Publié le

FW 58C Epave lac du Bourget

FW 58C Epave lac du Bourget

FW 58C épave du lac du Bourget plongée à 112 mètres

Première plongée d’exploration de l’épave du FW 58C, épave d’avion allemand au fond du lac du Bourget

FW 58C épave lac du Bourget
FW 58C épave lac du Bourget

Ca y est c’est le grand jour ! Avec Thierry on attend cela depuis longtemps, on a fait pas mal de sacrifice et de plongée pour cela, Philippe nous emmenne plonger sur « l’avion » : le fameux FW 58C du lac du Bourget. La météo avait prévu grand beau et maxi 20 km/h de vent et là  elle s’est trompée. Ce matin au lever il fait 6°C, le ciel est maussade et un vent de force trois balaye le lac du Bourget.

Le Gone prêt à plonger sur l'épave du FW 58C
Le Gone prêt à plonger sur l’épave du FW 58C

Nous nous mettons à  pied d’œuvre et préparons notre matériel pendant que Fabrice et Christophe, les deux plongeurs sécu qui nous accompagnerons prépare le matériel de sécu. Des vagues agitent le lac et perturbent notre arrivée sur zone, nous avons du tiré des bords pour traverser le lac en 1H30 jusqu’à arriver à Chindrieux. Puis vint le temps des repérages au GPS et au sondeur pour localiser l’épave du FW 58C, il fait 8°, l’air est humide nous avons déjà les pieds et les mains transis de froid.

Christophe un de nos plongeurs sécu a mis sa cagoule et est transis de froid, le temps est humide, il y a de la brume il fait 6°, ils sont habillés et prêts à  se mettre à  l’eau si ca se passe mal.

Papa prêt à plonger sur l'épave du FW 58C
Papa prêt à plonger sur l’épave du FW 58C
Philippe prêt à plonger sur l'épave du FW 58C
Philippe prêt à plonger sur l’épave du FW 58C
L'épave du FW 58C se démarque au sondeur
L’épave du FW 58C se démarque au sondeur

Soudain l’épave du FW 58C apparaît très clairement au sondeur

Gros écho incliné, cela ne peut être que lui. On refait un passage pour être sûr. Christophe et Fabrice lancent alors la gueuse et arriment la bouée.
Thierry, Philippe et moi même nous préparons à nous immerger, je prend deux phares de plongée, un HID 10W et mon Halogène de 50W.

Christophe nous aide à nous préparer pour plonger le FW 58C
Christophe nous aide à nous préparer pour plonger le FW 58C

On s’équipe, même si on sourit on est tendu, nos plongeurs sécu sont au petits soins pour nous aider à  nous équiper.

FW 58C Epave lac du Bourget
FW 58C Epave lac du Bourget

Nous entamons alors la descente, je suis devant, on suit le bout sans trop le toucher de peur de le déplacer, soudain il fait noir et le faisceau du phare HID fuse dans les ténèbres. J’atteins les 95 mètres en 5 minutes, je m’arrette et me stabilise comme prévu, j’attends mes trinômes qui ne tardent pas.
C’était ça le plan : on cherche à  95 m, pas la peine de descendre plus bas pour chercher si on ne trouve pas l’avion et charger en paliers en vain.

Christophe est transis de froid pour cette plongée sur le FW 58C
Christophe est transis de froid pour cette plongée sur le FW 58C

J’agite le faisceau fin et perçant du HID pendant quelques secondes et BINGO la Queue de l’avion et sa croix gammée apparaissent devant nous à  5 mètres au grand maxi : je crie de joie, on est tombé pile sur l’épave du FW 58C et on l’a trouvé immédiatement. Thierry dira plus tard quand il est arrivé qu’il m’a vu tel le chien en arrêt devant le gibier.

Philippe tient le bout, puis le la¢he, je le suis, on fait le tour de la queue puis on descend le long du fuselage du FW 58C, l’ossature est à nue, il manque la toile qui le recouvrait. On continue l’exploration on descend vers le cockpit. Toute la partie avant, le cockpit du FW 58C est carrément enfoncé dans la vase, preuve que l’avion a du toucher le fond avec une certaine vitesse pour s’enfoncer si profond.

Au fond dans le cockpit les commandes sont là , ainsi que les sièges, nos ordinateurs indiquent 107 mètres, l’avion est planté quasi verticale avec un angle d’environ 70°, la queue est à  95 m. On fait le tour des ailes, puis Philippe se met en tête de rapprocher encore plus la gueuse du FW 58C, et le voilà  qui force pour la soulever mais elle fait carrément ventouse avec la vase, j’ai failli l’aider, puis me ravise, vaut mieux éviter de s’emmeller à  deux dans le bout à  112 m en pleine eau dans une eau à 6°. Transis de froid, je remonte sur la queue du FW 58C et jette un dernier coup d’oeil à  mon ordi qui m’indique 85 min de décompression, et fait signe à  Philippe que je souhaite remonter, Thierry n’attendait que cela, on quitte l’avion à 16 minutes de temps de plongée.

Philippe au palier à 6 mètres sur l'épave du FW 58C
Philippe au palier à 6 mètres sur l’épave du FW 58C

Paliers à la barre à 6 mètres sur l’épave du FW 58C

La longue et froide remonté commence. A 60 mètres je ferme l’ADV. A 50 mètres on coupe l’éclairage il fait assez jour pour lire les instruments. Pendant la remonté on continue à  saturer et à  charger jusqu’à  avoir 95 min de déco. A 40 mètres je switch sur Nitrox 28 au diluant et rince. On Gagne 20 minutes d’un coup.

Papa au palier à 6 mètres sur l'épave du FW 58C
Papa au palier à 6 mètres sur l’épave du FW 58C

On fait monter les ppO2 et les ordi gueules. Philippe lance un parachute orange pour signaler que tout se passe bien. Il fait froid et on n’arrive pas à  se réchauffer, car l’eau est seulement à  10° en se rapprochant de la surface, on est quand même le 15 Novembre. A 6 mètres nous retrouvons la barre de déco avec la B15 d’oxygène au cas ou, et c’est parti pour 43 min de décompression !

Préparation du matériel de plongée pour le FW 58C
Préparation du matériel de plongée pour le FW 58C

Ha la joie de sortir, enfin, nos plongeurs sécu nous aident à  sortir de l’eau et à  nous déséquiper, et une fois sur le bateau la joie éclate : VENI, VEDI, VICI. On a les images dans la tête et c’est fantastique.

Plongée FW 58C 107 mètres 106 minutes
Plongée FW 58C 107 mètres 106 minutes

Merci à  Philippe, Thierry, et bien sur nos plongeurs sécu Christophe et Fabrice. Merci à  Jean Marc Blache du team NPSFQQA qui me prête sa photo de l’épave du FW58C car je ne suis pas équipé pour prendre des photos à ces profondeurs.

8 réflexions au sujet de « FW 58C Epave lac du Bourget »

  1. Bravo les loulous !

  2. Salut à  tous
    félicitations!belle plongée!un peu couillu aussi avec cette température et cette visibilité!bon d’accord c’est pas trés profond mais quand même!108m c’est le premier deep stop ou la profondeur max?
    bon allez c’est pour rire!je suis admiratif et conscient des difficulté d’une telle explo!
    A bientôt
    Amicalement
    Pascal

  3. Bravo à  tous… mais c’est un peu fou non ???

    bises, plus particulièrement à  Thierry
    A très bientôt j’espère
    Régine

  4. Bravo
    pour cette plongée! il devait faire froid!! rien qu’voir les image de surface!!
    encore bravo les enfants
    patrice strazzera

  5. c’est pas mes 121m a l’air au 15l mais……………………

    c’est SUPER FELICITATIONS

    il faudrais que je me mette au" boitier"

    encore BRAVO

    christian

  6. Merci de mettre le copyright sous les photos :

    " Photo Copyright Stéphane Havard et Philippe Cathiard, 2005. http://WWW.WATALIBI.COM "

    Bravo pour la plongée.

    Stéphane

  7. Bonjour à  tous et à  Stéphane.

    Pour la signature de l’image du fond, je suis désolé mais il s’agit de la mienne et la signature est "Photo Jmarc Blache – NPSFQQA – octobre 2004".

    A plus tard,

    JM

    Team NPSFQQA – rEvo – Heliox only
    http://www.helioxplongee.fr/

  8. Salut les gars,

    Ouais, trop facile : avec les chaussons, les gants, la ceinture et le gilet chauffants…..dis donc, à  6 mètres, c’était la sauna ?? Lol, je plaisante !

    Bravo à  vous, c’est long 45 minutes à  6 m dans une eau si froide, n’est-ce pas ? Whaou, ca du être une explo d’enfer ! J’ai adoré votre récit !

    Alors Thierry, à  samedi à  Thoune…? l’eau fait 4° partout et vu la météo, on sera proche des -xxx à  l’extérieur….alors, ok pr 80 m, mais max 75 min, eh oui, moi je garde mes gants humides même l’hiver et pas envie que le pampers givre aux paliers…lol !

    M’enfin, heureusement, super Alexis va nous préparer une fondue d’enfer et pis….il y aura les bons petits rouges et blancs suisses (je parle de nos vignes alcoolisées…vous l’avez compris, hein ?)….et peut-être meme de la Vodka en renfort ? J’ai l’impression que l’on sera proche de la Sibérie…, mais on est pas des lopettes, n’est-ce pas ??

    Trêve de plaisanterie, vous n’êtes pas des lopettes, ça c’est sur, alors bravo les gars !

    A bientot,
    Bri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.