Publié le

Liban plongée épave Marseille

Épave du liban, une belle plongée aux Pharillon à Marseille

Epave Liban ile maire Marseille
Epave Liban ile maire Marseille

Plongée sur l’épave du Liban à Marseille

On a plongée l’épave du Liban que je n’avais jamais faite… j’ai compris pourquoi (je ne l’avais jamais plongée…). L’épave est échouée à l’extrémitée sud de l‘ile Maire. Ce jour là la mer était forte, même à l’abris nous avons eu droit à une houle de 1.5 m. Lors de la première plongée dessus je n’avais pas trouvé beaucoup d’intérêt pour cette épave du Liban, dont  nous n’avons pas plus vu que les deux chaudières à cause de la mauvaise visi. A moins que je n’ai pas su trouver le reste de l’épave ? Il faudrait éventuellement que je me fasse accompagner la prochaine fois par un plongeur habitué du site et de la plongée à Marseille. La partie la plus intéressante reste sans doute le retour avec le passage sous l’arche de l’ile, avec une belle lumière bleu en arrière plan et de la vie avec des bancs de poissons. L’épave, ou tout du moins ce qu’il en reste se situe dans la zone des 30 mètres de profondeur.

Epave Liban plongée Marseille
Epave Liban plongée Marseille (c) memoire de plongeur

En fait le Liban est un site de plongée de repli pour nous, en cas de gros temps. On se met à l’eau protégé par l’ile Maire et on passe en dessous d’une arche à 16 mètres pour arriver sur l’épave. Il y a aussi une faille dans la roche, ou l’on peut passer. Elle se situe juste avant mais à six mètres. Mais néanmoins, de l’autre coté, la mer, elle tape elle, et elle brasse le fond quand même, donc la visi n’a jamais été vraiment top pour nous.

Sauf cet été, ou on la plongée un peu plus tard dans l’après-midi et nous avons bénéficié d’un bel éclairage. Donc Yann, Patrick sa femme et moi nous nous sommes régalés en recycleur dessus. Nous avons eu le temps d’en faire le tour. Bon ok la Miss a eu froid… et il a fallu que je m’en retourne, donc une fois de plus je n’ai pas tout fais. En fait … l’épave est grande et il y a matière à visiter. Donc la conclusion, il faut bien sûr que j’y retourne encore deux ou trois fois afin de passer partout et de ramener des images.

Localisation de l’épave du Liban

Carte des épaves de Marseille
Carte des épaves de Marseille

L’épave se situe derrière l’ile Maire à Marseille sur un fond de 35 mètres, pas très loin du cap Croisette. L’épave n’est pas trop loin du Ker Bihan, ni de la Drôme. Par contre assez éloigné de l’ile du Planier et ses épaves. De toute façon il y en a tellement.

Histoire du nauffrage du Liban

Naufrage épave Liban
Naufrage épave Liban

Le 17 juin 1903, le Liban quite le port de Marseille en direction de Bastia en Corse. Le paquebot est éperonné à tribord avant par l’Insulaire, qui revient de  Toulon avec quarantes passagers à bord. Il s’apprétait à rentrer dans la rade de Marseille, à proximité de l’île Maïre. Le Liban a essayé de s’échouer entre les deux blocs rocheux au sud de l’île. Ce naufrage a causé la mort de près d’une centaine de passagers.

Les pêcheurs du port des Goudes, organisent les secours à bord de leur barques, aidé par un navire en partance pour la Grèce, le Balkan, et au Rakocsy, un vapeur hongrois qui devait rejoindre l’Italie. Le Liban coule par l’avant. Comble de malchance, cinq des six canots de sauvetage ne sont pas mis à l’eau, les bossoirs sont en trop mauvais état. Le Liban coule en 20 minutes seulement.

Vidéo de plongée sur l’épave du liban Marseille

Ci après une vidéo d’une plongée sur le Liban, même si ce n’est pas la nôtre ! 😉

Publié le

Bonnes plongées 2016

Le Deep CCR Tartiflette team vous souhaite de bonnes plongées 2016

Deep CCR Tartiflette team au salon de la plongée
Bonnes plongées 2016 Le Deep CCR Tartiflette team au salon de la plongée papa va nous manquer !

On vous souhaite à tous de bonnes plongées 2016 et une bonne année.

Selon l’expression consacré Take Care ! N’oubliez pas que la santé est primordiale. Que vous soyez plongeur loisir ou plongeur tech, que vous pratiquiez la plongée sous marine à l’air, en sidemount ou la plongée recycleur, l’expérience, la formation et l’entrainement sur les fondement de la sécurité pour passer de bonnes plongées 2016.

Venez nous retrouver sur notre stand au salon de la plongée 2016, pour échanger sur nos formations plongées ou futures explorations, nous serons sur le stand TDI.

Vu que Jérome et moi n’avons pas été trop présent en plongée en 2015 pour plein de raisons, on va faire mieux cette année et on va se préparer un petit (ou gros) programme de plongée.

Il y aura de la plongée sur épaves… du sous-marin, c’est à peu près sur, de la plongée profonde, de la plongée souterraine dans le Lot et ailleurs, bref on devrait ramener de belles images. Je ne sais même pas si on aura le temps d’organiser une plongée sur le FW 58C, on verrra bien. On a planifier aussi quelques plongée Marseille avec ses calanques et ses épaves. Cette année Jerome a un nouveau Jouet. En plus de nos recycleurs habituels, Inspiration, Megalodon, Triton il est devenu instructeur sur recycleur Liberty. Il sera là pour vous renseigner.

Bonnes Plongée 2016

N’oubliez pas la plongée à l’air au dela de 40 m ce n’est pas bien vous augmentez le facteur risque. Il faut plonger aux mélanges, nitrox, trimix normoxique, avec une configuration légère dans un premier temps pour apprendre et découvrir de nouvelles sensations pour de bonnes plongées 2016. Cela est nécessaire pour passer du temps en toute sécurité sur une belle épave à 40 m ou au-delà, afin de bien maitriser ses paliers et sa décompression.

Publié le

Salon de la plongée 2016 on y sera

Le Deep CCR Tartiflette Team sera présent au salon de la plongée 2016

Salon de la plongée 2016
Salon de la plongée 2016

Nous serons présent au salon de la plongée 2016 comme tous les ans, ou presque, sur le stand salon TDI SDI à l’emplacement D19-D21, tout le monde de la plongée s’y donne rendez-vous.

Salon de la plongée sous marine

Formation plongée sous marine : Jérome, dis pervers dis le BE sera présent avec moi, on vous présentera nos programes de formation plongée avec la formation Nitrox entre autre premier préalable à la plongée tech. Les Formations Padi sont en baisse dans le monde, nous pourons vous expliquer la différence entre la plongée Padi et la plongée technique que nous pratiquons, profitez-en pour vous former avec nos Cours TDI. Nous vous proposerons de commencer par un baptême de plongée si vous le souhaitez. Lors d’un stage plongée nous vous formerons à la plongée sidemount, plongée recycleur, plongée profonde et plongée sur épave.

Matériel de plongée : On vous présenetra notre matériel et nos equipement plongée, pas de montre de plongée pas de bouteille de plongée pas de masque plongée à vendre sur le stand du salon de la plongée 2016, ce n’est pas notre truc, juste des recycleurs ! On pourra vous conseiller pour l’achat d’une combinaison plongée ou ordinateur plongée et vous former à son utilisation, faire le bon choix pour la bonne utilisation, DO IT RIGHT (DIR).

Jerome vous conseillera pour la plongée Paris avec son club de plongée, c’est son domaine.

Salon de la plongée 2016
Salon de la plongée 2016 avec le Deep CCR Tartiflette Team

Exploration sous marine : Nous tacherons de répondre à vos questions sur nos explorations, voyage plongée, et séjour plongée. Parfois lors de nos plongées souterraine nous sommes face à le l archeologie sous marine comme au Mexique ou dans la source chaude de Salin les Thermes en Savoie. Nous pourrons vous initier à la plongée sous marine marseille,

Lors du salon de la plongée 2016 à Paris, on vous racontera nos plongées sur les épaves profondes, sous marin français ou U-boat sous marins allemands, comme le U 455 en Italie.

Vous pouvez consulter notre chaine vidéo plongée, avec des vidéos filmées avec des caméras gopro plongee sous marine, nous faisons très peu de photo sous marine.

2015 n’était pas une grande année au salon de la plongée

Publié le

Star Wars la force revient… nous aussi !

Star Wars revient ... le Deep CCR Tartiflette Team Aussi !
Star Wars revient … le Deep CCR Tartiflette Team Aussi !

Star Wars Le réveil de la Force le Deep CCR Tartiflette Aussi

La Force revient, le Deep CCR Tartiflette Team Aussi ! 2016 sera l’année de la plongée qui fera oublier l’année 2015. Jérome est prêt, moi aussi, manque plus que papa ne s’y remette !

Bienvenue du coté obscur de la Force : Il y a aura de belles explorations de plongée, de belles épaves, peut être même des inconnues, ou rarement plongées, du recycleur, de l’inspiration, du Triton, et le petit dernier le recycleur  Liberty.

Stay Tuned !

Bienvenu du coté obscur de la Force Deep CCR TartiFlette Team
Bienvenu du coté obscur de la Force Deep CCR TartiFlette Team
Publié le

Jerome dis pervers pepere….passe son MF2

Jerome dis pervers pépère….passe son MF2

Bon ben on va pas rentrer dans le détail du pourquoi du parceque du comment pervers pépère c’est tapé le MF2, mais le principale il l’a donc réussi et avec les honneurs ma foi, et connaissant l’homme j’en doutais pas, deuxième de sa promo….à son âge…LOL MDR.
Comme de coutume dans le team Deep CCR Tartiflette, il nous le raconte dans son compte rendu. Nous allons donc organiser une fête en l’honneur des dieux de la plongée autour d’un grand feu. Et nous danserons toute la nuit en buvant de l’eau de feu !

Du numéro 20 au numéro 1862 

Jèrome Mercier reçus deuxième de sa promotion au MF2

Numéro 20, ce numéro matricule sera le mien pour les deux semaines de stage pendant lesquels je vais enfin tenter de décrocher le MF2 à Niolon cette Mi- Septembre , après une année de préparation à Paris et sur la cote d’Azur. Nous sommes une trentaine de stagiaires venant de tous horizons et de toute la France à nous présenter à cet examen, tous avec des motivations qui nous sont propres. Pour moi, c’est le coté accès à l’enseignement dans l’espace lointain qui m’intéresse, la plongée aux mélanges, essayer de casser cette image du plongeur tek quant à l’utilisation du Trimix et la démystification de son utilisation avec les recycleurs.Paradoxe, il me faut pour cela passer un brevet compliqué et exigeant à tout niveau avec un bloc air de 12 litres sur le dos pour toutes les épreuves, notamment celles à 50m de profondeur, zone à partir de laquelle je m’interdis d’évoluer habituellement avec un diluant air sur les deux recycleurs que j’utilise régulièrement. Je ressens également une envie de dépasser ce que m’a apporté jusqu’à présent le MF1 que j’ai passé en 2003, rien que pour aider les autres à se dépasser.Et puis je le reconnais, il y également une part de challenge personnel pour lequel je vais me montrer à moi-même qu’à 46 ans ,je peux encore y arriver (ah, je reconnais et j’assume entièrement pour cela mon coté grand gamin).Comme je me le dis souvent, je vois mes enfants grandir à la vitesse Grand V, mais finalement je dois également vieillir à la même vitesse ,alors pourquoi pas maintenant avant qu’il ne soit trop tard et que l’envie de le présenter ne s’émousse avec le temps. L’encadrement du stage final et de l’examen est assuré par une bonne Vingtaine d’Instructeurs Fédéraux Nationaux, qui seront chargés de nous évaluer tout au long de ce cursus final. Ils resteront disponibles tout au long de ce stage de 2 semaines pour nous aider à nous dépasser, et à nous conseiller sur les 18 épreuves que nous allons bientôt aborder durant ces 5 jours d’examen. Après une semaine de stage final durant lequel nous avons pu être confrontés à nos contenus de connaissance (ainsi qu’à nos nombreuses lacunes il faut bien l’admettre !) , et au cours duquel nous avons pu tester nos compétences en pédagogie et notre niveau de pratique dans l’eau, nous abordons enfin la semaine d’examen, après une journée de repos qui clôt le stage final ,journée que nous mettons à profit pour réviser une dernière fois les procédures de calcul Nitrox en altitude, tampons fuyards et autres oreilles malades. . Dimanche 10H30 Nous retrouvons à la porte du réfectoire sous une pluie fine(et oui ,même à Marseille cela peut arriver),pour plancher pendant 1H30 sur la première épreuve écrite d’anatomie et de physiologie Je rassemble mes neurones et réponds rapidement aux questions qui s’enchainent, sur des thèmes aussi différents que le Stress en plongée, les explications physiologiques des accidents de désaturation, ou bien de l’effet des radicaux libres s’appliquant à la neuro-toxicité de l’oxygène en plongée. Je poserai le crayon avec un ouf de soulagement à la fin de cette épreuve, en mobilisant mon esprit pour la suite des festivités. Tout au long des épreuves qui vont s’enchainer les unes autres autres, un seul mot d’ordre que nous nous répétons à nous même à l’envi : oublier ce sur quoi nous venons d’être évalués, et se mobilier pour l’épreuve qui va suivre. 14H30 Promis juré, je ne toucherai plus à ce p………. de mannequin de ma vie de plongeur si je réussis ce MF2 ; cette tête jaune (ou orange suivant les centres), combien de fois j’ai du me la coltiner en la trainant comme un boulet ?; surtout que cette fois il a eu la bonne idée de nous attendre à 10m de profondeur, couvé du regard par un IN qui assure la sécurité à cette profondeur. Nous attendons notre tour pour passer derrière la bouée de départ du parcours. Ca y est, c’est mon tour…je m’élance pour 200m de nage PMT, que j’enchaine autour des bouées matérialisant un trajet de 50m ;je ralentis un peu sur la fin en ventilant sur la dernière partie du parcours, effectue un canard et vais récupérer le noyé en plastique de poids apparent 1,5Kg, que je remonte à la surface à l’aide de vigoureux coup de palme depuis le fond ;je pense à me tourner vers le Jury perché sur la falaise pour effectuer le signe de détresse normalisé et m’élance en nage dorsale en prenant soin de bien me ventiler et de vérifier mes amers…..je souffle comme pas possible, en veillant à ne pas immerger la tête du bonhomme, et arrive enfin à la fin de cette épreuve. Évidemment je n’ai pas pensé à déclencher mon chrono pour avoir une idée de mon temps global ; de toute façon, il faut vite sortir et passer à la douche pour la dernière partie de cette journée. 17H30 Retour au réfectoire pour l’épreuve de théorie de l’activité. La lecture des sujets à traiter pendant cette heure et demie me montre que je suis maudit, ce fichu compresseur va encore me faire transpirer ….il m’a suivi depuis le MF1 et là ,on se retrouve lui et moi en tête à tête pour plancher sur le sujet…c’est pas possible….les flèches pointent sur des schémas ou des pièces que j’ai oublié……je me remémore les contenus de cours et essaye tant bien que mal de placer les soupapes ,manos, filtres et autres décanteurs dans le bon ordre. J’ai l’impression d’avoir tout oublié….je tente de me rappeler le phénomène de coalescence de huiles avec l’eau … Bref ,j’appuie sur l’accélérateur en essayant d’ordonner mes idées pour achever au mieux cette épreuve. Fin de la première journée d’examen, nous souhaitons tous que le beau temps revienne pour les épreuves suivantes.

Lundi 10h00 Je me retrouve avec mes compagnons sur le quai pour préparer mon bloc pour les épreuves d’orientation avec et sans instrument. Mise à l’eau depuis le quai. Je sonde sur la première bouée et commence à effectuer un carré de 50m de coté à l’aide de mon compas .Le jury situé sur la falaise suit nos bulles et trace notre trajectoire qui n’a quelquefois rien à voir avec un carré…. Je ne suis pas mécontent de ma prestation sur cette épreuve du carré…..j’ai « tapé »les bouées à chaque fois en respectant rectitude, angulation et distance.Ca devrait le faire comme on dit, et me rapporter quelques précieux point s pour la suite. J’enchaine sur le triangle rectangle à l’instinctif mais là c’est une autre histoire….je me retrouve en train d’effectuer des parcours rectilignes « courbes », plutôt orientés bizarrement vers l’entrée du port de Niolon que vers la bouée visée….je me disais bien que c’était à cause de ça que j’ai équipé mon véhicule d’un TomTom.! Je sais que je vais arriver à une mauvaise distance de la dernière balise, mais surtout j’évite de courber ma trajectoire pour essayer de garder le même cap et éviter de perdre trop de points. Résultat global : bof, j’aurais pu mieux faire….mais bon c’est pas trop mal….. 14H00 Retour à la case départ après un déjeuner rapide : le réfectoire pour la troisième et avant dernière épreuve écrite : la décompression Là, je me régale……quasiment que du calcul Nitrox….mon point fort……chouette. Par contre c’est super dense, il ne
faut pas perdre de temps….les successives s’enchainent avec les remontées lentes au cours desquelles évidemment le plongeur va se retrouver dans des situations inimaginables mais tellement pratiques pour tester la fonctionnalité de nos neurones… Nous prenons une pause et grand bol d’air frais durant un break de 15 min à la fin de cette épreuve, avant d’enchainer la dernière épreuve écrite d’une durée de 45 min : la réglementation.. Ouvrez le bal ! , c’est reparti sur des questions aussi subtiles (mais parfois ressenties comme « perverses » reconnaissons le !) que sur le contenu du code du sport, l’organisation des séjours enfants ou bien sur le contenu de la charte du Moniteur fédéral que je n’ai pas eu la présence d’esprit évidemment de réviser. Fin de cette dernière épreuve écrite.

Je vais pouvoir passer à autre chose et ranger le classeur des annales d’examen qui m’a tenu compagnie pendant quasiment tous mes moments de libres depuis quelques mois. Je me suis promis d’enterrer ou de bruler ce pavé de 3 Kg à la fin des épreuves écrites, ce que je n’ai pas fait peut être par superstition. J’ai eu l’impression, tout au long de ces épreuves écrites, de repasser le bac tel que je l’avais vécu une trentaine d’année auparavant, lorsque nous devions de la même manière replier le coin supérieur droit de la copie principale, de manière à conserver notre anonymat…..finalement, moi qui recherchait un coté rajeunissant, j’ai été servi ! 17h00 -Nage PMT sur 1500m Dernière épreuve de la journée J’endosse ma combinaison de 3mm d’épaisseur et passe à la vérification du lestage auprés du Jury,lestage que j devrai conserver toutes les épreuves en libre. Mise à l’eau et échauffement, puis top départ vers le bateau pour un aller retour jusqu’au bateau ancré à mi distance où nous devons annoncer au jury posté en surface notre numéro à mi parcours. A 300m de l’arrivée, je me fais griller pas deux fusées qui me déposent comme un papy…ce n’est pas possible, ils sont dopés à quoi les copains ?? J’appuie sur les palmes, et termine pas trop mal sous les 22minutes ; c’est mieux que l’objectif que je m’étais fixé en début de stage.

Mardi 8H30 Grosse journée en perspective et gros coefficients ou il ne faut pas perdre de points :la descente dans le Bleu suivie de la plongée à 50m. Arrgghhh !!!!: mon ordinateur Liquivision X1 a fait des siennes la veille au soir…capteur de pression HS….il est en train de terminer une plongée à 450m de profondeur tout seul dans l’armoire de ma chambre. J’ai pour l’occasion ressorti la valeur sure : un vieil Aladin gris que mon copain Karim m’a prêté avant mon départ de Paris en prévision d’une tuile de cette nature. Ce n’est pas possible, je suis maudit…..j’espère que je vais arriver à distinguer les chiffres noirs sur le fond gris à cette profondeur .Je regrette le coté sympa du X1 avec son écran Oled Jaune pétant….il me faudra « faire avec » comme on dit. (J’en profiterai le soir pour envoyer un mail à Liquivision au Canada pour leur demander de prendre en SAV mon X1). On arrive sur le site de plongée, où chacun d’entre nous se voit attribuer un binôme d’IN chargé de nous évaluer sous l’eau ;c’est mon tour….je m’élance pour une descente dans le bleu qui se doit être la plus verticale possible ,à vitesse constante, pas trop rapide, sans vriller…..je me stabilise à 50m et cherche mon jury qui s’est déplacé en me suivant.

J’enchaine les exercices à 50m : vidage de masque, Lâcher Reprise d’embout, épreuve de calcul sous l’eau, le tout en veillant à ne pas faire varier cette profondeur de plus ou moins 2 mètres maxi ,fourchette qui sert à évaluer notre comportement à cette profondeur. Je termine ma multiplication sur l’ardoise d’un des deux instructeurs, et nous voilà partis pour un début de ballade qui va ,suivant un scénario immuable va se compliquer de problèmes divers et variés que nous sommes censés résoudre au fur et à mesure que le jeu de rôle s’installe entre l’IN jouant le rôle de l’élève et moi :essoufflement, ou narcose ,doublée d’une panne d’air que nous devons gérer au cours de la remontée assistée ,sous l’œil du deuxième IN chargé d’évaluer notre prestation ;je ne m’en tire pas trop mal au final….. Retour à quai, douche rapide pour la suite….

10H30 Epreuve de matériel J’ai pour l’occasion remonté mon matos vers la salle de cours, et pu récupérer le X1 au fond de mon armoire, après l’avoir flashé pour essayer de le redémarrer en fonctionnement normal……j’ai 5min pour présenter au jury mon matos personnel, et les choix qui m’ont motivé à m’équiper de cette manière…je parle recycleur, trimix, PPO2 constante, mais également détendeur Surcompensé à piston ….Avec un ordinateur qui affiche un plongée à 450m, j’ai l’impression de passer pour un zozo. Evidemment, on me questionne à nouveau sur le compresseur (je suis maudit, je vous le dis !!!) ; bref, les questions s’enchaînent pendant une demi heure à un rythme soutenu. Je replie mon barda et retourne à la chambrée ou je retrouve mes co-piaulés . On échange nos impressions ….punaise :Alex vient d’être interrogé sur la valve de Schroeder…..gloups !!, heureusement que ce n’est pas tombé sur moi…. Après midi libre jusqu’à 17h Nous mettons à profit ces quelques heures pour nous reposer de la tension nerveuse et pour réviser les sujets de pédagogie sur lesquels nous serons peut être interrogés demain matin.

17h00 Apnée à 15m Le briefing des encadrants a été effectué collectivement en salle avant notre départ ;il y aura deux bateaux et par conséquent deux ateliers ;je passe en second sur le deuxième bateau juste derrière Alex ;compte tenu de notre ordre de passage, je commence une série de petites apnées expiratoires sur le bateau, tout en essayant de garder ma concentration. Surtout éviter la Samba ou la syncope éliminatoire lors de l’arrivée en Surface….. Je reste concentré, et termine mon échauffement dans l’eau…le numéro 19 vient de sortir, c’est bientôt mon tour. J’essaye de me détendre…….ça y est Alex est sorti, c’est à moi.

Il est fière le pervers !! LOL dis tu veux un bonbon ?

Un canard et hop, direction en bas ….j’arrive au fond et dépasse l’IN qui m’attend à 15m, et commence à me redresser face à lui quand ma tête arrive au niveau de ses palmes…..il me fait le signe OK ? Je réponds calmement par OK, et lui montre la paume de ma main sur laquelle est inscrite au feutre noir mon numéro de passage….il le note et me demande de commencer ma remontée, ce que j’entame aussitôt….surtout, ne pas oublier le tour d’horizon avant l’arrivée surface, de faire coucou à l’IN qui me suit du regard à 6m et qui doit également évaluer mon comportement et assurer ma sécurité. Ne pas expulser l’air contenu dans mes poumons avant l’arrivée en surface comme la semaine dernière lors de la répétition générale ou cela m’a valu une petite frayeur à moi mais surtout au Jury présent dans l’eau de jour là. Je fais surface pas trop à l’agonie, et me tient quelques secondes à la disposition du jury, puis regagne le bateau, en nageant sur le dos……53s de temps total, pas trop mal pour un vieux de 46 ans….. Et comme on se le répète entre stagiaires à la fin de chaque journée ; une de plus en moins…..

Mercredi

Encore une journée riche en épreuves, avec 2 épreuves de péda au tableau et deux épreuves dans l’eau 8h20-La DTH de 30m Départ du bateau. J’ai rebaptisé à l’occasion cette épreuve « Démonstration Théâtrale avec Handicap ». Je suis dans l’eau avec un jury composé du Pdt du Jury Himself et de 2 autres IN dont un stagiaire IN qui va jouer le rôle de Cobaye. C’est lui que je vais devoir remonter Les copains qui ont déjà réalisé cette épreuve avant moi se sont laissés surprendre pour certains par la légèreté de certains « syncopés », ayant du même parfois pour certains d’entre eux placer leur palmes à l’horizontal pour freiner leur vitesse de remontée ,tout en expirant au maximum pour éviter d’être embarqués à la surface lors de l’approche finale…nous sommes prévenus…les jurys sont « légers ». J’hésite à rajouter 1 Kg à ma ceinture de lest, ce qui totaliserait 2 Kg en tout, et me permettrait de contrebalancer une remontée trop rapide… Finalement, je pars comme d’habitude, avec mon lest réglé à 1kg. On verra bien….. Nous arrivons au fond, signe OK ? ,Oui je répond par le signe OK ce qui signifie que j’accepte les conditions du contrat telles qu’elles me sont proposés :gilet vide et conditions de réalisations ;Démarrage de l’exercice par une remise en bouche légèrement fusante du détendeur du syncopé qui vient de s’effondrer face contre le fond … Ok tout va bien. Je me concentre et tout me positionnant correctement, vérifie la remise en place immédiate du détendeur en bouche en me penchant du coté opposé (Théâtre, théâtre quand tu nous tiens….) J’entame ma remontée sur une impulsion au fond avec un seul mot d’ordre à l’esprit :ne remonte pas trop vite :ils sont légers !!!!…je visualise la chaîne d’amarrage du bateau au lointain….et là, surprise, punaise ce n’est pas comme on me l’avait dit : c’est une enclume que je dois remonter !!. J’analyse la situation en une fraction de secondes. Je suis en train de freiner car j’ai trop hésité au départ de peur de me faire embarquer, et si je n’envoie pas tout maintenant, je vais redescendre et adieu le MF2.J’actionne le turbo et reprend une vitesse hadock tout en pensant à vérifier au moins plusieurs fois le degré de conscience de mon syncopé.

Purée, qu’est ce qu’il est lourd !!!..Ce n’est pas possible, il faut que j’y arrive….je ventile un max pour éviter l’essoufflement ….Je palme ample en remontant à vitesse contrôlée….Et moi qui pensait me surlester d’un kilogramme de plomb, quel idiot j’aurais fait ! J’arrive en surface après un tour d’horizon stabilisé (je ne risque pas de percer la surface avec le poids apparent de mon syncopé) et pars pour une minute de tractage vers le bateau après avoir réalisé le signe conventionnel de détresse vers le bateau ; je manque télescoper un autre couple de stagiaires /IN en plein effort, mais rectifie la trajectoire au bon moment…..fin d’exercice.Ouf, terminé…je regarde mon mano,je suis passé de 200b à 100b en moins de 4 minutes ! N’y pensons plus, c’est fait. Retour du bateau au port à 9h15 pour la suite des festivités de la journée. 10h00-Epreuve de péda organisationnelle Après une douche rapide,je me dirige vers la salle de torture mentale. Il faut bien le dire ,je ne suis pas à l’aise avec certains sujets sur ce chapitre de péda. Le but de cette épreuve :exposer à nos pairs pendant une dizaine de minutes notre conception se rapportant à l’organisation d’un stage, d’un examen ou bien la prise en charge de stagiaires pédagogiques MF1 ou initiateurs après des stages initiaux, ou encore parler de notre notre manière de concevoir l’enseignement de tel ou tel concept(Compétence-capacité,notions d’acquis et de pré requis)au cours d’un stage initial. Suivant un principe immuable ,nous avons ½ heure pour préparer notre sujet après tirage au sort, puis 20 minutes pour exposer nos concepts au tableau, les 10 minutes restantes étant laissées à l’appréciation du jury qui nous questionnera sur tel ou tel point . Pour cette épreuve, Dieu m’a entendu….. Je tombe par hasard sur LE sujet que je connais parfaitement ……le prise en charge de 2 stagiaires pédagogiques Initiateurs N2 après leur stage Initial ;super, c’est ce que fait au sein de mon club depuis plusieurs années. !!! Le passage au tableau se fait de manière naturelle et tout se passe très bien .J’ai du vécu sur ce sujet là et j’essaie de la faire sentir au jury qui m’écoute.

14h00 retour en salle pour l’épreuve de Peda Théorique. Je tire au sort LE sujet sur lequel je ne voulais pas tomber….. « Aider un stagiaire MF1 à concevoir et réaliser un cours sur l’ADD au niveau 4 ,avec mise en évidence d’outils méthodologiques utiles à la conception de cours de la même famille » Tant pis, je n’ai pas le choix, je me lance dans une réflexion de 30 min ou je dégage des grandes idées. Je dois rester opérationnel dans l’exposé que je vais présenter au jury-J’ai heureusement pensé à regarder ce sujet particulier hier soir, ce qui fait que j’arrive à pondre un plan qui est censé tenir la route,tout au moins je l’espère

. J’expose 20 minutes, au terme desquelles le jury ne me parait pas être convaincu par mon argumentaire ;je défends mon exposé sous le feu roulant des questions qui d’ensuivent. Bon j’ai terminé, je vais passer à autre chose. 17h00 :la RSE de 30 mètres. Pas de problèmes pour moi sur cette épreuves, le tout c’est de ne pas prendre trop d’air au départ ce qui nous permet de rester en légère apnée entre 30m et 20 m environ. Je dois avoisiner ,voir dépasser la Minute trente comme d’habitude ,avant tour d’horizon stabilisé à 3m et sortie détendeur en bouche

Jeudi 10h00 Dernière épreuve de péda pratique J’ai sorti mon ardoise Velleda après avoir préparé mon sujet, en salle pour exposer au Jury du jour ma conception de cours dont le contenu doit aider un stagiaire MF1 à concevoir et réaliser un cours sur la RSE Niveau 2(sujet tiré au hasard),et comme d’habitude lui permettre d’utiliser ce cours pour le transposer à des cours de la même famille après en avoir mis en évidence les outils méthodologiques. Je m’estime correctement calé sur ma prestation, que je termine sans anicroches. Je sens que j’ai marqué des points. 14h00 On commence à souffler, il ne reste plus qu’une épreuve :le 1000m capelé à 17h00 ce soir. Nous en profitons pour aller faire des courses et préparer l’apéritif qui sera donné par les stagiaires pour fêter la fin des épreuves. Nous en profitons pour réserver 10 litres de Punch sur les 25L que nous avons mis au fr
ais, et que nous prévoyons d’utiliser comme remontant au sortir de cette épreuve du capelé , histoire de nous dessaler le gosier juste après notre arrivée sur le quai.

17h00-Capelé 100M Le briefing effectué par les IN est réalisé sous forme de boutade pour cette dernière épreuve « Vous démarrez vite, vous accélérez au milieu, et vous terminez à fond ». Ben cette fois il n’y a pas photo, « il n’y a plus qu’à »comme on dit. C’est la dernière épreuve de cet examen. Cette fois ci la mer est d’un calme plat, contrairement à la semaine précédente ou sous une houle de 50cm j’ai terminé l’examen blanc en 24min après avoir avalé environ 3L d’eau de mer. Nous nous échauffons une dizaine de minutes avant le départ. Dés le top , je me suis collé à Nico et à Laurence qui me servent de lièvre. Au bout de 9 min, j’arrive à mi parcours et j’annonce mon numéro au Jury sur le bateau. Demi tour et retour direction le port ; j’entraperçois Stéphane qui se tient à ma droite .Il tente de ma la faire par l’intérieur…c’est un peu un jeu entre nous. Je tente de le dépasser à nouveau, mais je perds un moment le cap retour.

Finalement nous arriverons groupés en un temps de 17min 40 environ tous les deux. Nous récupérons quelques minutes sur le dos, et sortons sur le quai où nous attend un punch salvateur, mais néanmoins comportant un effet brisant sur les jambes qui ont du mal à récupérer après cet effort…ce n’est pas grave…c’est terminé. Nous en profitons pour envoyer à l’eau le Staff qui nous a suivi et encouragé durant toute cette semaine, sous les applaudissements des uns et des autres. La soirée qui suit sera agrémentée d’absorption de boissons en tout genre, mais essentiellement alcoolisées, certains ayant décidé de prolonger fort tard la soirée finale avant l’annonce des résultats le lendemain midi.

Vendredi Je me réveille comme d’habitude vers 07h00 , malgré une veille tardive. Je ne peux pas m’empêcher de me remémorer mes prestations, dans l’eau, au tableau ou sur les copies que j’ai rendu. Je «  gamberge »comme on dit….c’est l’attente qui commence jusqu’à Midi, heure à laquelle seront proclamés les résultats de cette session. Je commence à plier mes affaires. On suppute, on estime, on s’encourage, la tension commence à monter : bon, pas bon ? Aura-t’on l’ensemble de l’examen ou une partie seulement ? 11h30 :j’enfile le tee-shirt blanc réglementaire et tout le monde se dirige tranquillement vers la terrasse du bar où les cadres fédéraux nous rejoignent petit à petit. La tension est à son comble au fur et à mesure que les discours de présentation et de remerciements avancent :notre président de la CTN, Jo Vrijens, le Pdt de la fédération M J.L. Blanchard accompagné du Vice-Pdt de la FFESSM M Francis Merlo s‘expriment tour à tour. Nous rentrons dans le vif du sujet,…….on y est…….commence l’annonce des résultats……les deux majors(masculin et féminine), Philippe et Laurence sont récompensés, bravo à eux ! Et mon prénom vient de suite après….je n’y crois pas je mets 3 secondes à réaliser que c’est moi qu’on appelle…..ça y est…..je suis MF2.Je m’avance et signe la Charte du Moniteur. Je suis sur un petit nuage. Une année d’efforts récompensés. On écoute la suite des noms qui s’égrène sous les applaudissements des uns et des autres. Nous serons au final 20 à réussir l’examen cette session. Mon numéro sera le 1862.

Jérôme. Paris, le 24 Septembre 2011.

Publié le

Plongée Marseille capitale phocéenne

Plongée Marseille, plongée dans les calanques, sur Épaves, tombants…

Plongée Marseille une invitation de Gui-Gui ça ne se refuse pas ! Gui-Gui me tel il y a quelques jours pour me demander si ca m’intéresse de plonger à Marseille le WE de Pâques, Il habite Marseille maintenant, et il avait plongé avec Papa Chez Atoll plongée il y a 15 jours. Why Not then ? La saison de plongée du Deep CCR tartiflette team va commencer par des plongées à Marseille.

J’avais récupéré ma nouvelle combinaison étanche SF Tech, faite sur mesure (j’ai oublié de grandir, marque suisse de qualité, et j’ai du passer quelques heures le soir après le boulot pour faire des « réglages » la combi est plus souple plus ample, et je peux mettre mon thinsulate de 400 g dessous. En tout cas c’est un vrai pyjama, hors de l’eau et dans l’eau on ne la sent pas.

Un soir de Paques au lac du Bourget
Un soir de Paques au lac du Bourget

On ne s’en lasse pas de cette vue !

Donc avec papa, on reprend les bonnes vieilles habitudes, C4 Picasso Chargé jusqu’à la gueule, et pourtant que 2 bail out chacun ! Et direction le sud, sauf que là nous nous nous arretons à Marseille. Ça commençait mal, on a eu un sacré vent de face pendant toute la descente avec l’orage.

Guillaume nous attend et nous rejoint au club de plongée puis nous filons diner.

Le lendemain matin on se lève de bonne heure car le petit déjeuner est à 7H30 !! un peut tôt . Préparation du matos et on se rend sur le port ou nous attend un magnifique Zod noir équipé d’un V8 de 350 ch ! Où l’on monte à 25 dessus mais nous ne serons que 3 plongeurs « teck ». La plongée Tek ça prend de la place sur un bateau. Ça cogne la mer bouge, et on nous demande de ne pas faire trop long car les loisirs seront remontés avant nous et il vont se les cailler à nous attendre. Cap envoie le 350 ch !

Plongée à Marseille à Caramassaigne

On a donc décidé de faire 50 m 60 min comme première plongée sur le tombant de Caramassaigne, car Gui-gui n’a qu’une giclette d’hélium dans son diluant. On part en premier. Pas encore réglé le gonne ! Au moment de faire ma bascule arrière j’entends PAAALLLMMEEE, merde je vais devoir payer l’apéro, gui-gui lui pense avoir oublié ses plombs! Mais non il est déjà narcosé !
On descends dans le bleu, heu le vert tellement ca bouge et on arrive sur le fond à 42 m. on suit Gui-Gui qui devrait connaître le site de plongée, je reste en retrait papa part sur la gauche et Gui-gui sur la droite. Mine de rien il nous emmène à 64 m, ce qui n’était pas prévu mais bon…
Au bout de 22 min de plongée j’ai déjà 32 min de temps de remonté. J’en informe mes binômes, mais y en a un qui comprend rien est l’autre qui doit être déchiré, de toute façons il se débrouillera avec la surface pour expliquer notre retard.
Ça y est il se décide enfin mais j’ai fermement l’impression qu’il ne sait pas où il va, la traversée du plateau est longue et on doit faire face à différents courants suivant la profondeur. En fait j’ai l’impression qu’on se sait pas ou on va !

A 13 m je balance le parachute car on va exploser le run-time et je veux informer la surface que tout va bien et où on est ! Je n’entend pas le moteur du Zod, la mer bouge ce n’est pas normal. On se coince dans une faille de la falaise à 5 m pour finir notre déco. On sort avec comme paramètres : 64 m et 84 minutes.
Personnellement je ne suis pas fière on ne donne pas le bon exemple et les pauvres sur le bateau ont du se peler.

Un petit site de plongée à Marseille pour l’après midi

L’après midi on y retourne, mais sur un petit site de plongée de Marseille, théoriquement à l’abri, mais le vent a forci et sa tape encore. Là on a droit à un zod de 250 ch et on est beaucoup moins. De nouveau on part en premier, on nous explique un peu le site. On se met à l’eau et on arrive sur un fond de 19 m, on prend main gauche et on descend petit à petit jusque 39 m, on remonte légèrement jusque vers une grotte vers 20 m que l’on pénettre on en fait le tour pour voir si cela sort quelque part sans succès. On repart et sur le retour on joue avec deux gros poulpes. On avait dit qu’on ne dépassait pas 30 m pour ne pas à avoir à taper dans les paliers car c’est la deuxième plonge de la journée mais voilà encore une fois on tape 39 m, on dépasse on sort à 48 min. Je ne me souviens plus du nom de ce site de plongée sur Marseille.

Plongée Marseille paysage unique !
Plongée Marseille paysage unique !

Beau temps pour plonger à Marseille

Le soir le temps se lève, le soleil brille, mais le vent tape aussi plus fort. On part manger en ville, restau sympa mais pas assez copieux. On va se coucher de bonne heure on est fracassé.

Le Lundi de Pâques, lever de bonne heure, again, oulalalala le vent !!! à 7h30 déjà 54 km/h de vent, on pensait faire éventuellement la Pierre de Cassis et le couloir aux gorgonnes, mais là c’est mort. J’ai pas envie de faire 20 m non plus. On se concerte et on décide d’y aller quand même. Ça tape déjà dur dans le port et à la sortie du port de pointe Rouge on prend des vagues plus hautes que le zod, on se fait fracasser. Direction le Pharillon, mais pas question de faire le Liban. J’ai pris ma caméra et j’espère faire des images de cette petite plongée.

Vidéo de l’ambiance post plongée à Marseille 😉

Pour vous montrer l’ambiance post plongée à Marseille, c’est pas ça que vous allez trouver dans vos voyages de plongée aux Bahamas, ni sur une croisière de plongée en Egypte.

On se met à l’abri derrière le cailloux pour la mise à l’eau, il nous est déconseillé de pousser sur le Liban sous l’eau car en cas de problème de courant ou autre le zod serait à découvert et dans des creux de 3 m il ne pourrait pas nous récupérer. On arrive sur le fond à 25 m, et on attaque la descente, on suit la paroi main droite et mon Gui-gui On descend le long d’un « tombant » comme qui disent les marseillais, faudrait qu’on leur montre ce qu’est un tombant ! Le Tombant du lac de Thoune par exemple ! 😉

On passe autour des patates, il y a des belles gorgones rouges et jaunes que je m’applique à filmer. On tombe nez à nez avec un magnifique saint pierre qu’on fixe pendant …longtemps, puis une langouste, et mon gui-guiiii continue à descendre, je gueule que je n’ai pas envie de continuer, ya du jus et c’est pas prudent, parti comme on est parti on risque d’exploser le run time again et j’ai bien compris cette arsouille de guigui avait l’intention de taper le Liban, pas envie de finir à Tunis moi. Demi tour et on se prend le jus, on tarde à remonter les paliers s’empilent. De nouveau il faut qu’on se protège pour finir nos paliers à l’abri, on sort pile poils au bout d’une heure. Rentrés au club, après avoir rangé le matos je sorts le PC pour visualiser la vidéo j’ai bien la vidéo que j’ai fais sur le zod, mais pas celle sous l’eau, ca n’a pas marché !!!! et je connais le coupable ! C’est Captain, je lui ai prêtée et il m’a déconnectée la LED d’enregistrement et donc je n’ai pas pu m’apercevoir de la bêtise. Dommage.

Publié le

Compte-rendu plongée tek 140m Lac de Thoune

Compte-rendu plongée tek 140 m Lac de Thoune Beatenbuch

Plongée de Noel à thun en suisse -140 m avec -10 degré dehors et 4 deg dans l’eau.

 

Plongée au lac de Thoune pour Noel 140 mètres et -10 degré
Plongée au lac de Thoune pour Noel 140 mètres et -10 degré

On va se réchauffer au fond ? Y fait plus chaud y parait !

Ecrit par : Brigitte Lenoir

Infos générales :

Dimanche 20 décembre 2009 à 12h30

Température extérieure : – 10 degrés (des glaçons partout, même sur les marches d’escaliers) et une bise à faire expatrier les esquimaux aux Maldives… ! (Le lac est trop gros pour geler … donc pas de plongée sous glace à Thoune LOL)

Température de l’eau : 4 degrés au fond, 7 degrés aux paliers à 6 m

Infos techniques : Plongeurs : Thierry Marra et moi-même (Daniel et Thomas se seraient-ils désistés… ???)

Inspiration Vision pour Thierry Et CCR Megalodon

Profondeur : 140 m – 103 minutes

Mélanges :Diluent 6/80 Ballouts : 12 lt carbone 300b – tmx 6/80 11 lt alu – tmx 20/40 7 lt carbone 300b – 14/65 7 lt carbone 300b- 50 % 7 lt alu – ntx 40 % 7 lt alu – ntx 90 % mutualisation des ballouts

Sécu : 10lt alu 90 %

Runtime : -140 mètres, descente 20 m/min, 9 min temps fond yc descente, 102 min tts, gestion de la PP02 en manuel (exercice)

Petit résumé de la plongée :

On avait prévu de plonger samedi avec Yvan et Dédé…mais, ben…préparation de Noël oblige, Thierry vient de réaliser que ce serait le dernier week-end avant l’arrivée du P’tit Papa Noël…alors on décale à dimanche…histoire qu’il puisse assurer un peu coté famille ! La veille, tempête de neige…mon binôme pas très motivé à passer 6h sur des routes enneigées (eh oui…ça lui fait 700 bornes depuis Lyon !!)…mais après son passage à l’église samedi soir, le bon Dieu nous accorde une météo extraordinaire : un ciel bleu azure, – 10degré et une bise à vous transpercer les os… ! Bon, si super Thierry propose une fondue au lieu de la plongée, j’dis OUI cette fois… !! Bon alors Thierry…tu me poses la question ??? ben non…il est motivé par les -140 m….brrrrrrrrr !! Pas la foule sur le parking du Beat….on peut même choisir sa place…on apprécie… !!

A travers la vitre de la voiture…et le chauffage à fond….on trouve que le soleil est presque chaud…mais que néni…une fois dehors…la bise nous transperce…un coup d’œil alentour…des glaçons partout…sur les escaliers, la rampe, les arbres….me suis promise que si j’arrête la plongée, le prochain sport, ce sera de l’indoor…genre tennis (une raquette, des basquets, et une salle chauffée l’hiver… !)

Bon allez….on est pas des lopettes….ou bien ?? Préparation et mise à l’eau des ballouts…aie…faut surtout pas glisser sur ces escaliers verglacés…qu’est-ce que ça va donner avec les machines sur le dos…. ? Thierry…éternel optimiste me dit : ça va le faire Bri…pas de soucis…faut juste pas glisser… (ben ouais…ce serait trop con de remplir une déclaration d’accident avant de plonger… !!)

On s’équipe…j’ai une super sous-combi très chaude…mais pas très souple…donc, me sens un peu assistée pour la préparation…tant que j’ai un binôme galant…ça va le faire ! Et hop…quel plaisir d’enfiler la combi SF TEK…super souple…hyper confortable….sans cette combi, j’aurais renoncé, ça c’est sur !!

Bon…on atteint sain et sauf la mise à l’eau….un coup de main mutuel pour fixer les ballouts…heu…en fait, merci Thierry pour des deux coups de main …lol !! Grrr….là, je peste contre la sous-combi Xero…. !!

Palmage en surface, puis descente dans le bleu pour atteindre la falaise ; mince, on a pas assez palmé, on touche la falaise à 40 mètres…j’aurais préféré continuer à la verticale dans le bleu jusqu’à 90-100m puis reprendre le cap de la falaise, puis suivre la roche lisse jusqu’à –140m ! L’objectif était de descendre rapidement…mais là, on va se faire tous les surplombs…du coup, le temps de descente va ralentir….suis déstabilisée, à 78m…trop gonflé la combi…et je reste quelques secondes en stand-bye…je vois Thierry disparaître en dessous…mince, on va se paumer…la visi n’est pas top…me redresse pour dégonfler un max, je vide les faux poumons…mais impossible de retrouver Thierry… ! Il faut chaque fois se repousser de la falaise pour descendre les surplombs…on déplace de la touille…à – 120m, Thierry se dit : mince, pas de Bri…elle a du passer sur ballouts et il remonte…de mon côté…je me dis qu’il m’attend à – 140m, profondeur max que l’on s’est fixé…alors, no way…je descends….et à – 140m, coup d’œil à droite, à gauche…pas de Thierry…alors je remonte…en évitant de me déplacer….je vais bien le croiser…rien…pas de Thierry. Bon, ça ne me stresse pas trop…je me dis qu’on est juste décalé et que l’on va se retrouver aux paliers à 6m…. !

Majestueuse falaise….toute en découpe, des failles, des surplombs…occupée à l’admirer et à zieuter un éventuel phare de mon binôme, je me cogne la tête à –100m, sous un retour de roche, dans une sorte de petit canyon et les ballouts de gauche se coincent sous l’arrondi de la falaise : je pousse donc avec les mains pour me dégager…rien n’y fait…bizarre, je ne vois pas ce qui peut coincer ? En évitant de faire trop d’efforts, je tente de poser les 2 palmes contre la falaise pour me projeter en arrière….et hop…ça passe…tiens, je ne l’avais jamais vu ce mini-canyon ! Commence la déco….longue…car je me fais du souci pour mon binôme…hâte d’arriver à 6 m et de le croiser puis essayer de s’expliquer vainement par des gestes ce qu’il s’est passé !! 12m, 9m…pas de Thierry….6 m…là je vais le voir…je trace de long en large…toujours pas de Thierry…et le film commence : il est resté au fond…c’est pas possible qu’il soit dehors, vu qu’il était en dessous de moi lors de la descente et si il était remonté pour me chercher, je l’aurais croisé….donc, JE DOIS LE TROUVER ICI AUX PALIERS A 6M…. !! Rien…et encore 30minutes sur mon VR3…un peu moins sur le Shearwater car j’ai poussé la PPO2 à 1.50-1.60 depuis un moment… tant que je suis sous l’eau, je garde l’espoir d’un signe…!

Fin des paliers…la boule au ventre….je remonte à la surface…alerter les secours…c’est pas possible…un truc a du m’échapper…il fait peut-être ses paliers un plus loin ? Arrivée en surface….je ne vois pas ses ballouts dans l’eau….je l’appelle (non, plutôt je gueule : THIERRY !!)…rien…je déclipe rapidement mes ballouts…et là….Thierry apparaît…encore en combi, prêt à intervenir… !! OUFFFF !!

Je réalise que nos peurs étaient réciproques…. lui m’attendait depuis 45minutes..en fait, il est remonté de 120m pour me chercher et on ne s’est pas croisé !!

A retenir de cette plongée :

Mutualisation des ballouts en lac…ça reste ‘risky’…la visi est rarement au top, les risques de se perdre sont présents !

Faut-il prévoir de continuer la plongée en cas de perte de binôme…la plongée tek n’ayant plus rien à voir avec la plongée loisir…que fait-on de la notion de binôme ?

Comme j’étais persuadée qu’il ne pouvait pas être sorti de l’eau avant moi, je n’ai pas lâché le parachute pour signaler ma présence….erreur…on se perd, on lâche le parachute…même sans bateau pour la sécu surface

Le retour se fait sous une tempête de neige….40 km/h pour Thierry avant Genève….aie…mince, la route va être longue !!

Brigitte Lenoir / 20.12.09 /// Plongée à 143 m à Thun
/// Plongée à 134 m à Thun
/// Plongée à 130 m à Thun

Publié le

Le TEAM DEEP CCR TARTIFLETTE

L’équipe de plongeur extrèmes du DEEP CCR TARTIFLETTE TEAM a été formé à la suite du Festival de la plongée tech à Cavalaire.

The team of divers extreme DEEP CCR TARTIFLETTE TEAM was formed following the Festival of the tech diving in Cavalaire.

Das Team von Tauchern extreme DEEP CCR TARTIFLETTE TEAM wurde im Anschluss an das Festival der Tech-Tauchen in Cavalaire gebildet.

El equipo de buzos Extreme DEEP CCR TARTIFLETTE TEAM se formó después de la fiesta de la tecnología de buceo en Cavalaire.

La squadra di sommozzatori estrema DEEP CCR TARTIFLETTE TEAM è stata costituita in seguito alla Festa del diving tech in Cavalaire.

Команда дайверов Extreme DEEP CCR TARTIFLETTE TEAM ОИЦ был сформирован после фестиваля технического дайвинга в КАВАЛЕР

Continuer la lecture de Le TEAM DEEP CCR TARTIFLETTE

Publié le

Plongée sur l épave du Bananier à la Ciotat

Plongée à 96 m sur l’épave du Bananier à la Ciotat

Courant Avril, Jean Marc nous informe que Jean Louis est en train de monter une expédition pour plonger sur l’épave du Bananier au large de la Ciotat qui git sur un fond de 96 98 m au sable. Brigitte et moi ont a la même réaction ; ni une ni deux on dit GO ! Papa lui doit partir faire ses devoirs conjugaux en Crète, c’est comme boire ou conduire faut choisir ! Nous on a choisi de rouler bourré !

Brigitte est déjà parti vendredi pour plonger le Samedi, ce qui me vaut d’ailleurs de lui faire un radio guidage sur l’autoroute, je passe les détails du style quand t’ès à Genève tu t’apercois que ta combi est resté à Villeneuve (c’est le village de congénitaux à l’autre bout du lac Leman ou on avait dormis en revenant d’une plongée à 130 m à Thun dans un précédent épisode ) enfin bref, je crois qu’elle a mis 12h pour descendre !

Samedi elle m’envoie un sms pour me dire qu’il n’ont pas plongé à cause du mistral et que ce serait ainsi tout le week end !! Purée je saute sur la météo qui annonce du calme : elle me cherche ou bien !

Samedi soir, deux ou trois courses, je ramène les gosses et Hop direction le sud A DONF ! Un nouveau record est établi avis aux amateurs ? Ya bien un photographe qui a voulu me tirer le portrait mais manque de bol j’avais mis mon masque de Nemo !

Après une excellente nuit, réveille à l’aube ce qui me permet de rencontrer Joel du centre Azur plongée qui en profite pour me sauter dessus illico presto avec plein de questions : combien t’a de plongées, depuis quand, quelles profondeurs, ou qui quand comment avec qui…..bon j’ai échappé au touché rectal, mais je pense que c’était moins une !

Préparation de notre plongée sur l'épave du Bananier
Préparation de notre plongée sur l’épave du Bananier

Préparation des recycleurs pour plonger sur l’épave du Bananier

J’ai assez de temps pour préparer mon matos car je suis arrivé le premier. Ensuite arrive le reste du groupe, Jean Marc Blache, Jean louis, Francois, les Belges etc etc etc, Bon on est dix en tout. Pascal Bernabé se lève … il est 10 heures il nous dit bonjour et va déjeuner. Il n’a pas emmené sa fille il croyait que pervers était là. !!! OOUAARRFF désolé Jérome j’ai pas pu résister, Ca te rapelle pas l’épisode de notre plongée sur le Haven ? MDR

Bon en fait on va partir tard, c’est bien quelques chose qu’il faut intégrer, sur des expéditions un peu lourde comme ca, t’a le brieffing, des questions, des analyses qui vont pas, des soucis de dernières minutes bref, on part c’est midi bien tassé.

Le recycleur Inspiration de Brigitte pour plonger sur l'épave du Bananier
Le recycleur Inspiration de Brigitte pour plonger sur l’épave du Bananier

Brigitte membre du Deep CCR Tartiflette team pour plonger sur l’épave du Bananier

Auparavant j’ai officiellement intronisé Brigitte membre du DEEP CCR TARTIFLETTE TEAM qui le mérite bien, même si elle a la tête dure. Elle a donc droit à son autocollant sur la boite jaune de son recycleur Inspiration.

Le Semi rigide de 300 ch avale gouluement ses 100 L/h pour nous amener sur le site de plongée, la météo est bonne la mer est calme tout s’annonce bien.

Avant de se mettre à l’eau on boit beaucoup et chose très bien faite L’assistance a une caisse complétte de bouteille d’eau, il commence à faire chaud, le pilote et le « gendre de Joel » OUUAARRFF nous aide à nous équiper.

On donne les run time, et les palanquées et les deux belges partent en premier. Nous avons tous donné 20 ‘ temps fond. C’est à notre tour on se met à l’eau avec Bri et on descend au bout faire le Bubble check à 6m, everything in order GO!

Bon là je me suis fais plaise, une descente comme je les aime : tu descends à donf tu respires pas pour ne pas déclencher l’ADV pour éviter de gonfler les faux poumons, tu gonfles surtout pas la stab ni l’étanche. Tu gonfles juste l’étanche quand la pression est telle que ca te sers les burnes à t’en faire monter le lait aux oreilles ! De plus comme cette eau de mer est salée ca descend mal alors pour enfoncer le clou tu palmes ! Résultat on est en bas en 3′ seulement.

Run Time épave du Bananier
Run Time épave du Bananier

Belle descente sur l’épave du bananier non ?

Pendant la descente sur l’épave du Bananier, je me retourne pour voir si Bri suit : elle est pas loin ! Elle pédale bien !

Au fond sur l'épave du Bananier
Au fond sur l’épave du Bananier
Au fond sur l'épave du Bananier
Au fond sur l’épave du Bananier

Arrivé en bas amérissage on gonfle tous ce qui a à gonfler et on se met à faire le tour de l’épave du Bananier au sable pour bien la repérer, on tombe nez à nez avec une énorme langouste, je l’aurai bien mise dans ma poche pour le 4h celle là ! On file vers la timonerie qui est magnifique, les jeux de lumières sont très beau, l’eau est claire et la visi nickel.

Plongée épave du Bananier
Plongée épave du Bananier
Brigitte sur l'épave du Bananier
Brigitte sur l’épave du Bananier

Rien à voir avec l’épave du Haven. La timonerie de l’épave du Bananier mérite qu’on y passe pas mal de temps, on devrait pouvoir essayer de rentrer un bout de tête pour voir.

La timonerie de l'épave du Bananier
La timonerie de l’épave du Bananier
La timonerie de l'épave du Bananier
Mauvais éclairage sur la timonerie de l’épave du Bananier

Vue sur la timonerie de l’épave du bananier

La timonerie de l'épave du Bananier
La timonerie de l’épave du Bananier

Mon appareil photo à deux balles, un petit sony DSCP200 avec son caisson ikelite 60 m font des merveille à 96m ! il me manque juste les flash.

On revient sur le corps de l’épave du Bananier, que l’on survole maintenant et là oh surprise il y a des cales qui sont accessibles, mais là pas le temps d’imaginer y faire quoique ce soit dans cette plongée, c’est trop tard.

On passe devant le canon de l’épave du bananier, et là l’instant est magique car c’est très beau, le bleu est beau, l’épave du Bananier est belle, j’ai une plongeuse tech qui me l’éclaire et moi j’ai un appareil photo de merde ! Enfin bref j’en ai un quoi ! Donc clic clac clic clac et HOUPS c’est déjà 21 min !!! Bon vu la DTR faut remonter sinon j’ai les branchies qui vont me pousser !

Le canon de l'épave du Bananier
Le canon de l’épave du Bananier
Brigitte éclaire le canon de l'épave du Bananier
Brigitte éclaire le canon de l’épave du Bananier
Brigitte éclaire le canon de l'épave du Bananier
Brigitte éclaire le canon de l’épave du Bananier
Mauvais éclairage sur le canon de l'épave du Bananier
Mauvais éclairage sur le canon de l’épave du Bananier

Quelques photos du canon de l’épave du Bananier, c’est Jean Marc qui a du se faire plaise avec son matériel ! Tu m’en prêtes dis ?

On remonte un peu trop doucement à mon goût au début et donc on continue à charger, et là la déco elle est longue mais longue mais longue comme une journée sans HEEEEUUUU manger HEIN PASCAL ?

Je jure de fabriquer un système qui résiste à la pression pour écouter de la musique aux paliers, car rester presque 1 heure à 6 mètres au bout d’un fil c’est con et chiant, donc va falloir agrémenter si on veut poursuivre.

Longue déco aux paliers à 6m sur l'épave du Bananier
Longue déco aux paliers à 6m sur l’épave du Bananier

Très longue déco en chapellet sur l’épave du Bananier

On sort enfin de l’eau, c’est pas trop tôt, l’équipe nous aide à nous déshabiller et on saute sur les bouteilles d’eau, fait soif. On attend longuement la remonté de toutes les palanquées et on échange nos commentaires sur cette belle plongée. On Y renviendra plonger cette épave du Bananier. No Worry avec des meilleurs éclairages.

Quand tout le monde est là direction le centre, le vent a tourné la mer a grossi ca devient sportif sur le ZOD, on s’en prend plein la gueule quoi ! Bon on se fait quand même un bonne ventrée de lasagne à 16h avec une bonne mousse, faut pas déconner.

Le Team extrem Dive 120 à la sortie de la plongée sur l'épave du Bananier
Le Team extrem Dive 120 à la sortie de la plongée sur l’épave du Bananier

On nettoie les affaires, on se change on met les blocs au gonflage et zou direction la plage, et là !! Grosse baffe mp3 dans les oreilles, la plongée, la route, la fatigue BOUM ya plus personne je dors.

C’est le tonnerre de l’orage qui me réveille, je plie les gaules. Juste avant un énorme orage.

Le soir rendez vous chez Henry, le restau juste à coté. Jean louis est là, BRI aussi, Jean marc etc. Pascal Bernabé arrive, mais il n’a plus de place, ce n’est pas grave je lui prète mes genoux et ma demi chaise : il est le master ou bien ? Déjà à table on s’entend bien on commande une soupe de poisson pour deux, une salade périgourdine, un poisson, un steak tartare deux ou trois chopines, des pichets de rosé, de quoi se sustenter quoi.

Bon ma fois il a fallu gueuler pour avoir des cahouettes mais pascal était fatigué ce soir. On a des projets, on verra.

Doc Gynéco dit Jean louis
Doc Gynéco dit Jean louis

Jean louis et Bruno le belge j’ai oublié son nom on va me le rappeler ! ca y est c’est fait !

Le Gone et le Maître Pascal Bernabé
Le Gone et le Maître Pascal Bernabé

Allez assez pour aujourd’hui dodo, promenade digestive et ronpssscchhiii avec mp3.

Publié le

Tombant de Chatillon plongée lac du Bourget

Plongée d’entrainement sur le tombant de Chatillon

Site de plongée de chatillon à Chindrieux Lac du Bourget

Lote sur Tombant de Chatillon
Lote sur Tombant de Chatillon (avec un seul T pour la lote de rivère 😉 )

Tombant de Chatillon : Le site historique du château de Châtillon est chargé d’histoire. C’est un ancien château fort, du XI siècle, qui a été remanié maintes fois. Il se situe sur un promontoire qui se dresse sur la commune de Chindrieux dans le département de Savoie Rhône-Alpes.

Ce qui rend ce site de plongée du lac du Bourget intéressant et qui attire pas mal de plongeurs, est son tombant accessible du bord. En effet il suffit de garrer sa voiture au parking, de prendre son matériel de plongée jusqu’au bout du port et vous accédez à la plage de Chatillon. De là, après la mise à l’eau, vous vous immergerez juste avant la pointe, vous serez encore dans la zone des 6 mètres, et juste après sur une sorte de cassure en prenant main gauche, BOUM, c’est le tombant plein zef jusque 60 mètres.

Plongée sur le tombant de Chatillon au lac du Bourget

Notre plongée d’entrainement sur le tombant à Chindrieux n’était pas terrible. La descente ne s’est pas passée comme nous l’avions désiré. Par manque de visibilité, il y avait plein de particules en suspension, nous n’avons pas pu avoir la bonne vue d’ensemble du tombant. Petite plongée à Chindrieux sur le tombant de Chatillon au lac du Bourget, avec Thierry, très peu de visi on n’a pas trainé au fond, car nous n’avons pas réussi à faire la descente comme nous le souhaitions. Ce qui est important, c’est de descendre en faisant des traversées, en zigzagant jusqu’au fond. Vous verrez alors la dalle verticale. Bien entendu, c’est une plongée technique, engagée puisque en cas de problème, il n’y a que le fond pour vous arrêter. L’eau est froide, il fait noir, et c’est une plongée que l’on vous déconseille de faire à l’air. Il faut utiliser un mélange à base d’helium, appelé Trimix afin de plonger en toute sécurité et d’éviter la narcose. Pour cela il faut avoir suivi une formation Trimix.

Galerie d’images du tombant de Chatillon

Vidéos de plongée sur le tombant de Chatillon

Plan du site de Chatillon à Chindrieux