Posted on 4 commentaires

Renflouement du FW58 au lac du Bourget : la suite !

Renflouement du FW58 du lac du Bourget : la suite !

Renflouement du FW58 au lac du Bourget : la suite !

D’après les autorités, le renflouement du FW58 n’est pas à l’ordre du jour, notre épave du FW58 au lac du Bourget n’est pas près de sortir de l’eau : voilà pourquoi !

Renflouement du FW58 : la suite !
Renflouement du FW58 : la suite !

Préservation de l’épave du FW58

Après avoir contacté les autorités compétentes celles-ci m’ont confirmées ce que nous pensions lors d’une conversation très enrichissante. On en apprend tous les jours :
– Cette épave est bien un lieu de mémoire, cela va encore plus loin car avec la perte de deux membres d’équipages, elle peut tout à fait, comme nombre d’épaves de guerre en mer, être sanctuarisée
– En tout cas, toute intervention sur ce genre d’épave nécessite un tour de table incluant le ministère des armées du pays concerné et notre ministère des affaires étrangères.
– De plus, l’épave est dans le domaine public, donc gérée par l’état ou son représentant (en l’occurrence ici la DDT, ex DDE). Et encore une fois, une autorisation est nécessaire pour toute intervention.

Il devient plus claire que Anja Unger la journaliste, et Stefan Martensse directeur de l’Institut historique allemand sont beaucoup trop avancé pour « vendre leur reportage » en oubliant les questions d’ordre administratives et diplomatiques. A ce stade il semblerait bien qu’aucune autorité compétente ne soit au courant en France.
De « simples ministres » ne peuvent pas décider sur un coup de fil le renflouement d’une épave.

La tendance actuelle est de considérer que les épaves de la seconde guerre mondiale soit de plus plus classées comme archéologiques.

De plus il va falloir trouver le financement pour le renflouement du FW58, la plus belles des épaves du lac du Bourget.

Renflouement de l’épave d’avion FW58 au fond du lac du Bourget
Reportage & débat sur France3 sur épave du FW58 au Fond du lac du Bourget

Posted on 4 commentaires

Des news du renflouement du FW58 pas pour demain ?

Des news du renflouement de l'épave du FW58 au lac du Bourget pas pour demain ?

Des news du renflouement du FW58 pas pour demain ?

Des rumeurs d’un renflouement proche de notre épave du FW58 au fond du lac du Bourget nous ont alarmés : le point.

Plongée sur épave avion FW58 au lac du Bourget

Dans son émission diffusée sur France 3 Rhônes Alpes Samedi 1er décembre dernier, Un débat animé par Alain Fauritte avec Anja Unger, réalisatrice et Stefan Martens, historien, directeur de l’Institut historique allemand, a suivi la diffusion de ce documentaire.
La journaliste Anja Unger avait déclarée que l’épave devrait sortir de l’eau en Mai prochain.

Voilà Donc une déclaration fracassante pour nous.

Si le premier reportage nous laisse sur notre faim, il est clair qu’il a été monté sans budget, avec peu d’image de l’avion, et qu’il ne porte pas assez loin la réflexion sur la « cohabitation » de l’époque entre fermiers, habitants, occupants et résistants.
Le débat est du même niveau, mais on apprend que soit disant le renflouement devrait avoir lieu en Mai 2013.

Contactée Anja Unger, n’a pas répondu officiellement, mais aurait laissé fuiter, qu’elle s’est avancée peut être un peu trop et que le budget n’était pas encore réuni.
La société qui devrait le sortir de l’eau confirme qu’il n’ont rien non plus de prévu sur 2013. Cette opération d’envergure ne se prépare pas en effet en 1 semaine, et les moyens engagés seront lourds, il faut donc s’y prendre un an à l’avance.
On a appris aussi que la solution retenu, serait de le dégager avec des robots, faute de moyen financier pour engager des scaphandriers profonds. On imagine facilement le « carnage » auquel on pourrait assister sur un avion construit en tube d’alliage léger de section de 15 mm et enduit de toile !
Bref cette émission de France 3 nous a déçu.

On ferait mieux de préserver cette épave de FW58.

Emission France3 sur l’épave de l’avion FW58 au Lac du Bourget

Posted on 2 commentaires

Plongée lac du Bourget épave avion Nazi FW58

Plongée lac du Bourget épave avion Nazi FW58

J’apprend dans la semaine par phiphi qu’il a ce week end un groupe d’italien qui vient plonger sur l’épave de l’avion du lac du bourget pour en faire un film et un reportage. Il ne sont que quatre, et on peut plonger dimanche. Papa, lui sera samedi à Thun pour plonger avec Yvan et Bri, ils ont prévu de faire 110.

lac de thun

Automne sur le Lac de Thun en Suisse

Donc Après la plongée de papa et ses 110 m Samedi rendez vous au lac du bourget pour plonger sur l’épave du FW58. lac de thun

Première neige, au Lac de Thun en Suisse.

Il va faire un « éffort » pour faire l’avion dimanche. Donc Dimanche à 8H30, rendez vous chez philippe. Le temps est maussade, et frais. On prépare le matos et on va au lac. Celui-ci est très plat et calme. On part à deux bateaux, les italiens sur celui de phiphi et nous sur celui de serge, qui veut en profiter pour tester son zod. A l’aller une petite course entre notre 150 ch et son 90 ch chargé et on le pose. fw 58 deep ccr tartiflette team

On positionne le bateau a l’aplomb de l’épave du FW58

Plongée sur l’épave de l’avion FW58 au lac du Bourget

On va laisser partir les italiens en premiers avec leur caméra et leur Bails Out de 20 litres acier !!! En diluant on a un Tx 7/74 et par flemme j’embarque uniquement un bail out de 8/64 et un 30/35. On se met à l’eau, aidé par serge et un italien. On s’arrette à 5 mètres pour le bubble check mais il y a plein de bulle qui remonte du fond, les italiens sont en train de remonter et ils purgent, donc useless. Allez Go ! On sera en bas en 3’55, un peut lent ma foix. En fait j’ai froid, à 95 mètres on est pile au niveau de la queue de l’avion, et on a sa croix gammée pile en face des yeux. Un morceau de toile pend d’un aileron arrière, c’est tout frais ca n’y était pas en juin quand nous avons plongé dessus.

On suit le fuselage, et on descend jusqu’au fond, le faisceau de ma trois led « sola » perce l’obscurité, c’est comparable au HID Dive Rite de pervers en légèrement moins puissant. Je colle le phare Bersub à coté qui difuse plus largement sa lumière jaune, mais qui n’arrive pas à pénétrer autant. L’eau est très claire. On fait le tour de l’avion, mais je n’ai pas envie de faire du rab, je suis sure que je vais me les meuler, papa semble avoir le même ressenti que moi, car il entame la remonté sur la queue, et me fait signe fin de plongée après 12 minutes. On remonte donc, mais assez doucement au début. Le jour apparaît vers 60 mètres. Plus tard lorsque je veux enrichir en manuel, rien ne se passe ! J’ai beau appuyer sur l’inflatteur nada !, Merde pensais je panne d’oxy ? Je check les cellule tout va bien et le solenoide injecte ! Lors des testes tout marchait , donc je tripatouille le toyo et hop ca marche ! Superbe. On atteind la barre de palier et les italiens qui finissent. C’est long et le froid s’installe. Enfin on sort au bout de 98 min. semi-rigide
Serge et son fils nous attendent avec la brioche le thé les FRAISES TAGADA !!! MIAM Serge met poignée dans le coin et on dose la barge de phiphi sur le retour. papa se les meules

On se les meules au retour !

valee de chambery En discutant avec un des Italiens, ils me confirment que celui-ci est l’inventeur d’une épave de sous marin retrouvé par 123m de fond au large de gène, mais je n’ai pas eu le temps d’approfondir la conversation c’était l’heure de partir.

 

 

Belles couleurs dans le ciel de chambéry au dessus du lac du bourget

profil fw58 lac du bourget

Posted on 12 commentaires

Epave FW 58 plongée lac du Bourget

Epave FW 58 plongée lac du Bourget

Plongée sur l’épave du FW58, avion allemand Nazi au fond du lac du Bourget.

Ça y est c’est le grand jour on va plonger l’épave du FW 58 C ! Avec Thierry on attend cela depuis longtemps, on a fait pas mal de sacrifice et de plongée pour cela, Philippe nous emmenne faire l’avion. La météo avait prévu grand beau et maxi 20 km/h de vent et là elle s’est trompée. Ce matin au lever il fait 6°, le ciel est maussade et un vent de force trois balaye le lac du Bourget.
Nous nous mettons à pied d’œuvre et préparons notre matériel pendant que Fabrice et Christophe, les deux plongeurs sécu qui nous accompagnerons prépare le matériel de sécu. Des vagues agitent le lac et perturbent notre arrivée sur zone, nous avons du tiré des bords pour traverser le lac en 1H30 jusqu’à arriver à Chindrieux. Puis vint le temps des repérages au GPS et au sondeur pour localiser l’épave, il fait 8°, l’air est humide nous avons déjà les pieds et les mains transis de froid.
. Plongée Epave FW58 C lac du Bourget

Christophe un de nos plongeurs sécu a mis sa cagoule et est transis de froid, le temps est humide, il y a de la brume il fait 6°, ils sont habillés et prêts à se mettre à l’eau si ca se passe mal.

Soudain l’avion apparaît très clairement au sondeur, gros écho incliné, cela ne peut être que lui. On refait un passage pour être sur.

Christophe et Fabrice lancent alors la gueuse et arriment la bouée.
Thierry, Philippe et moi même nous préparons à nous immerger, je prend deux phares, un HID 10W et mon Halogène de 50W.
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__51_.JPG

plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__28_.JPG


On s’équipe, même si on sourit on est tendu, nos plongeurs sécu sont au petits soins pour nous aider à nous équiper.

Nous entamons alors la descente, je suis devant, on suit le bout sans trop le toucher de peur de le déplacer, soudain il fait noir et le faisceau du HID fuse dans les ténèbres. J’atteins les 95 mètres en 5 minutes, je m’arrette et me stabilise comme prévu, j’attends mes trinômes qui ne tardent pas.
sondeur-plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__37_.JPG

La magnifiqure trace des trois plongeurs qui descendent et en bas la « virgule » qui est l’écho de l’avion

C’était ça le plan : on cherche à 95 m, pas la peine de descendre plus bas pour chercher si on ne trouve pas l’avion et charger les paliers en vain.
J’agite le faisceau fin et perçant du HID pendant quelques secondes et BINGO la Queue de l’avion et sa croix gammée apparaissent devant nous à 5 mètres au grand maxi :

Très belle image empruntée à jean marc Blache

je crie de joie, on est tombé pile dessus et on l’a trouvé immédiatement. Thierry dira plus tard quand il est arrivé qu’il m’a vu tel le chien en arrêt devant le gibier.
Philippe tient le bout, puis le lâche, je le suis, on fait le tour de la queue puis on descend le long du fuselage, l’ossature est à nue, il manque la toile qui le recouvrait. On continue l’exploration on descend vers le cockpit. Toute la partie avant le cockpit est carrément enfoncé dans la vase, preuve que l’avion a du toucher le fond avec une certaine vitesse pour s’enfoncer si profond.

Au fond dans le cockpit les commandes sont là, ainsi que les sièges, nos ordinateurs indiquent 107 mètres, l’avion est planté quasi verticale avec un angle d’environ 70°, la queue est à 95 m. On fait le tour des ailes, puis Philippe se met en tête de rapproche encore plus la gueuse de l’avion, et le voilà qui force pour la soulever mais elle fait carrément ventouse avec la vase, j’ai failli l’aider, puisme ravise, vaut mieux éviter de s’emmeller à deux dans le bout à 107 m en pleine eau dans une eau à 6°. Transis de froid, je remonte sur la queue de l’appareil et jette un dernier coup d’oeil à mon ordi qui m’indique 85 min de déco, et fait signe à Philippe que je souhaite remonter, Thierry n’attendait que cela, on quitte l’avion à 16 minutes.

La longue et froide remonté commence. A 60 mètres je ferme l’ADV. A 50 mètres on coupe l’éclairage il fait assez jour pour lire les instruments. Pendant la remonté on continue à saturer et à charger jusqu’à avoir 95 min de déco. A 40 mètres je switch sur NX28 au diluant et rince. On Gagne 20 minutes d’un coup.
On fait monter les ppO2 et les ordi gueules. Philippe lance un parachute orange pour signaler que tout se passe bien. Il fait froid et on n’arrive pas à se réchauffer, car l’eau est seulement à 10° en se rapprochant de la surface, on est quand même le 15 Novembre. A 6 mètres nous retrouvons la barre de déco avec la B15 d’oxygène au cas ou, et c’est parti pour 43 min de déco !

Thierry et Phillippe au palier à la barre à 6 mètres.

Ha la joie de sortir, enfin, nos plongeurs sécu nous aident à sortir de l’eau et à nous déséquiper, et une fois sur le bateau la joie éclate : VENI, VEDI, VICI. On a les images dans la tête et c’est fantastique.

Une partie du matériel

112 mètres 106 minutes

 

 

Merci à Philippe, Thierry, et bien sur nos plongeurs sécu Christophe et Fabrice. Merci à Jean Marc Blache du team NPSFQQA qui me prête sa photo de l’avion car je ne suis pas équipé pour prendre des photos à ces profondeurs