Publié par 8 commentaires

Plongée sur l’épave de l’avion Nazi FW58 au lac du Bourget

Plongée sur l'épave de l'avion Nazi FW58 au lac du Bourget

Plongée sur l’épave de l’avion Nazi FW58 au lac du Bourget

Bri arrêtai pas de nous casser les pieds avec l’épave de l’avion, le FW58 avion Nazi au fond du Lac du Bourget, donc j’ai demandé à Philippe Cathiard de Savoie plongée de nous arranger ça pour ce Dimanche 28/7/2009. Jérôme dit pervers pépère a dit présent aussi.

Vendredi Soir je fonce à la gare chercher Pervers qui arrive TGV de 18H30 sous la pluie, pour une fois que la HASSAN CEHEF est à l’heure faut qu’il pleuve ! Il doit plonger le lendemain matin et après midi pour se familiariser avec l’eau sombre, noire et froide du Lac du Bourget. Bon les courses sont faites pour le BBQ ce soir, le WE promet d’être hyper calorique.

En attendant on fonce chez Savoie Plongée pour faire les gonflages et monter la machine de Jérôme afin qu’elle soit prête le lendemain, elle est en kit sa bouzigue ! Cause TGV.

Un bon repas à base de spaghettis bolognese avant la dure journée du lendemain.

Bon dodo car demain c’est fête à bras.

Samedi pendant que certain sont au boulot, mon pervers s’enquille sa petite 60 le matin et une 70 l’après midi pour faire plaisir à Brigitte qui vient d’arriver. Bon un profil inversé, pour un moniteur fédéral, qui plus est juste promu moniteur recycleur inspiration, ça mérite bien qu’on lui enlève une étoile non ?

Bon le BBQ est loupé
Bon le BBQ est loupé

De retour à la maison on chauffe le BBQ et on ouvre moult jus de vigne rosé des régions de Corse, Bandol, et d’Aix en Provence. Les Saucisses et autres cuisses de poulet grillées ne font pas les fières, faut bien se sustenter avant ce WE de grosses plongées. D’un commun accord c’est le Bandol qu’on préfère.

Dodo pas trop tard car Dimanche matin on a rendez vous à 7H00 et on veut le Lac lisse pour baliser l’avion, un peu de Armin dans l’i-phone et zou bienvenu Morphée.

Je suis réveillé bien avant l’heure, la peur de louper l’avion sans doute. Après un non déjeuner rapide, on fonce au Bourget, Philippe n’est pas là, mais Stéphane nous attend. Le temps de prendre un café et un pain au raisins, on monte les machines. Direction le Lac du Bourget, C’est Laurent qui fera la sécu surface avec sa femme.

En sortant du port Philippe nous averti «  On va faire l’avion mais on risque de ne pas le voir, c’est un risque, faut l’accepter, on va peut-être descendre à 110 mètres et remonter bredouille, si vous ne voulez pas on va au Meunier ? » Certain réponde par l’affirmative, papa propose Charpignat ???? OOUUAARRFFF (plongée du bord 40 m)! Moi je ne dis rien, j’ai décidé que je ne remontais pas tant que je ne l’avais pas vu !

Plongée sur l'épave de l'avion Nazi FW58 au lac du Bourget
Plongée sur l’épave de l’avion Nazi FW58 au lac du Bourget

Nous serons 6 plongeurs, Philippe en binôme avec Stéphane, Jérôme avec Brigitte, papa et moi. Arrivé sur site on tourne autour afin de bien faire concorder les points GPS relevé et l’écho du sondeur. Le lac frémit un peu sous le vent du sud.

Un point du GPS correspond pile poils avec l’écho du sondeur, feu on lance la gueuse ! Après un autre passage de contrôle il semblerait que l’épave soit 10 mètres plus au sud.

Echo sondeur de l’avion nazi FW58 du lac du bourget

Echo sondeur de l'avion nazi FW58 du lac du bourget
Echo sondeur de l’avion nazi FW58 du lac du bourget

Philippe fait un rapide briefing de sécurité, et demande qui veut descendre en premier rapidement en premier car si l’avion n’est pas au rendez-vous il va falloir le trouver avec un compas et un bobino, avant que les autres n’arrivent.

Papa se propose, super j’adore ça, de toute façon je comptai bien le faire.

J’emmène mon appareil photo dans son caisson étanche Ikelite 60 m. Tout le monde me traite de kamikaze, ce à quoi je réponds que j’ai déjà pris des photos à 103 m avec, et c’est soit je vois l’avion et je fais les photos, soit on ne le voit pas et le caisson implose !

On se met à l’eau, un rapide bubble check à 8 mètres ET GAZ FEU !!! On met la poudre, on ne gonfle rien, on respire le moins possible, on palme. Je me retourne de temps en temps pour surveiller si papa me suit, on arrive a 100 mètres en 3’34 ». Faut pas toucher la ligne en descendant et le temps qu’on sorte les flaps et qu’on gonfle comme des malades en bas c’est juste pour s’équilibrer. Je balance les 80 w de mon phare de plongée Bersub, et commence à balayer, de gauche à droite et bonheur il est là face à moi de nouveau j’aperçois la queue, j’en crie de joie : c’est une habitude.

Même avec la buée ça rend pas mal pour mon petit appareil photo Sony SP 200 dans son caisson étanche Ikélite 60 m : on est à 112 mètres !
Même avec la buée ça rend pas mal pour mon petit appareil photo Sony SP 200 dans son caisson étanche Ikélite 60 m : on est à 112 mètres !

On l’avait remarqué pendant la descente et ça se confirme, l’eau est turbide, sans doute à cause des grosses pluie de ces derniers jours, les rivières ont charriés des tas de particules en suspension. Les 80 watts de mon éclairage de plongée ont du mal à pénétrer cette légère touille.

Bon je la mets quand même mais bon foutu buée ! ça fait râler quand même on voit quand même la structure treillis du fuselage de l'avion !
Bon je la mets quand même mais bon foutu buée ! ça fait râler quand même on voit quand même la structure treillis du fuselage de l’avion !

On descend le long du fuselage, mais on n’est pas encore très bien équilibré suite à notre descente de malade et je pose une palme par terre, qui soulève un chouille (y aura pas que nous, n’est ce pas Bri, papa ?). On descend au cockpit, et on commence à faire le tour doucement.

On tombe sur la plaque signalétique ! Merde cette Buée !
On tombe sur la plaque signalétique ! Merde cette Buée !

Bri et Jérôme nous ont rejoints. On passe en revu les ailes le train atterrissage la plaque signalétique. Je fais deux trois photos, le caisson fonctionne mais il y a plein de buée sur l’objectif, résultat de la surchauffe sur le bateau au soleil, et de la température de 6° au fond de l’eau : c’est ballo car aussi incroyable que cela puisse paraître le caisson fonctionnait. On voit ici par contre l’importance des éclairages vidéos en plongée.

On fait notre 360° on est revenu sur le cockpit, on croise Stéphane et Philippe qui sont là aussi. Tiens au fait il est ou le bout ? Bonne question ! Je fais tourner un peu le faisceau de mon phare vers la queue et le trouve : je suis rassuré ! On remonte le long du fuselage jusque la queue je veux essayer de prendre la croix gammée : pif paf Sony, c’est dans le caisson ! Bon on se regarde avec papa on a un Temps total de remonté de 122 min annoncé ouf chaud ! On décolle un petit peu après 19 minutes, les autres ne tardent pas à nous suivre.

Un dernier coup d'œil à la queue de l'avion pour bien voir la croix gammée avant de décoller !
Un dernier coup d’œil à la queue de l’avion pour bien voir la croix gammée avant de décoller !

On gazouille pour remonter et on continue à charger un poil. Les premiers paliers arrivent vers 50 mètres. Jérôme et Bri nous rattrapent, comme nous avons dû passer plus de temps au fond que les autres, nos paliers ont commencé plus bas que les autres. Jérôme a froid, il n’a pas l’habitude et n’a pas les bons vêtements non plus, heureusement l’eau va se réchauffer à partir de 18 mètres. Il fait 11° à 13 mètres, 19° à 6 m et 20° à 4,5m.

C’est long, c’est long lllooonnngggg papa craque ! Il commence à m’entreprendre par derrière sans me demander la permission ! À la sauvage, c’est pas que je ne veux pas quoi ! Mais j’aimerais bien être au courant, un minimum de romantisme bordel !

Papa me fait les gros yeux j'ai refusé ses avances !
Papa me fait les gros yeux j’ai refusé ses avances !

pourtant j'ai les yeux plein d'amour !

Pourtant j’ai les yeux plein d’amour !

Au bout de 124 minutes ! Je sors enfin, fais grand beau, le lac est plat, et Laurent et sa femme nous aide à sortir. On est heureux, on a la banane on la vu ! Et bien vu ! On rentre au magasin, puis à la maison ou une bonne pitance à base de bonne viande, de patates et det riz nous attend, mais priorité des priorité une bonne bière d’abord.

On échange les premières impressions en sortant de l’eau.

Le BBQ de dimanche midi pour reprendre des forces
Le BBQ de dimanche midi pour reprendre des forces avec Bri Jerome Thierry

On se quitte rassasiés, Bri rentre dans son Helvétie natale, papa s’en retourne au fin fond de l’Ain et nous on ramène pervers à son TGV.

Vivement dans quinze jours à Cavalaire !

Profil de notre

Profil de notre plongée sur l'avion FW58 au fond du lac du Bourget en 2009
Profil de notre plongée sur l’avion FW58 au fond du lac du Bourget en 2009

PS : Jérôme m’a avoué à table qu’en arrivant au fond il a hésité un moment avant de lâcher le bout, et de partir sur l’avion, et si on ne le retrouvait pas dans le noir ce foutu bout ?! C’est çà la plongée en lac, c’est du mental, c’est une école.

PS 2 : Une des choses les plus impressionnantes de cette plongée sur l’épave d’avion FW 58, fut la résistance du caisson de plongée prévu pour 60 mètres qui a permis de prendre des photos à 112 mètres !

8 réflexions au sujet de « Plongée sur l’épave de l’avion Nazi FW58 au lac du Bourget »

  1. Très bien, c’est magnifique !

  2. Bonjour,

    je ne fais pas de plongée mais j’étais juste curieux de savoir ce qu’on pouvait trouver au fond de ce lac. Me voila bien renseigné.

    J’en ai profité pour visiter le blog. Vous avez l’air de bien vous faire plaisir.

    Moi qui pensais qu’avec mes copains, on avait un peu l’air de mono-maniaques de la montagne, je vois qu’il y en a d’autres qui le sont totalement dans d’autres sports.

    Bonne continuation à vous et faites pas les fous quand même.

  3. Bonjour,

    je ne fais pas de plongée mais j’étais juste curieux de savoir ce qu’on pouvait trouver au fond de ce lac. Me voila bien renseigné.

    J’en ai profité pour visiter le blog. Vous avez l’air de bien vous faire plaisir.

    Moi qui pensais qu’avec mes copains, on avait un peu l’air de mono-maniaques de la montagne, je vois qu’il y en a d’autres qui le sont totalement dans d’autres sports.

    Bonne continuation à vous et faites pas les fous quand même.

  4. Bonjour,

    je ne fais pas de plongée mais j’étais juste curieux de savoir ce qu’on pouvait trouver au fond de ce lac. Me voila bien renseigné.

    J’en ai profité pour visiter le blog. Vous avez l’air de bien vous faire plaisir.

    Moi qui pensais qu’avec mes copains, on avait un peu l’air de mono-maniaques de la montagne, je vois qu’il y en a d’autres qui le sont totalement dans d’autres sports.

    Bonne continuation à vous et faites pas les fous quand même.

  5. Bonjour,

    je ne fais pas de plongée mais j’étais juste curieux de savoir ce qu’on pouvait trouver au fond de ce lac. Me voila bien renseigné.

    J’en ai profité pour visiter le blog. Vous avez l’air de bien vous faire plaisir.

    Moi qui pensais qu’avec mes copains, on avait un peu l’air de mono-maniaques de la montagne, je vois qu’il y en a d’autres qui le sont totalement dans d’autres sports.

    Bonne continuation à vous et faites pas les fous quand même.

  6. Bonjour,

    je ne fais pas de plongée mais j’étais juste curieux de savoir ce qu’on pouvait trouver au fond de ce lac. Me voila bien renseigné.

    J’en ai profité pour visiter le blog. Vous avez l’air de bien vous faire plaisir.

    Moi qui pensais qu’avec mes copains, on avait un peu l’air de mono-maniaques de la montagne, je vois qu’il y en a d’autres qui le sont totalement dans d’autres sports.

    Bonne continuation à vous et faites pas les fous quand même.

  7. Ouppps.. Je crois que j’ai faitune fausse manip…

  8. c’est pas grave thomas tu fais peter les scores, comment tu nous a trouvé sur le web , quel sport pratiques tu ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.