant de monter sur le bateau

Tout le monde scrute ce foutu sondeur pour savoir...où se rouve le Protée
Tout le monde scrute ce foutu sondeur pour savoir…où se rouve le Protée

Voilà tout est dis, on peut partir, la mer est pétole, on n’ose y croire…. Le site n’est pas trop loin et les 350 ch du volvo marine nous y emmene très rapidement. On ne savait pas à ce moment là quelle serait notre déception des heures plus tard. Les points GPS sont bons, l’écho sondeurs est impeccable et bien sur il y a une barcasse de pêcheur du dimanche qui est pil poil sur l’épave….avec quel permis sont ils venus si loin des cotes ? Et le pire alors que l’on commence à tourner en rond pour marquer l’épave, ils ne bougent pas ! On avait un gendarme maritime à bord, on lui a demandé de leur montrer sa carte, il ne l’avait pas sur lui….pffff LOL. Bon au bout de quelques minutes après être sûr des relevés, on balance la gueuse, qui pèse 20 kg avec une bouée au bout et un contre poids. On attend que le contre poids soit stabilisé et on repasse à coté de la bouée pour vérifier au sondeur……on est à 50 m de l’épave…..AARRGGHH c’est quoi qui a foiré ?

Tout le monde scrute ce foutu sondeur pour savoir… où est cette épave de Protée

Bon on recommence, bref pour la faire courte on a recommencé 10 fois, on a tout essayé. On a « lessivé » le matelot de Philippe Peyrusse, il a remonté partiellement le plomb plusieurs fois, on la tracté, on l’a remonté complètement…..à chaque fois on était à coté : s’imposait à nous deux solutions :

  • * soit le plomb avait une forme de pastille vichy avec un bout qui flottait trop et se faisait emporter par le courant
  • * soit il y avait tellement de courant que ça emmenait tout….

RROGNTUDJÛ Abandon de cette plongée sur l’épave du Protée

Donc on a décidé d’abandonner et de rentrer, l’épave ne voulait pas se livrer. Même si on était préparé à l’échec, car de nombreuses fois des expéditions n’ont pas pu aller jusqu’au bout, c’est quand même frustrant. Certains décident, dont moi, de plonger quand même, se mettre à l’eau, je n’ai jamais fait Cassidaigne, il y a un fond de 60 m….Jean Marc, Serge et moi, on les a jamais trouvé les 60m, on a suivi le courant….ça continue la chcoumoune…

On garde le sourire quand même : on va bien finir par trouver ce Protée
On garde le sourire quand même : on va bien finir par trouver ce Protée

On garde le sourire quand même

Le Gonflage au surpresseur sourire juste avant que ça pête ! Et de partir chercher un compresseur de plongée
Le Gonflage au surpresseur sourire juste avant que ça pête ! Et de partir chercher un compresseur de plongée

On rentre et on prépare pour le lendemain, on attaque les gonflages et PAAAFFFFFFFF la lyre presque neuve me pête dans les main !!! alors que je gonfle à l’air, Papa est sourd….hein comment ? Tu dis  heureusement c’était de l’air….ca continue……

Le Gonflage sourire juste avant que ça pête !

Heureusement Aldo est arrivé et je lui tape la sienne : « Maaa yaa pas de prrobllleme hé …attend je té la passe elle est dans lé camionne… » LOL merci Aldo. Allez re-gonflage et restau enfin…MANGER !

JOUR 2 Mardi 26 Avril 2011 c’est plongée sur l’épave du Natal

A la poursuite du Protee et du Natal, Le mardi c’est NATAL, il est beaucoup plus loin et il nous faudra plus d’une heure pour y arriver. Le matin au local nous rejoignent Jacques Mezergue qui sera notre plongeur sécu fond à 60m, il sera en recycleur Megalodon, et Anne la patronne de Atoll Plongée à Marseille qui assurera la sécu dans zone des 10 mètres et sera chargée de nous apporter le sac comportant l’eau et les barres de céréales ainsi que nos iDive 300 pour écouter de la musique ou regarder des vidéos pendant les longues minutes.

Alexandre Fox est aussi là et a apporté sa gueuse au cas où nous en aurions besoin. Brigitte Lecia se tiendra prête à bord avec un copain à intervenir au cas où. On embarque le matériel à bord du bateau, et Guillaume nous énonce le brieffing en précisant le rôle de chacun : Plongeurs fond : Jean Marc Morère, Aldo Ferrucci, Alexandre Fox, Guillaume Caillard Thierry Marra et Nicolas Schiavon Plongeur sécu : Jacques mezergue à 60 m en recycleur Megalodon, avec ses deux bail-out, plus un carbone d’Heliox 20/30 et un carbone de Nitrox 50 Anne de Atoll plongée qui s’occupera de la sécu à 10 m Brigitte Leccia et son copain qui restent à bord en réserve (elle fera aussi les photos de bord) En avant la route est longue jusque le Natal.

Aldo et Jean Marc prêt à partir plonger l'épave du Natal
Aldo et Jean Marc prêt à partir plonger l’épave du Natal

Arrivé sur le site, prudent on attend avant de s’équiper, l’écho est énorme, il faut dire que la taille de l’épave du Natal (130m 20m) n’a rien à voir avec celle du Protée (60m x 8m). Puis une fois la gueuze larguée on s’équipe, Aldo partira avec Jean Marc, puis Thierry et moi, et enfin Guillaume et Alex. On part 2 part deux du pont arrière qui est large et super dégagé, idéal quoi.

Aldo et Jean marc prêt à partir

Thierry la loose sur cette plongée sur le Natal

Ca y est Aldo et Jean Marc sont parti le bateau fait demi-tour pour revenir face à la bouée et GOOOOO !!! c’est à nous et c’est parti ! On se regarde en surface Ok et feu en bas, descente en suivant le bout jusque 10 m et stop pour le Bubble Check…..et HEIN ? QUOI COMMENT ???

Papa vient de me faire signe abandon de plongée….il me montre la fermeture de sa combinaison de plongée et ya des bulles qui sortent……mais dites moi pas que c’est pas vrai!!!! on est là à deux coups de palmes (heu…+2) de l’épave du Natal et y me fais ça !! sans réfléchir je lui confirme « ok toi tu abandonnes toi tu remontes et moi je continue », il me fais Ok, …sa réponse me surprend… LOL

Donc allez hop tête en bas et je repars….quand une main me stoppe, c’est encore papa qui recommence fin de plongée…OUI j’ai bien compris mais moi là c’est impossible que je remonte, mon pote, je ne suis pas venu jusque là pour ne pas y aller…..j’y vais.

Le Natal épave mythique de la méditéranée
Le Natal épave mythique de la méditéranée

Ces évènements se sont déroulés en un nanonième de milliardième de seconde. Lol Bien entendu on est descendu le long du contre poids et pas du bout, et le courant les a déjà décalé je palme dur en descendant à l’oblique pour rejoindre ce bout vers 70 mètres, je me repose quelques secondes puis repars vers le fond. Ya du jus et je palme, je palme pour enfin l’atteindre à 7’30 ce qui est tard dans mon runtime. Au fond les flashs d’Aldo crépitent et m’arrosent, je distingue Aldo et Jean Marc sur ma gauche, je leur fais signe que c’est ok, il ne doivent pas comprendre de me voir seul.

Le Natal épave mythique de la méditéranée

Plein de vie et de concressions sur l'épave du Natal
Plein de vie et de concressions sur l’épave du Natal

Je suis émerveillé par autant de vie sur cette épave, des bancs de « petits » poissons y en a de partout, de gros nuages, c’est la première chose qui me marque et l’épave est pleine de concressions, il y a de la vie, énormément de vie. La visi est bonne mais il fait sombre, pas noir, rien à voir avec le lac, mais je m’attendais à quelque chose de plus claire pour de la méditéranée.

Plein de vie et de concressions sur le Natal

La rembarde qui fait le tour du trou sur le Natal
La rembarde qui fait le tour du trou sur le Natal

Zut mon moulinet vient de se prendre dans un fil de pèche qui traine par là, il y a des centaines de fil de partout qui traînent. Le temps que je me dépatouille du fil Aldo et Jean Marc sont remontés. Je bifurque sur la gauche puis décrit un cercle de 5 m de diamètre. Je passe au dessus d’un trou qui descend vers les entrailles du Natal, entouré d’une sorte de rembarde style rampe d’escalier.

La rembarde qui fait le tour du trou

Au bout de 3, 4 minutes, je me dis que seul, le mieux c’est de remonter, je suis quand même à 116m. C’est balot mais c’est comme çà ! Je croise Alex et Guigui qui arrivent.

Photos d'Alexandre Fox sur l'épave du Natal
Photos d’Alexandre Fox sur l’épave du Natal

Photos d’Alexandre Fox sur le Natal

Une branche de Corail Noir sur l'épave du Natal
Une branche de Corail Noir sur l’épave du Natal

Corail noir

Sous l’effet du courant et des plongeurs, le contrepoids est complètement remonté et est collé à la bouée de surface. Arrivé à la barre de palier, je dépose mes blocs inutiles, boit un ½ litre d’eau et me dit que vu le peu de temps de déco qu’il me reste je me passerais de la vidéo. Anne fait un super boulot et remonte nos bouteilles rendues inutiles. Du coup je sors le premier de l’eau. On me questionne…Alors ??? superbe mais courte. Puis tout le monde sort de l’eau, et on remballe tout, Jacques est de partout et s’active encore…. Alex a l’air de ressentir 2 ou 3 picotements au coude, de l’eau un aspirine et 15′ d’oxy plus tard ya plus rien, tout va bien.

Fausse alerte, Alex déçus se serait bien fait choyer....lol (c'est une blague Charlotte bises)
Fausse alerte, Alex déçus se serait bien fait choyer….lol (c’est une blague Charlotte bises)
Hé oui c'est comme ça qu'on attrape un coup de soleil en rentrant de plongées profondes sur les épaves du Protée et du Natal
Hé oui c’est comme ça qu’on attrape un coup de soleil en rentrant de plongées profondes sur les épaves du Protée et du Natal

Ni Aldo ni Alex n’ont l’air d’être satisfait des photos qu’ils ont pris, à cause des conditions au fond. Le moteur Volvo marine nous pousse vers le port….puis plus rien perte de puissance et mode dégradé..un injecteur vient de rendre l’âme….hypothéquant nos chances pour demain…pffff j’y crois pas ! ça continue !!! On va rentrer au ralenti et du coup prendre des coups de soleil sur le pont avant.

Hé oui c’est comme ça qu’on attrape un coup de soleil

Arrivé au port le dépanneur est déjà là à nous attendre et on part gonfler et préparer pour demain, on ne sait jamais faut rester optimiste. Papa emprunte une combinaison à Aldo, ‘sacré Aldo, que ferions nous sans sa camionnette magasin atelier magique, il a tout !) et Brigitte et lui se mettent à retailler la collerette trop fine pour le papa ! Lol (vous en connaissez beaucoup des plongeurs et/ou instructeurs qui vous prèteraient une combi et en même temps accepteraient que tu la « customise » à coup de ciseaux et cutter ? On part manger du poisson et on est naze ! Dodo de bonne heure.

JOUR 3 Mercredi 27 Avril 2011 c’est plongée sur l’épave du Protée

Papa se prépare et chauffe la chaux pour plonger l'épave du Protée
Papa se prépare et chauffe la chaux pour plonger l’épave du Protée

Encore grand beau temps ce matin, malgré tous les déboires, la météo est avec nous, seule une petite houle agite la mer au loin. Nous repartons sur le Protée. Pourtant ce matin encore de mauvaises surprises : Alexandre ne plongera pas, suite à un décès dans sa famille, il doit partir, et Jean Marc a attrapé une insolation en faisant la sieste sur le bateau en plein soleil. On perd un photographe ( enfin plus que ça ! Hein ? Clein d’oeil ;6) ) Donc nous ne serons que quatre au fond ce Matin, Thierrry, Aldo, Guillaume et moi.

Papa se prépare et chauffe la chaux

Image de l'entrée du port de la Ciotat Le bateau de pêcheur va plus vite que nous
Image de l’entrée du port de la Ciotat Le bateau de pêcheur va plus vite que nous

Jacques Mezergue sera toujours notre plongeur soutien à 60m, et interviendra Mariutz d’atoll Plongée pour la sécu à 10m. Restera en stand by sur le bateau Brigitte Leccia. A propos du bateau, nous avons bien la confirmation qu’un injecteur est HS et qu’il faudra q’on navigue an ralenti cahoté par les vagues, sans déjauger….(Volvo Renault même combat ? Lol) On charge le bateau et guigui y va de nouveau, avec son brieffing et son what-if.

Le bateau de pêcheur va plus vite que nous

On part, on sort du port TEUF TEUF TEUF et déjà ça me brasse, c’est pas que je sois une femmellette mais bof c’est pas mon truc, quand ça tangue de partout, c’est plus facile au bar avec 25g dans chaque bras… lol. Donc on met plus de temps que Lundi pour atteindre la zone, et par contre on gueuze tout de suite, comme on a fait pendant trois jours et on obtient le même résultat que le lundi, le premier jour sur le protée.

Le bel écho de l'épave du Protée sur le sondeur
Le bel écho de l’épave du Protée sur le sondeur

Le bel écho du Protée sur le sondeur

On a la bouée en surface à 50 m du point sondeur, pffff va y avoir du jus….et ça rate pas, plus le temps passe plus le pendeur se décolle de la ligne. Aldo et guigui partent en premier, Thierry et moi juste derrière, j’annonce pas fière, la réduction de mon run-time, étant un peu barbouillé par cette traversée….ben oui…. on n’a pas ce genre de problème nous dans les Alpes…..les lacs sont en pentes et ya pas de vagues….lol.

Notre plongeur de sécu Jacques Mezergue prêt à Partir à 60m avec tous ses blocs pour nous atendre à notre retour de l'épave du Protée
Notre plongeur de sécu Jacques Mezergue prêt à Partir à 60m avec tous ses blocs pour nous atendre à notre retour de l’épave du Protée

Jacques Mezergue prêt à Partir à 60m avec tous ses blocs

ON saute à l’eau, bubble check et faut pas dormir, ca zeffe déjà. Allez ça pousse à la palme, ça pousse fort, purée ça a pas l’air de vouloir descendre le bout est déjà à 45° ! Ya du jus pour sure ! Je descend, en poussant le bout passe à l’horizontale ou presque et toujours pas d’épave en vu…mais bon sang on est encore à combien de km ? je me retourne pour voir si papa me suit….OK je suis limite à me déhaler sur cette corde pour avancer, c’est pas pas croyable ce jus. Ca y est l’épave est là ! Je distingue du métal devant moi, ….non …zut c ‘est les S80 dressées à la verticale de guigui et Aldo qui remontent, je n’avais pas vu les plongeurs, habillés de noir dans la pénombre, trop occupés à pousser sur les jetfins. Les derniers mètres se feront quasi à l’horizontale, quand elle apparaît devant moi, enrobé dans son filet avec ses flotteurs qui le tendent vers le haut.

A notre arrivée sur l'épave du Protée nous sommes accueillis par ce filet
A notre arrivée sur l’épave du Protée nous sommes accueillis par ce filet

A notre arrivée sur l’épave du Protée nous sommes accueillis par ce filet

Elle semble toute petite et l’ambiance est glauque. Je m’immobilise à sa hauteur, pendant que Thierry me dépasse et commence à tourner dessus, je ne réalise pas qu’il n’y a plus de courant et que nous sommes sans doute protégés à ce moment là par le Protée.

L'épave du protée par Aldo Ferrucci
L’épave du protée par Aldo Ferrucci

L’épave du protée par Aldo Ferrucci

On est à 124 m. On se fait signe OK tout les deux, en fait je n’ai pas trop envie de bouger, mon mal de mer plus cette descente m’ont cuit, le château est sur la gauche et je suis sûr que papa est vénère, mais il ne s’éloigne pas trop.

L'épave du Protée
L’épave du Protée

L’épave du Protée

On décole du fond à 10’30.

Ce qui doit rester du château du protée ?
Ce qui doit rester du château du protée ?

Ce qui doit rester du château ?

Un dernier coup d'oeil à l'épave du Protée avant de décoller
Un dernier coup d’oeil à l’épave du Protée avant de décoller

Décidément, je n’aurait pas fait de gros temps fond sur ces épaves.

Un dernier coup d’oeil au Protée avant de décoller

Notre plongeur de sécu Mariutz avec ses 8 blocs au paliers de retour de notre plongée sur le Protée
Notre plongeur de sécu Mariutz avec ses 8 blocs au paliers de retour de notre plongée sur le Protée

Je n’ai pas besoin de préciser que nous sommes obligé de freiner lors de la remonté, le courant nous trimbale tel des feuilles mortes et on se tient correctement au bout. On ne tarde pas à rattraper guigui et Aldo qui eux ont plus chargé que nous. On est tous en drapeau le long de ce bout, le jus nous pousse et nous aligne tous, pas facile de se doubler dans ses conditions. A 10 mètres on passe sur la barre de paliers la direction du courant n’est pas la même qu’au fond nous avons donc du faire face à deux courants différents, et je pose mes blocs inutiles sur cette très bienvenue barre de palier. Heureusement qu’on l’avait. Mariutz est là il a descendu le sac avec les bouteilles d’eau, la bouteille d’oxy, et les iDive300 pour regarder les vidéos, et comme de bien entendu le mien ne marche pas, j’ai pas mis l’iphone en mode play. Mariutz nous débarrasse de nos blocs inutiles et remonte nos 8 blocs à la fois.

Mariutz avec ses 8 blocs

Impossible de l'arrêter ce Jacques c'est encore lui qui force à remonter la ligne du Protée !!
Impossible de l’arrêter ce Jacques c’est encore lui qui force à remonter la ligne du Protée !!

On sort de l’eau les uns après les autres.

Impossible de l’arrêter ce Jacques c’est encore lui qui force !!

Et on rentre en teuf teuf sur « 3 pates », arrivé au port il faut recharger le C4 Picasso…mais pourquoi ça rentre plus ? Pourtant y en a moins qu’à l’aller ?

Sisi tous le matériel de plongée va rentrer dans mon merveilleux C4 Picasso
Sisi tous le matériel de plongée va rentrer dans mon merveilleux C4 Picasso

Ca va tout rentrer …no worry

On boit un dernier verre ensemble après avoir fait les dernières photos, pour échanger nos impressions, on a presque atteint nos objectifs : on a plongé les deux plus mythiques des épaves françaises, on a remonté quelques photos mais pas de vidéos.

L'équipe des plongeurs fond de ces plongées profondes sur les épaves du Protée et du Natal
L’équipe des plongeurs fond de ces plongées profondes sur les épaves du Protée et du Natal

L’équipe des plongeurs

Nos plongées se sont déroulées sans accros grâce à nos méthodes et à notre préparation.

l'équipe au complet ou presque pour cette aventure de plonger sur les épaves du Protée et du Natal
l’équipe au complet ou presque pour cette aventure de plonger sur les épaves du Protée et du Natal

l’équipe au complet ou presque pour cette aventure

Remerciements à l’équipe des plongeurs fonds et de sécu :

Guillaume Caillard plongeur fond en Recycleur Inspiration qui a monté ce projet

Jean Marc Morere plongeur fond en Recycleur Inspiration

Aldo Ferrucci plongeur fond en Recycleur Megalodon photographe fond

Alexandre Fox plongeur fond en Recycleur Inspiration photographe fond

Thierry Marra plongeur fond en Recycleur Inspiration

Nicolas Schiavon plongeur fond en Recycleur Evolution

Belle perspective sur les bouteilles de plongée et la barre de paliers lors de nos plongées sur les épaves du Protée et du Natal
Belle perspective sur les bouteilles de plongée et la barre de paliers lors de nos plongées sur les épaves du Protée et du Natal

Belle perspective sur les blocs et la barre de paliers

Serge Allier plongeur sécu à 60 m en OC

Jacques Mezergue 68 ans !! plongeur sécu en CCR Megalodon (remarquable, serviable, il n’arrête jamais d’aider et de donner des coups de mains, avant de se mettre à l’eau et à la sorti de l’eau)

Anne Lerebourg d’Atoll Plongée à Marseille plongeur sécu à 10m en ouvert bi 7

Mariutz d’Atoll Plongée à Marseille plongeur sécu à 10m en ouvert mono 15L

Brigitte Leccia plongeuse sécu bateau photographe surface et infirmière

Philippe Peyrusse de Plongée Passion La Ciotat, son Bateau et son matelot

Moyens engagés : Tous les plongeurs fond en Recycleur de plongée CCR Inspiration ou Megalodon chacun 3 à 4 bails-out en S80

Plongeurs sécu 60 m 2 carbones 9L 300B plus un 6,8l 300B de 20/30 et 6,8l 300B de NX 50

Oxy sur la barre de paliers

15L et B20 oxy sur le bateau

Plusieurs bouteilles de réserve sur le bateau

Created with Admarket’s flickrSLiDR.
/ http://www.plongeepassion-laciotat.fr/

/ http://www.atollplongee.com/

/ http://alexandrefox.over-blog.com/

/ http://www.aldoferrucci.com/

/ Album complet des photos

/ Préparation des plongées sur le Protée et Natal

Publié le

Cellule O2 ( oxygene) Avis important d’AP Diving

Cellule O2 ( oxygene) Avis important de Martin Parker PDG de AP Diving

Cellule O2 ( oxygene) Avis important de Martin Parker PDG de AP Diving

Cellule O2 Avis important de Martin Parker PDG de AP Diving sur les cellules oxygène Vandagraph vendues par le site Narked at 90.

 

Les cellules oxygène sont indispensables au bon fonctionnement du recycleur, et de leur précision dépendent la vie du plongeur
Les cellules oxygène sont indispensables au bon fonctionnement du recycleur, et de leur précision dépendent la vie du plongeur

Les cellules oxygène sont indispensables au bon fonctionnement du recycleur, et de leur précision dépendent la vie du plongeur

A lire l’avis sur le site narked at 90 en ce qui concerne les cellules O2 Vandagraph :  Il est clair qu’ils attendent que le fabricant, atteste que leurs cellules sont appropriées pour leur recycleur spécifiques. Nous ne sommes PAS en mesure de le faire. (mise à jour le site de Narked a évolué depuis la mise en ligne de cet article)

Nous avons testé beaucoup de ces cellules et mis en évidence un problème distinct lorsque l’épurateur à chaux se réchauffe, généralement après 20 minutes pendant la plongée, un problème technique qui n’a pas été résolu et qui ne nous satisfait pas.

Je veux qu’il soit bien clair: le siteweb Narked at 90 déclare que les cellules Vandagraph répondent aux exigences de la norme EN14143 – ce qui n’est certainement pas le cas dans les recycleurs APD.

Nous avons été prévenu que Vandagraph avait financé un test à 40m au banc ANSTI avec des résultats plutot raisonnables. Nous avons ensuite reproduit cette plongée dans de l’eau plus chaude et à 6m ce qui a été à nouveau un succès. Toutefois, lorsque ces mêmes cellules O2 et le recycleur ont fait l’objet quelques jours plus tard du test à 100m et ont été soumis aux mesures de précision exigé par SGS (organisme de certification) – la tension de sortie des cellules O2 ne satisfait pas à la précision requise dans la norme EN14143. L’évaluateur SGS n’a donc pas pu certifier ni les capteurs ni les cellules O2 Vandagraph dans les recycleurs APD, ce qui élimine donc ces produits d’être une cellule à oxygène de remplacement sûre et appropriée.

Je vois qu’ils conseillent de ne pas mélanger les cellules, je ne suis pas surpris qu’ils disent cela. Avec la cellule à Oxygène APD12 nous n’avons aucun scrupule à ce que vous mélangiez nos cellules avec les cellules Teledyne.

Le premier lot de fabrication de nos cellules O2 a été expédié aux clients. Le deuxième lot de production est en stock et les clients qui ont passés commandes seront contactés dans l’ordre. Les lots arrivent toutes les semaines. Les volumes de production sont augmentés afin de répondre à l’extraordinaire demande causée par la situation actuelle du marché des cellules à oxygène.

Je suis conscient que je n’ai pas transmis toutes les informations encore sur les nouvelles cellules APD12, et je m’en excuse, mais la plupart d’entre vous appréciera que j’ai gardé « la tête dans le guidon » afin d’augmenter de manière significative la production des cellules O2 sans affecter la qualité.

Les nouvelles cellules à Oxygène sont extrêmement précises, elle affichent un niveau de cohérence et de fiabilité qui est très satisfaisant, et la surface des cellules repousse mieux l’humidité que les Teledyne.

Merci de votre compréhension.

Salutations

Martin Parker
PDG
Ambient Pressure Diving Ltd
http://www.apdiving.com/
/ La plongée en recycleur est elle plus sure ?

Publié le

A LA POURSUITE DU PROTEE ET DU NATAL Préparation plongee

Plongées sur les épaves du Protée et du Natal

Le Deep CCR Tartiflette Team, équipe de plongeurs techniques confirmés va plonger sur deux épaves Historiques de la Méditerranée au large de Marseille le Protée et le Natal :

PREPARATION & DAY -1 & DAY -2

Comme d’habitude pour toutes nos expéditions, tout commence par une visite au salon de la plongée, ce qui permet de rencontrer les copains et échanger nos idées et projets. C’est donc entre 1 des 25 allers retours dans les allées du salon que nous nous croisâmes avec Guillaume Caillard alias guigui dit le Norvegien de Marseilles, et m’entretint de son projet de plonger le Protée et le Natal avant l’été. Le Protée et le Natal c’est un peu le Graal de la plongée, l’Annapurna ou l’Everest pour mes copains plongeurs, on en parle mais on ne peut jamais les faire à cause des conditions de mer ou de la météo. Ces épaves sont à 6 et 11 miles des cotes et sont soumises au vents et aux courants, pas mal ont essayés de les plonger et très peu y ont réussi. Les premiers furent Cedric Verdier, Eveline Verdier et Florent Locatelli.

Un peu d’histoire de ces épaves profondes :

Sous-marin Protée
Sous-marin Protée

Le sous-marin le Protée coulé à -127 m.

Histoire du PROTEE : sous-marin français qui disparu en décembre 1943. -Le 6 avril 1995, le Protée est découvert par le directeur de la COMEX, Henri DELAUSE, qui opère à bord du sous-marin d’exploration REMORA 2000. L’épave gît sur un fond de 125 mètres, sur le plateau des Blauquières, près de la fosse de Cassidaigne, à 20 milles de MARSEILLE. le Protée a heurté une mine qui n’a endommagé que le kiosque. Tous les panneaux sont fermés. L’épave, est en état de conservation remarquable et contient encore les corps de l’équipage. Elle a été déclarée «sépulture maritime » par la Marine Nationale.

Paquebot Natal
Paquebot Natal

le Natal git sur un fond de 120m

Le NATAL, paquebot des Messageries Maritimes, qui coula au large de Marseille le 30 Aout 1917 en dix minutes avec le commandant et 104 autres victimes dont 76 passagers sur 503.

Ces deux épaves mythiques n’ont été que très peu plongées (max 5 fois), car très profondes, -127m, et loin au large soumises aux vents et aux courants.

Le But de ces plongées est de ramener des photos et des vidéos de bonne qualité afin de pouvoir montrer l’état de conservation des épaves.

Afin de ne pas répéter maintes et maintes fois le coté historique de la chose, certain ayant fais un descriptif en détail bien mieux que je ne le ferais vous trouverez toute l’histoire sur les liens qui suivent : Sous-marin le Protée et Epaves profondes Protée Natal sachez néanmoins que le protée a conservé ses marins prisonniers à l’intérieur et a été déclaré scépulture marine.

Guillaume se charge donc de prévoir les date et de réserver le bateau de Philippe Peyrusse de Plongée Passion à la Ciotat. Les dates furent posées pour le 25 26 et 27 Avril juste après le week end de Pâques, Guigui et moi prévoyont de plonger le samedi et le dimanche d’avant pour prendre le rythme. Papa alias Thierry Marra n’arriverait que le samedi soir pour plonger à partir du dimanche.

Les membres de l’équipe sont : Plongeurs fonds : Guillaume Caillard, Alexandre Fox, Jean Marc Morere, Thierry Marra, Aldo Ferrucci, Nicolas Schiavon

Plongeurs Sécu Fond à 60 m : Serge Allier pour le Lundi, Jacques Mezergue pour le Mardi et le Mercredi

Plongeurs Sécu zone 10m à la surface Anne d’Atoll Plongée le Mardi, et Mariutz d’Atoll Plongée le mercredi plongeuse & photographe surface : Brigitte Leccia Equipage : Philippe Peyrusse et son matelot

Les plongeurs fond seront tous équipés de recycleur CCR, inspiration, inspiration évolution seul Aldo sera en Megalodon.

Préparer des plongées comme celles ci doit se faire sans faille, on devait remonter de 124 mètres dans le bleu et il y aura sans doute du courant et de la houle. Il était impératif d’avoir un boute support, pour nous guider à la descente, et nous supporter en cas de courant ou de problème. Il nous fallait aussi une barre de pallier afin de nous maintenir en toute sécurité à partir de 10 m pendant le temps que nous allions passer aux palliers, c’est à dire les ¾ de la plongée. Dans le mois précédent la plongée, Je me lançais alors dans la fabrication de la barre de palier, télescopique et réglable de 2, 3 ou 4m de large avec des barres à 9, 6 et 4,5m de profond. On verra plus tard que nous allons bénir cette stratégie.

idive_300_deep_ccr_tartiflette_team.jpg

caisson étanche à 90 m Idive300

Nous avions prévu des runtime maxi de 3H et d’utiliser en mélange fond un Tx 7/80. Chacun devrait embarquer 3 ou 4 bails-out pour rejoindre a minima la zone des 60m ou le plongeur sécu fond serait en stand by avec des blocs de secours de 21/35 et Nx 50 prêts à prendre le relais jusque la barre de paliers où nous attendrait l’oxy pur. D’autres blocs de sécu attendaient sur le bateau. A partir de 9m le plongeur sécu surface devait nous apporter à boire et à manger (compotes et barres céréales), nos appareils vidéo http://www.h2oaudio.com/store/waterproof-cases/idive-300-deep-dive-waterproof-case-and-speakers.html pour trouver le temps moins long. Ils devaient aussi nous aider à nous deséquiper de nos blocs inutiles et les remonter à la surface ou l’équipe de bord les prendrait en charge afin de nous faciliter la sortie de l’eau.

systeme_video_deep_ccr_tartiflette_team.JPG

Sytème vidéo avec notre caisson Gopro étanche 200m et ses 2 spots 20 LED de 9500 lumens chacun

Un des objectifs de cette opération « à la poursuite du protée et du Natal » était de remonter des vidéos et des photos du fond afin de montrer l’état de conservation des épaves, et la faune et la flore présentent sur ces épaves. Pour cela nous avions dans l’équipe deux photographes Aldo Ferrucci et Alexandre Fox . Pour ce qui est de la vidéo, ma Gopro et son fameux caisson devait faire l’affaire et pour cela je me suis pourvu de 2 phares 20 LED de 9500 lumens chacun, prototypes que j’ai eu en primeur grâce à mon ami Bastien de Techniplongee à Lyon. Dans la semaine précédent le WE de plongée, je passe beaucoup de temps à préparer des gonflages, pour les diluants, les oxy, l’air et différentes bouteilles pour les plongeurs sécu et des spares en secours.

DAY -2 Samedi

J’arrive chez guigui à Marseille vendredi soir, pour être prêt pour une petite plongée de règlage le samedi matin, le C4 picasso est chargée « ras la gueule ».

Un petit restau japonais, sushis gingembre et wazabi pour avoir la forme le lendemain et dodo. Pendant tout le week end et depuis 15 jours, on check les chaines météo, et windguru et invariablement il est annoncé pétole du lundi au mercredi, on n’ose y croire ….

On plongera l’après midi ya pas de stress, faut qu’on fasse les réglage de camera et éclairage avec les deux spots 20 LED et test du système Idive300. Sur Marseille on va plonger avec Atoll plongée, avec Anne et Mariutz qui gentiment feront notre sécu sur le Protée et le Natal. Il y a du vent et la mer tape, on va se mettre à l’abri derrière une des iles du coin, les autres plongeurs nous regardent d’un drôle d’oeil avec nos recycleurs, nos deux bails-out, et le reste.

Malgré les renforts de mousse que j’ai rajouté mon système video composé de la plaque, du caisson, des deux spots, du pack batterie est 10 fois trop lourd il va falloir que je le modifie et vite. Au bout de quelques minutes vers 32 mètres, alors que j’essaye de chercher la bonne position quelque chose d’incongrue attire mon œil à travers la lentille du caisson…….BORDEL de M…. !!!!!!!! il a pris l’eau AAARRRGGGHHHHH ben certainement là la Gopro et la Sdcard de 32 Giga à 45 mb/s sont nazes !!! je suis dépité je ne pourrais pas remonter d’image du fond, bon allez je pense à autre chose, guigui, lui n’est pas arrivé à faire fonctionner l’Idive, l’iphone «était en veille ».

( à mon retour le caisson a été testé il va bien c’est moi l’imbécile qui l’ai mal fermé sans doute) Je part pour la Ciotat pour débarrasser tout le matos au local de plongee passion-laciotat ou me rejoindra papa dans la soirée à l’hôtel. (bien entendu dans ce cas….ya personne pour t’aider !! les bouchons ont bon dos!!)

DAY -1 Dimanche Debout de bonne heure après une NUIT de RONFLEMENTTTTTTTTTTT ENORMEEEUUUS c’était pas humain….je le souhaite pas à mon pire ennemi …. Une petite 40 est prévue ce matin là on ne pourra pas faire les 60 prévu….on les a pas trouvé !! Guigui n’est pas venu car son boulot l’avait retenu. A la mise a l’eau on se perd, mais on se retrouve bien vite au fond, on part à contre courant le long du tombant jusque 40 péniblement, l’eau n’est pas super claire, je ne vois vraiment pas ou on aurait pu trouver 60, enfin bref comme on connait pas le site….le retour se fait en planant le jus dans le dos on écarte les bras et on joue les « Pépé Boyington « De retour au port après le déjeuner sur le port un dimanche de marché le jour de Pâques, on fonce faire une sieste avant de retourner préparer le matériel pour le lendemain, ce qui va bien nous prendre le reste de l’après midi. Jean Marc vient d’arriver on part manger dans un gourbi.

Retrouvez  la suite des plongées Plongées sur les épaves profondes du Protée et du Natal et WE Plongée sur les épaves profondes du Protée et du natal

Publié le

Baptême recycleur au lac Leman en Suisse

Baptême recycleur au lac Leman en Suisse

Une petite séance de baptême recycleur avec mon fidèle évolution chez nos amis suisses au lac Léman (de Genève lol) avec l’équipe de Dive Attitude.

 

Baptême en recycleur au lac Leman en Suisse
Baptême en recycleur au lac Leman en Suisse

Cours baptême recycleur au lac Leman

Tout a commencé au lac de Lioson pour notre plongée sous glace. Muriel de Dive Attitude m’avait demandé si je pouvais lui organiser des baptêmes en recycleur car elle avait des clients intéressés. C’est sans soucis et avec grand plaisir que j’accepte, toujours ravi de faire partager ma passion.

Mumu s'équipe pour son Baptême en recycleur au lac Leman en Suisse
Mumu s’équipe pour son Baptême en recycleur au lac Leman en Suisse

La journée s’est déroulée au Lac léman et a commencé par une présentation sur le recycleur de plongée, son principe de fonctionnement, les fonctions principales les avantages et les inconvénients. Puis vint la pratique en se mettant à l’eau afin que chacun puisse découvrir le silence de la machine et l’ai chaud et humide respiré.
Tous furent ravis de l’expérience et certain doivent « travailler maman » pour les convaincre de les laisser passer de la plongée en circuit ouvert au recycleur…lol.

Bapteme recycleur au lac Leman avec le Deep CCR Tartiflette Team mumu s’équipe

Created with Admarket’s flickrSLiDR.