Publié le

Comment Rob Stewart est-il mort ?

Rob Stewart : Analyse d'un accident de plongée mortel

Le Cinéaste Rob Stewart est mort en plongée en filmant les requins qu’il aimait tant

Analyse d’un accident mortel de plongée

Nous connaissons tous le célèbre cinéaste Rob Stewart auteur du célèbre film sur les requins Les seigneurs de la Mer (SharkWater). Rob Stewart était un ardent défenseur des requins, il est mort en plongée en train de les filmer. Son Film Sharkwater avait été tourné avec Paul Watson de Sea Sherpherd.

Il y a quelques jours le Capitain Paul Watson a écrit quelques mots sur le tragique accident de plongée qui a couté la vie à Rob Stewart. Paul Watson a vécu cet évènement de l’intérieur ayant personnellement participé aux recherches.

Le capitaine raconte :

« Nous avons perdu un incroyable conservateur le 31 janvier 2017.

Il venait d’avoir 37 ans un mois auparavant.

C’est une perte tragique, non seulement pour sa famille et ses amis, mais aussi pour les écologistes et les plongeurs du monde entier.

Il est mort en faisant ce qu’il a aimé, en faisant des films et en travaillant pour protéger les requins.

Rob m’a dit qu’il y avait beaucoup de dangers dans le tournage des requins mais être attaqué par un requin était la moindre de ses préoccupations. Il a aimé et compris les requins et il a changé les vues de millions de personnes sur les requins, renversant la pensée presque universelle que de nombreuses espèces de requins sont des monstres comme dépeint par Spielberg. Il les voyait comme des créatures gracieuses et fascinantes qui méritaient le respect et la protection.

Beaucoup de gens m’ont demandé au cours des 12 derniers jours ; Comment et pourquoi Rob est-il mort ?

Comment un tel plongeur qualifié et professionnel peut-il perdre sa vie en plongeant ?

Rob et un autre plongeur plongent profondément ce jour-là, à la recherche de requins autour de l’épave d’un navire appelé la Reine de Nassau à une profondeur d’environ 94 mètres.

Rob n’avait jamais plongé aussi profondément auparavant et c’était la combinaison de cette profondeur et de la technologie qu’il utilisait qui a mené à la tragédie de sa mort.

Cette technologie était son recycleur.

Il n’utilisait pas de bouteilles de plongée. Il a choisi d’utiliser un recycleur à la place et je peux comprendre pourquoi.

Il est difficile de filmer des requins en utilisant des bouteilles de plongée. Ils fuient quand ils voient les bulles et entendent les détendeurs.

En 2002, je faisais de la plongée avec des requins avec Rob à l’île Cocos à environ 300 milles au large de la côte ouest du Costa Rica. Ce soir-là, j’ai souffert un fort mal de tête parce que, en essayant de filmer des requins marteaux, je me cachais derrière un rocher attendant l’approche de certains requins. Je voulais alors me précipiter hors de ma cachette en retenant mon souffle aussi longtemps que je pourrais pour me rapprocher des requins. Et dès que je prenais un souffle d’air et expirais des bulles, les requins paniquaient et partaient au loin en vitesse.

Avec un recycleur, il est possible de nager à proximité et aux côtés des requins. Sans bulles, ils ne sont pas effrayés.

L’autre avantage d’un recycleur est qu’un plongeur peut aller plus profond et rester plus longtemps.

Malheureusement Rob Stewart avait seulement été certifié sur recycleur quelques jours avant cette plongée tragique.

Francesco Saverio D’Aquino, Luca Lucarini et Fabio Perozzi sont les auteurs du livre Rebreather Why Not ?! Ces trois hommes sont des sympatisans de Sea Shepherd et nous ont inclus dans leur livre et Francesco Saverio D’Aquino m’a envoyé une copie du livre que j’ai étudié de près.

Le premier chapitre du livre stipule que la plongée «recycleur» est une activité potentiellement dangereuse qui pourrait exposer le plongeur à des risques significativement élevés de décès ou de maladie permanente, en particulier s’il est mal pratiqué ou parce que le plongeur n’a pas suffisamment planifié sa plongée. La plongée sous-marine requiert une formation, un équipement spécialisé et une vaste expérience.  »

Rob Stewart était un plongeur très professionnel, il a suivi la formation et il était certifié et il avait un bon équipement. Malheureusement, bien qu’il ait eu une vaste expérience en tant que plongeur, il manquait de cette vaste expérience avec les recycleurs.

La technologie pour l’utilisation d’un recycleur est compliquée mais essentiellement cela signifie que le même air qui est exhalé est à nouveau inhalé. Le recycleur sépare le CO2 des autres gaz et même une petite partie de CO2 non filtrée par le recycleur peut être dangereuse. Le CO2 dans le sang peut déclencher une narcose profonde. Le plongeur doit apprendre à détecter le CO2 dans son corps et cela est difficile parce qu’il se faufile lentement dans le plongeur à mesure que les niveaux de CO2 s’élèvent sans que la détection s’accumule à l’intérieur des cellules (du corps) et quand soudainement il est libérée, le premier signe de son effet est la perte de conscience.

Certains plongeurs peuvent tolérer des niveaux plus élevés de CO2 que d’autres.

A un certain moment le plongeur se sent absolument bien, une seconde plus tard sans avertissement le plongeur est inconscient.

Trois immersions profondes en un jour ont poussé les limites

Lorsque Rob a disparu, la première idée de ce qui s’est passé était le fait que, quand ils ont fait surface l’autre plongeur est tombé inconscient, quand il a été tiré à bord. Quand ils ont cherché Rob, il avait disparu, ce qui indique que Rob a aussi perdu connaissance quand il a fait surface. L’autre plongeur a déclaré qu’il a reçu un signal de Rob qu’il était ok, mais Rob n’aurait pas donné d’indication qu’il n’était pas bien parce que le premier signe que les choses ne vont pas bien, c’est la perte de conscience. Il n’a même pas eu le temps de gonfler sa stab et sa ceinture de plomb l’aurait coulé comme une pierre dès qu’il est tombé inconscient.

Même les plongeurs les plus expérimentés sont rudimentaires. Les recycleurs sont utilisés par les plongeurs militaires et hi-tech et leur utilisation n’est pas recommandée pour les plongeurs récréatifs. Rob savait comment utiliser l’appareil, mais apparemment a fait une erreur en entreprenant trois plongées profondes en une journée. Quand il a fait surface le CO2 a été soudainement libéré dans son sang entraînant la perte de conscience.

Ma première réaction après que l’on m’ai informé de certaines des circonstances était que Rob n’avait pas disparu et a été en fait perdu. J’ai intuitivement senti que nous ne le trouverions pas vivant mais nous devions essayer. J’ai contacté la base de la Garde côtière à Key West. Ils nous ont conseillé de chercher à l’extérieur de la zone où Rob a été signalé disparu parce que la Garde côtière couvrait bien cette zone et le Gulfstream aurait pu le porter au nord entre 5 et 10 km/h. La Garde côtière nous a conseillé de se concentrer sur la possibilité qu’il était sur une zone comprise entre le récif Alligator et aussi loin au nord que Jupiter, en Floride.

Nous avons cherché jusqu’à ce que son corps a été situé à quelques 200 mètres de l’endroit d’où il a coulé, son corps n’ayant pas été touché par les requins.

Rob Stewart a fait une énorme contribution à l’humanité pour la perception des requins. Il a produit deux documentaires primés incroyables, Sharkwater et Revolution et travaillait sur Sharkwater Extinction quand il est mort. Il nous a laissé cet important legs éducatif et, ce faisant, il a apporté une contribution significative à la conservation marine.

Rob a pesé les avantages d’utiliser un recycleur contre les risques et a choisi de prendre les risques parce qu’il voulait approcher et filmer des requins sans leur fair peur. Rob a malheureusement fait une erreur technique fatale dans un élément où les erreurs sont impardonnables. Il est mort cependant en faisant ce qu’il aimait et dans un élément qu’il aimait. Notre équipe sur le John Paul DeJoria pensera à Rob quand ils plongeront et filmeront les requins le mois prochain au large de la côte ouest de l’Amérique centrale. Son inestimable service à la cause de la conservation marine et surtout des requins ne sera jamais oublié. »

Traduit des propos du Capitaine Paul Watson source Facebook