Publié le

La plongee en recycleur est elle plus sure ?

La plongée en recycleur est elle plus sûr ?

La plongée en recycleur est-elle plus sure ?

Lorsque se produit un accident de plongée, la première priorité est de prendre soin de la victime. Mais que se passe t il avec le matériel qui a été utilisé? Qu’advient-il du recycleur ? Où va aller le recycleur ? Quel genre d’information pouvons nous extraire des données enregistrées ? Peut-on dire que la plongée en recycleur CCR est plus sûr qu’en circuit ouvert ou non? Martin Parker parle sur l’analyse des accidents lors de son interview par Submerge Production at Eurotek 2010.

martin_parker_Eurotek_2010_deep_ccr_tartiflette_team.jpg

On reprend ici l’interview de Martin Parker à Eurotek 2010 donnant son avis sur les accidents en recycleur

Malheureusement des accidents peuvent se produire pendant une plongée. Il faut comprendre pourquoi l’accident a eu lieu et comment. C’est pour cela qu’il y a à chaque fois une enquête. Submerge Production TV en profite pour interviewer Martin Parker PDG de AP Diving Fabricant des recycleurs Inspiration Vision. On Apprend qu’en Angleterre à chaque accident de plongée et pas seulement en recycleur, le matériel est envoyé au laboratoire HSS pour une Analyse.

A la suite d’un accident, l’organisme d’analyse devra faire un check visuel de la machine et des téléchargements. Puis il y aura 4 choses à vérifier :

  1. Identification des gaz utilisés et si ceux-ci étaient bien adéquates pour la plongée planifiée.
  2. Vérification de la boucle respiratoire, est elle intacte ? Peux t on respirer dessus ? passe t elle les tests positifs et et négatifs ?
  3. Vérification des PPO2 et de la gestion de l’élimination du CO2, y a t il eu des by-pass facilitant le passage du CO2 hors de la capsule de chaux ?
  4. Test de la machine dans les mêmes conditions que le plongeur pour vérifier ce que devient le CO2

En téléchargeant les données de la mémoire du recycleur, ils ont accès à toutes les informations de la plongée.

Martin Parker explique aussi que la lecture des données internes au recycleur n’explique pas tout lors d’un accident et qu’il est nécessaire d’avoir les commentaires des binômes et témoins, cela est vitale pour la compréhension de l’accident. Le PDG de APD Diving explique qu’il a eu une fois à intervenir sur une expertise, où les données montraient que l’accidenté était repassé en ouvert après avoir quitté la boucle et était remonté trop rapidement de 88 m et était mort d’une embolie ou ADD. C’est seulement 4 ans après par un témoin, qu’ils ont appris que l’accidenté était tombé inconscient après 20′ de plongée, que son binôme a essayé de l’aider et de le remonter, mais qu’il n’a rien pu faire lorsque celui a percuté la surface.

Lors d’un accident ou lors de son analyse le rôle du binôme est crucial. Mais des fois le témoin essaye de cacher des faits afin de se protéger lui même ou l’accidenté de peur à ce que des reprôches ne leur soit fait. La meilleur conduite à tenir est bein entendu de raconter la vérité, mais les gens ont un coté naturel qui les poussent à ne pas vouloir être inquiété ou concerné.

En cas d’accident et après s’être occupé de l’accidenté, il faut maintenir la machine en fonctionnement et éviter qu’elle ne se noit, noter tout ce que l’on lit sur l’écran et écouter les alertes et tout faire consigner aux forces de l’ordre, ces premières données sont vitales, leur préciser aussi que l’électronique de la machine contient des données qui peuvent être téléchargées.

Martin Parker confirme que la plongée en recycleur à circuit fermé est plus sûr que la plongée en ouvert

Martin Parker tient à jour un fichier de toutes les données qu’il peut avoir sur les accidents de plongée en Recycleur et confirme que la plongée en recycleur à circuit fermé est beaucoup plus plus sécurisante que la plongée en circuit ouvert pour une utilisation égale. Selon lui la plongée Trimix en circuit ouvert (OC) est très très dangereuse et plonger en recycleur à circuit fermé est beaucoup plus sûre car on a virtuellement une autonomie infinie, mais il faut aussi savoir gerer les risques d’hypoxie (pas assez d’oxygène), d’hyperoxie (trop d’oxygène) et d’hypercapnie ( trop de CO2).
Le fabricant des recycleurs Inspiration pense qu’il y a environ 400 morts en plongée dans le monde chaque année, tout type de plongée confondu, en ouvert ou en recycleur.

Mais il confirme qu’il est très compliqué de se procurer les chiffres exacts. Les états unis ont des données très précises, l’Angleterre aussi, la France beaucoup moins et il est impossible d’avoir les données en Italie, elles doivent sans doute exister mais où et à qui demander ?
Pour ce qui concerne les décès en recycleur cela semble beaucoup plus facile, puisque les rapports sont tenus à jour et Dan USA deviendra sans doute l’organisme en charge des statistiques.

A titre d’info : Ce site liste les décès en recycleurs dans le monde depuis 1949

http://links.visibli.com/ce3e3e2246a036ee/?web=5e8438&dst=http%3A//www.deeplife.co.uk/or_files/RB_Fatal_Accident_Database_100725.xls

 

Accident de plongée Marcel fondacci
Les facteurs de la maladie de décompression de la moelle epinière en plongée loisir

2 réflexions au sujet de « La plongee en recycleur est elle plus sure ? »

  1. […] plongée spéléo. La société M3S avec le recycleur Triton casse les dogmes actuels concernant la plongée en recycleur en créant un recycleur petit, léger et […]

  2. […] à remonter, tout doucement, puisque Dédé et Yvan y z’ont que la moitié d’un recycleur, faut qu’y fassent la déco au VR3 qui sy donne des paliers tous les 5 mètres, c’est […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.