Publié le

Reprise des plongées Profondes 128m a Thun en Suisse

Reprise des plongées profondes au Beatenbucht à Thun en Suisse

Reprise des plongées Profondes 128 mètres a Thun en Suisse au BeathenBuch

Pour ce week end, il y avait le choix, soit Ski et ma fois la tentation était bonne, il y a encore de la neige et la météo prévoyait un temps de OUF, ou alors, le démon de la PPO2 reprenant, aller à Thun en Suisse revoir ma belle falaise du Beatenbuch pour une plongée profonde, Lolo et Greg serait aussi là bas.

Un temps magnifique pour cette plongée profonde en recycleur à Thun ce week end

De la nécessité de s’entraîner à la plongée profonde

Donc après la plongée de samedi midi au lac du Bourget, pour tester du matos, gonflage….
Le démon des haute PPO2 me reprend… après la saison de ski et ses PPO2 basses, LOL, il est important de se remettre à l’entrainement : les techniques, le mental, le physio….
Re-soumetre son corps aux fortes pressions, fortes PPO2, gérer son stress, reprendre ses techniques… juste sur un Touch and Go, avant de pouvoir envisager de passer plusieurs minutes à ces profondeurs lors d’une exploration d’épave par exemple. Papa déclare forfait…

Alors là réveil le dimanche matin à 5h30, le WE du changement d’heure, ça revient à 4h30 plus 3h de route… toute ce que j’aime pas. Arrivé au Beatenbucht, le temps est magnifique, les montagnes sont blanches et le lac est d’huile.

Seb voulait plonger à 130m, fallait bien l’accompagner ..

Il est déjà là avec son pote Bertrand, presque prêt… mon dieux y sont fout ces Lux…, faut que je me prépare… et à part ça ? Vous posez une ligne ? Non ? Bon ben on va en mettre une alors ! On y mettra déjà l’oxy, ce sera déjà ça de moins à trimballer. Il est juste prévu de faire un touch and go, à 130 donc sur un run time de 120′.

On descend lentement, trop lentement, pas plus de 20m/min, suis en tête, on descend pas assez à droite alors on se tape tout les ressauts, on perd de la vitesse. Elle est toujours aussi belle cette falaise, et puis elle me manquait….
Vers 120m, un bruit caractéristique…. »Pfiouuuuuu » ha ça me rappelle les DS4 à Captain…je chèck mes pressions et PPO2, tout vas bien, j’ai stabilisé avant 130 du coup.
Seb me dépasse et se cale à 133, le chapelet de bulle, c’est lui ! Il remonte un chouille, je redescend un poils, c’est la vanne de surpression de son Oxy qui fuit…Merde, ça sent les exos ça, c’est pas cool.

Le profil de la plongée profonde à 128 mètres en recycleur au Beatenbucht à Thun en Suisse
Le profil de la plongée profonde à 128 mètres en recycleur au Beatenbucht à Thun en Suisse

Un signe OK ? Ok ! Il me voit zen, je le vois zen… donc on s’auto zen attitude.
Première profonde de l’année…. GRR, SEB réagit super bien, il ferme son oxy, et entame la remontée, en manuel, on se colle ça se passe super bien.
Arrive les premier paliers, mais SEB reste toujours quelques mètres en dessous de moi. Vers 30 mètres je sens carrément de l’eau qui rentre par mon inflateur d’étanche. Au bout de quelques minutes je commence à avoir vraiment froid. Puis le pire… la chose la plus affreuse qui me soit jamais arrivé, la gastro….C’est juste insoutenable…
….

La longue décompression aux paliers au Beatenbuch à Thun

Je suis à 8m sur le sommet d’un rebord et je surveille SEB qui est juste en dessous de moi, il me reste environ 60′ de déco, je me vide pendant que ma combar se remplie …. d’eau à 5°C entre autre, LOL, souffrance physique, psychique et morale…mais bon sang que fout Seb ? Qu’il me rejoigne et on se casse !!! ( il me dira plus tard qu’un de ses Shearwater était réglée sur eau salée) A ce moment là envie de me tirer de laisser tomber la déco tellement j’ai mal au ventre, et froid. Mais voilà il y a encore 60′ de déco et Seb…

Je tremble tellement que ma main posée sur une pierre fait lever la peuf alentour, puis viennent les crampes… bordel… sans doute issues de la déshydratation de la gastro. Et je pense à l’importance de l’alimentation en plongée.

Il me rejoint enfin et on file vers la corde, aussitôt je sort de la boucle et passe sur oxy en OC, afin de gagner de précieuses minutes. Je remonte le tout vers 4,5 mètres et enfin je sort.
Bertrand est là et m’aide à me déséquiper MERCI Bertrand, je gagne de précieuses minutes, je pose le recycleur et je fonce vers mes deux chênes favoris LOL.

Enfin manger un peu avec mon Lolo, le beau lac de Thun au Beantenbucht en paysage et les montagnes enneigées.
Enfin manger un peu avec mon Lolo, le beau lac de Thun au Beantenbucht en paysage et les montagnes enneigées.

De la nécessité de se former à la plongée profonde

Seb a super bien réagit, et tout c’est très bien passé. On débrieffe ce qui s’est passé, et je lui conseille de faire vérifier sa MP et sa vanne de surpression. C’est alors que Olivier qui a suivit la conversation , lui demande s’il a viré la surcompensation de ses premiers étages tek3 ? « ben non » « mais comment c’est possible !!??? ben cherche pas ! » Et ben voilà, il a acheté son Meg stripped, et personne ne lui avait dit….

GRRR
On se donne rendez vous pour bientôt, faut attendre que l’eau chauffe aux paliers LOL.

Publié le

Thun plongée extreme 150m Beatenbucht

Une plongée à 150 mètre à Thun en Suisse au Beatenbucht

A Thun une plongée extreme à 150m sur le site du Beatenbucht

Suite de la Préparation du deep CCr tartiflette team. On était parti pour suivre le plan plan the dive, dive the plan, mais dans ce genre de plongée ce n’est jamais vraiment ce qui se passe, et celle ci le prouve encore. Avec papa on avait décidé de taper 140 mètres à Thun en Suisse sur le site du Beatenbucht, avant de réaliser 160 mètres la semaine prochaine.

Le matériel du plongeur tech en recycleur pour se lancer dans une plongée profonde à 150 mètres
Le matériel du plongeur tech en recycleur pour se lancer dans une plongée profonde à 150 mètres

Donc pendant cette semaine, on prépare moult essais de run time, en Bulhman avec Gradient factor, en 15/85 en 5/80 en VPM BE avec +2, +3 ou +5 de conservatisme. Sur la suppositionn que nous suivions bien la bonne vitesse de descente de 30 mètres par minute , nous devrions sortir entre 97 et 107 minutes juste pour ce touch and go.
Je souligne que nous sommes dans une logique de préparation à la future 200m du mois de Mai à Dahab, habituer notre corps à la pression et notre esprit et mental à gérer la descente dans les abysse, le site de Thun au Béatenbuch, à 150 mètres ya encore du gaz en dessous et ….la Falaise est magnifique.
Donc le vendredi je récupère les bouteilles de nos gaz, nous utiliserons un 6/88 en diluant. Nous aurons chacun nos 4 bails out et avec l’oxy à 6m, en cas de sortie d’urgence en bail out ca passe en volume de gaz.
Dimanche matin papa arrive en avance à la maison avant 7 heures et on charge le Grand C4 Picasso mis à notre disposition par Carideal. On part à la bourre le GPS indique une arrivée prévu pour 10h, on y serra à 9h30. Sitôt arrivé je fonce retrouver mon arbre. Notre sécu surface est déjà là, deux bourbines locaux, Helmut et Fritz. On se prépare, je lance la corde qui nous servira de ligne de vie au cas où, 25 mètres environ, c’est léger je sais.

Le matériel du plongeur tech

Le premier à se mettre à l’eau est papa, moi je glandouille avec ce foutu pénilex pour oiseau montage à la con, pourtant j’ai bien fais de le mettre. L’hydratation est très importante, avant, pendant et après la plongée. Quand j’arrive dans l’eau, papa m’interpelle « tiens tu veux pas vérifier j’entends des bulles ? » Ah ben çà pour sur !! Y en a des bulles ! Le flexible HP du diluant vient de rendre l’âme et il a déjà perdu 50 bar.
Ben là c’est la merde parce qu’on a rien pour réparer … LES GLANDS !!! on fait 300 bornes c’est tout juste si j’ai un Opinel pour couper le sauss de midi. Les bourbines sont hilares il nous regardent sortir de l’eau « « yayayaya kapuutt die machine ? » Heureusement ya un local avec une camionnette pleine d’outils, et HOP papa vire ce mano, franchement un mano pour descendre à 150 m , pourquoi faire ? Et je lui passe un bouchon, ça j’en ai.
Allez cette fois c’est parti pour de vrai ? Chouette, je me bat avec la gueuze d’oxy pour la descendre à 4,5 m, je me déchire un gant, et je sens déjà l’eau qui rentre…ya des jours comme çà. Re-buble check vers 9 m, et zou…on tire sur la droite en descendant et on essaye d’envoyer. Vers 60 mètres on croise deux bourbines qui cruisent, on les frôle à 30m min, jouissif. J’ai une alarme cellule qui se déclenche, la troisième qui reste à 1 alors que les autres sont à 1,3. Plus un léger essoufflement (c’est pas bien) dû au bataillage avec la gueuze et je décide de stopper un moment à 72m, pour stabiliser tout ça avant de repartir de plus belle.
Il y a plusieurs ressaut à franchir avant les 70m, ce qui nous fait perdre de la vitesse car il faut en même temps qu’on descend s’éloigner de celle-ci afin de ne pas se planter dans la vase d’un ressaut. Au delà des 70 m on retrouve la belle falaise bien droite, mais quand même pleine de failles. Un coup d’œil autour de moi, afin de vérifier que papa est toujours là, son phare est là. Bon le VR3 ne s ‘éclaire plus, zut et sur l’écran de la machine ? 143 M !!! Déjà ?
Bon là mon frère main droite sur l’injecteurr de la stab, main gauche sur celui de l’étanche, et retournement passage de position tête en bas à tête en haut, et freinage type formule 1….stabilisation…papa est là…150,1 m oh putain le runtime de la mort !!! explosé, on n’est pas pro sur ce coup là surtout pour ce type de plongée. Pas le temps de tergiverser pas une seconde à perdre ici on balance de furieux coup de palmes pour décoller.

On remonte, mais je suis encore trop lesté, j’ai pourtant enlevé 2kg depuis la dernière fois, c’est les plombs des S80 chargée d’hélium que j’ai rajouté l’année dernière qui sont encore de trop. La falaise est magnifique, pleine de failles et anfractuosités. La remontée nous semble interminable, on atteint les premier paliers vers 40 m. De concert on regarde le temps restant de palier HOW MUCH ? 120 minutes ? Deux heures!! j’ai la main gauche trempée, la manche trempée par de l’eau à 6°C et je ne me vois pas attendre 2 heures avant de sortir, juste à y penser j’en tremble. Pour l’heure, on commence les paliers suspendu dans le vide.

Réflexion et calcul que papa et moi avons en même temps sous l’eau : on sait que si on fait monter la Ppo2 on augmente la fraction d’oxygène, on dé-saturera plus vite et on sortira plus tôt. Mais d’un autre coté, en sortant plus tôt, le niveau de bulles circulantes sera plus élevé (étude DAN)…sans même se concerter on pète la PPO2 on se les caille. Au fur et à mesure que nous remontons nous tachons de nous déplacer afin de ne pas nous refroidir. On vient de quitter un monde hostile à 5,7 °C

Heureusement, la température augmente jusque 11 °C vers 5 mètres. Nous n’allons pas cesser de faire des aller retour sous l’eau à partir de 7 m afin de nous réchauffer, ca va mieux. Je bois à 4 ou 5 reprise afin de favoriser l’hydratation et donc la déco, et comme tout va bien, j’utilise la purge pipi d’autant, pour une fois tout marche lol .

On fait les derniers paliers à 3 mètres afin de diminuer les bulles et le temps. Mais en recycleur, essayer de garder une PPO2 de 1,3 stable à 3 m en étant trop lesté c’est pas évidant, et je gaspille mes derniers litres d’air de ma 2 litres servant à gonfler la stab et l’étanche, par précaution donc je ne m’écarte plus de la ligne de vie jusqu’à la fin, ben c’est qu’il y 200 m de gaz sous les palmes … surtout après avoir eu à gérer deux grosses crampes à ma cuisse gauche

Allez zou on sort.
On remonte le matos doucement sans se fatiguer, et sort le casse dalle, pendant que deux bourbinette ressortent de l’eau tranquillou…mignonette la blondinette bourbinette….Mine de rien on a un sacré retard sur le run time et faut pas trop glander. On plie bagage et Hop direction back to la casa et c’est la que mon biceps droit me fait mal ! C’est quoi cette merde encore ? C’a me rappelleraitt ty pas mon bent de l’année dernière ? Décidément peut pas être tranquille aujourd’hui. Bon aller je laisse le volant à papa, je prend un aspirine, boit un litre de flotte, et attrape le détendeur d’oxy, et je me fais une petite séance d’une demi heure. CHUI CHUI fait le détendeur je peux même plus écouter la musique.
Deco dans la voiture

Fin de la déco dans la voiture LOL

Tout est rentré dans l’ordre. C’est dingue les effets de l’oxy pure , j’ai du mal à me calmer ensuite .
Le soir explosés on ne se fait pas vieux !!

Thun plongée tech de remise à niveau 121 m
Billet d’avion pour Dahab

carideal mandataire autoSF Tech dry SuitNewquest web agency

Publié le

Plongee de remise en jambe du Deep CCR tartiflette team thun 121 m

Plongée profonde à 121 mètres au Beatenbucht à Thun en Suisse

Plongee de remise en jambe du Deep CCR tartiflette team thun 121 m

Plongée Thun à 120 m de remise en jambe pour le Deep CCR tartiflette team.
Ces plongées d’entrainement en vu de nos plongées extrêmes du mois de mai à Dahab.

Samedi un aller retour rapide au Bourget du Lac pour gonfler mes blocs et manger un super kébab à l’incontournable « le kébabier » comme dit Hugo, les meilleurs kebab de Chambéry. J’en ressort avec un héliox  enfin presque un 6/92, un peu fort le mélange pour une 120 m je vais avoir du palier.

On a prévu quelques plongées de remise à niveau à 120 m, 140 m et 160 m avant de partir, donc nous allons passer tous nos weekend à Thun en Suisse car c’est le seul endroit où l’on peut trouver une falaise sans fond accessible du bord. On a donc passé quelques soirées au Deep CCR Tartiflette team à planifier cette 120 m pour la faire la plus courte possible, grâce à Vplanner et le nouveau Logiciel de chez AP Diving, APD Projection. Le but descendre rapidement 30 à 35 m/min afin de ne pas trop saturer, et de remonter à 9m/min et on devrait sortir en 60 min.
beatenbuch Thun Suisse un casse croute après la plongée à 121m de réadaptation

Ca c’est après la plongée quand ya plus personne les bourbines sont partis et on est en plein casse dalle

Donc Dimanche Matin, on Charge le Grand C4 Picasso de Carideal 😉 😉 ras la gueule, les deux machines, les 4 bails out chacun, donc 8, plus la gueuse de 13 l d’oxy, plus la caisse à matos et les sacs enfin bref on peut juste rajouter un sac à main lol !
Les douaniers suisse pour une fois nous arrêtent, « vous avez quelques chose à déclarer ou bien?? » ben non on va plonger ! » Quelques « images photographiques » plus loin on arrive au bord de ce fameux lac de Thun au Beatenbuch, par un temps maussade, une fois de plus.
Les bourbines sont déjà là ! Bon vite je cours retrouver mon arbre. LOL
On s’équipe, on sort le matos, ya un gosse francophone, qui nous pose des questions «  C’est à vous tous çà !!?? » « ben ouais » dit le « Gône » à un autre gône, c’est pas des bourbines eux. J’attache la corde qui nous servira de ligne de vie, puis on s’équipe dans l’eau, çà en fait du binz ! J’embarque une S80 de 8/67, une S80 de 12/68, une S80 de 19/44 et enfin une de 27/40, pour cette plongée avec l’oxy on sort dans problème on a le bon volume de gaz sans mutualiser.

Les bourbines nous regardent de la berge nous équiper mais qu’est ce qu’un bourbine ? C’est un otoctone du coin, un casque à pointe chargé à la bière en santiague de palestine, un helvète qui ne voit pas l’utilité de parler une autre langue que l’allemand ni de dire bonjour d’ailleurs. Pas un ne nous proposera un coup de main. Y avait même le copain à bernie !! l

on a vu le diable !

Allez hop le run time de la plongée à 121 mètre au Beatenbucht à Thun en Suisse
Allez hop le run time de la plongée à 121 mètre au Beatenbucht à Thun en Suisse

Je prend la Gueuze d’oxy pour la descendre à 6 m, la vache un vrai corps mort ! Je bataille comme un chien pour la descendre sans la perdre et la fixer à 7m. Ça nous a pris 3 ‘ OK ? OK ! Allez bon on y va suis quand même essoufflé bon sang de bois, ca par, ca gaz ! Bon ou est passé mon R2 ? je le cherche et le trouve pas ! Ou est mon deuxième inflateur de secours ? Je le cherche et le trouve pas ! Je suis vraiment trop lesté pour cette config environ 2 à 3 kg de trop. Mon faisceau laser brasse la nuit (mon 9 LED Bersub) au rythme de mon bras qui fouille à droite et à gauche. Je tache de ralentir en gonflant mon étanche.
Papa est juste au dessus de moi, 95 m ca y est j’ai remis la main sur ce foutu inflateur !! 115 mètres ca y est je balance tout !!! la combar, la stab….et j’attends… ya rien qui se passe ca ralenti pas ! Putain depuis le temps que je veux le voir le fond, je commence à penser que c’est pour aujourd’hui!!! … un 6/92 ca va passer pour le fond !!!!! LOL et je fais une remontée force de 180 ? je passe le Niveau 4, MF1 et MF2 et j’en invente un MF3 juste pour l’occase ! LOL
Vaillant le petit détendeur à piston VS3 branché sur la combar et la Stab il n’a pas givré ( heureusement !!)
Deux trois coups de palmes et ca y est ca ralenti 121m au compteur au bout de 8’50, le temps que ca bouge on décolle à 9’ 19 et ca reeemmoonntteee enfin. Papa m’a dégagé mon R2. On commence une remontée longue, que je crois lente mais on tient bien les 10 mètres/min. Putain de lestage, ca me casse les pieds depuis le début, trop trop lourd, on va éviter de parler de trim sur cette plongée, impossible de le tenir. Plutôt style Hippocampe style enceinte
On atteind les premiers paliers à 21 mètres. Mes gants étanches ne le sont plus mais ca je le savait avant, vu le trou qui a dedans, mais je n’ai pas eu le temps d’en acheter avant. Vers 15m on retrouve la ligne de vie et on continue nos paliers, la bouteille d’oxy est toujours là . Des bulles viennent nous perturber, les bourbines viennent nous voir à 6 m on leur signale que tout va bien. On fini vers 3 mètres, j’ai les mains gelées, c’est bien fais. On sort à 68 min, ce qui est conforme à notre run time en comprenant le temps passé à installer l’oxy et le type de mon diluant l’héliox. La température au fond est de 5,6 °C et 9° à 6 mètres.
Les bourbines se sont déjà tirés, les autres ne les intéressent pas ! Un gentillet casse croute préparé …par nous même, nous permet de faire le plein avant de rentrer tranquillou à la casa. On repart, peinard et content de cette plongée pleine d’enseignement quand SOUDAIN !!…..LA PLUIE A THUN !!!! Bizarre non A chaque fois ou presque il pleut !! THUN en BOURBINE ca veut dire PLUIE !

Allez hop le run time de la plongée à 121 mètre

Publié le

Plongée tek 140m Lac de Thoune

Plongée au lac de Thoune au Beatenbucht en Suisse pour Noel 140 mètres et -10 degré

Compte-rendu plongée tek 140 m Lac de Thoune Beatenbuch

Plongée de Noel à Thun en suisse au Beatenbucht à -140 m avec -10 degré dehors et 4 deg dans l’eau.

 

Plongée au lac de Thoune pour Noel 140 mètres et -10 degré
Plongée au lac de Thoune pour Noel 140 mètres et -10 degré

On va se réchauffer au fond ? Y fait plus chaud y parait !

Ecrit par : Brigitte Lenoir

Infos générales :

Dimanche 20 décembre 2009 à 12h30

Température extérieure : – 10 degrés (des glaçons partout, même sur les marches d’escaliers) et une bise à faire expatrier les esquimaux aux Maldives… ! (Le lac est trop gros pour geler … donc pas de plongée sous glace à Thoune LOL)

Température de l’eau : 4 degrés au fond, 7 degrés aux paliers à 6 m

Infos techniques : Plongeurs : Thierry Marra et moi-même (Daniel et Thomas se seraient-ils désistés… ???)

Inspiration Vision pour Thierry Et CCR Megalodon

Profondeur : 140 m – 103 minutes

Mélanges :Diluent 6/80 Ballouts : 12 lt carbone 300b – tmx 6/80 11 lt alu – tmx 20/40 7 lt carbone 300b – 14/65 7 lt carbone 300b- 50 % 7 lt alu – ntx 40 % 7 lt alu – ntx 90 % mutualisation des ballouts

Sécu : 10lt alu 90 %

Runtime : -140 mètres, descente 20 m/min, 9 min temps fond yc descente, 102 min tts, gestion de la PP02 en manuel (exercice)

Petit résumé de la plongée :

On avait prévu de plonger samedi avec Yvan et Dédé…mais, ben…préparation de Noël oblige, Thierry vient de réaliser que ce serait le dernier week-end avant l’arrivée du P’tit Papa Noël…alors on décale à dimanche…histoire qu’il puisse assurer un peu coté famille ! La veille, tempête de neige…mon binôme pas très motivé à passer 6h sur des routes enneigées (eh oui…ça lui fait 700 bornes depuis Lyon !!)…mais après son passage à l’église samedi soir, le bon Dieu nous accorde une météo extraordinaire : un ciel bleu azure, – 10degré et une bise à vous transpercer les os… ! Bon, si super Thierry propose une fondue au lieu de la plongée, j’dis OUI cette fois… !! Bon alors Thierry…tu me poses la question ??? ben non…il est motivé par les -140 m….brrrrrrrrr !! Pas la foule sur le parking du Beat….on peut même choisir sa place…on apprécie… !!

A travers la vitre de la voiture…et le chauffage à fond….on trouve que le soleil est presque chaud…mais que néni…une fois dehors…la bise nous transperce…un coup d’œil alentour…des glaçons partout…sur les escaliers, la rampe, les arbres….me suis promise que si j’arrête la plongée, le prochain sport, ce sera de l’indoor…genre tennis (une raquette, des basquets, et une salle chauffée l’hiver… !)

Bon allez….on est pas des lopettes….ou bien ?? Préparation et mise à l’eau des ballouts…aie…faut surtout pas glisser sur ces escaliers verglacés…qu’est-ce que ça va donner avec les machines sur le dos…. ? Thierry…éternel optimiste me dit : ça va le faire Bri…pas de soucis…faut juste pas glisser… (ben ouais…ce serait trop con de remplir une déclaration d’accident avant de plonger… !!)

On s’équipe…j’ai une super sous-combi très chaude…mais pas très souple…donc, me sens un peu assistée pour la préparation…tant que j’ai un binôme galant…ça va le faire ! Et hop…quel plaisir d’enfiler la combi SF TEK…super souple…hyper confortable….sans cette combinaison étanche, j’aurais renoncé, ça c’est sur !!

Bon…on atteint sain et sauf la mise à l’eau….un coup de main mutuel pour fixer les ballouts…heu…en fait, merci Thierry pour des deux coups de main …lol !! Grrr….là, je peste contre la sous-combi Xero…. !!

Palmage en surface, puis descente dans le bleu pour atteindre la falaise ; mince, on a pas assez palmé, on touche la falaise à 40 mètres…j’aurais préféré continuer à la verticale dans le bleu jusqu’à 90-100m puis reprendre le cap de la falaise, puis suivre la roche lisse jusqu’à –140m ! L’objectif était de descendre rapidement…mais là, on va se faire tous les surplombs…du coup, le temps de descente va ralentir….suis déstabilisée, à 78m…trop gonflé la combinaison…et je reste quelques secondes en stand-bye…je vois Thierry disparaître en dessous…mince, on va se paumer…la visi n’est pas top…me redresse pour dégonfler un max, je vide les faux poumons…mais impossible de retrouver Thierry… ! Il faut chaque fois se repousser de la falaise pour descendre les surplombs…on déplace de la touille…à – 120m, Thierry se dit : mince, pas de Bri…elle a du passer sur ballouts et il remonte…de mon côté…je me dis qu’il m’attend à – 140m, profondeur max que l’on s’est fixé…alors, no way…je descends….et à – 140m, coup d’œil à droite, à gauche…pas de Thierry…alors je remonte…en évitant de me déplacer….je vais bien le croiser…rien…pas de Thierry. Bon, ça ne me stresse pas trop…je me dis qu’on est juste décalé et que l’on va se retrouver aux paliers à 6m…. !

Majestueuse falaise….toute en découpe, des failles, des surplombs…occupée à l’admirer et à zieuter un éventuel phare de plongée de mon binôme, je me cogne la tête à –100m, sous un retour de roche, dans une sorte de petit canyon et les ballouts de gauche se coincent sous l’arrondi de la falaise : je pousse donc avec les mains pour me dégager…rien n’y fait…bizarre, je ne vois pas ce qui peut coincer ? En évitant de faire trop d’efforts, je tente de poser les 2 palmes contre la falaise pour me projeter en arrière….et hop…ça passe…tiens, je ne l’avais jamais vu ce mini-canyon ! Commence la déco….longue…car je me fais du souci pour mon binôme…hâte d’arriver à 6 m et de le croiser puis essayer de s’expliquer vainement par des gestes ce qu’il s’est passé !! 12m, 9m…pas de Thierry….6 m…là je vais le voir…je trace de long en large…toujours pas de Thierry…et le film commence : il est resté au fond…c’est pas possible qu’il soit dehors, vu qu’il était en dessous de moi lors de la descente et si il était remonté pour me chercher, je l’aurais croisé….donc, JE DOIS LE TROUVER ICI AUX PALIERS A 6M…. !! Rien…et encore 30minutes sur mon VR3…un peu moins sur le Shearwater car j’ai poussé la PPO2 à 1.50-1.60 depuis un moment… tant que je suis sous l’eau, je garde l’espoir d’un signe…!

Fin des paliers…la boule au ventre….je remonte à la surface…alerter les secours…c’est pas possible…un truc a du m’échapper…il fait peut-être ses paliers un plus loin ? Arrivée en surface….je ne vois pas ses ballouts dans l’eau….je l’appelle (non, plutôt je gueule : THIERRY !!)…rien…je déclipe rapidement mes ballouts…et là….Thierry apparaît…encore en combinaison étanche, prêt à intervenir… !! OUFFFF !!

Je réalise que nos peurs étaient réciproques…. lui m’attendait depuis 45minutes..en fait, il est remonté de 120m pour me chercher et on ne s’est pas croisé !!

A retenir de cette plongée de Noël à Thun au Beatenbucht en Suisse :

Mutualisation des ballouts en lac…ça reste ‘risky’…la visi est rarement au top, les risques de se perdre sont présents !

Faut-il prévoir de continuer la plongée en cas de perte de binôme…la plongée tek n’ayant plus rien à voir avec la plongée loisir…que fait-on de la notion de binôme ?

Comme j’étais persuadée qu’il ne pouvait pas être sorti de l’eau avant moi, je n’ai pas lâché le parachute pour signaler ma présence….erreur…on se perd, on lâche le parachute…même sans bateau pour la sécu surface

Le retour se fait sous une tempête de neige….40 km/h pour Thierry avant Genève….aie…mince, la route va être longue !!

Brigitte Lenoir / 20.12.09

Publié le

Plongée merdique au Beatenbucht

Plongée merdique au Beatenbucht

Plongée merdique au Beatenbucht au lac de Thun en Suisse

Plongée de merde au Beatenbucht à Thun en suisse le 13/09/2009. Bon celle là on va la faire courte tellement heu comment dire ben justement ya rien à dire sauf que des débutants auraient fait mieux.

Olli mange Bio la veille...
Olli mange Bio la veille…

Je savais que Ollie de nos amis Belges d’Abyss plongée était avec Pat Vanstraelen au Beatenbucht à Thun avec des élèves pour une formation full Trimix. Je l’avais croisé sur le Haven avec Pascal Bernabé en Mai et rendez vous prour plonger avec lui. Pour une fois qu’il ne pleut pas j’arrive à l’heure pour le repas du soir au motel même si je suis parti avec une heure de retard sur le run time, le Bitume Suisse entre Lausane et Thun s’en souvient encore, 190 de moyenne ou rien je roule chez chez comme les Suisses chez nous !

Le lendemain matin c’est le début de la loose. olli et moi avons prévu de descendre un peut jusque 100m car il n’a pas les bons mélanges pour faire plus, on fait un petit what if gentil pour voire si tout va bien. Bon se met à l’eau paf pose la ligne et on part, c’est la touille la visi est pourri, comme on ne se connait pas bien, vers 13m je veux éclairer mon phare de plongée, c’est pas qui fasse nuit, mais ca peut aider à se retrouver, je l’ai chargé à donf toute la nuit. ET là tu te dit c’est pas possible, le coin est maudit ou bien ? Y s’allume pas ! je check évidemment naze que je suis triple buse il est en marche sur 120% !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! et il doit l’etre depuis des lustres !!!! (sans jeu de mot) les gosses ont du jouer avec et comme un âne j’ai pas vérifier, trop confiant ! Je fais signe à olli AAABBBAANNNNDDOONNN de plongé, je suis vert de rage.

On sort, bien entendu j’ai pas de secours, celui d’Olli est dans son camion. Pat qui se met seulement à l’eau me propose sa lampe de secours, une « allumette de 1w » bon tant pis on fera avec, on se promet de ne pas dépasser 80m seulement et de se donner la main pour pas se perdre (non je déconne!). Au début j’arrivais à éclairer la falaise jusque 2m, puis il a fallu se rapprocher des 50cm. Viens là mon Olli je t’aime.

Vers 65m Ollivier me fait signe qu’il entend des bulles : je l’éclaire avec ma chandelle et j’y vois NIB ! Il me confirme les entendre, je me colle à lui, juste au dessus de sa tête et j’en vois un wagon !!! Merde alors !!! c’était donc vrai cette légende de Mégalodonnesspresso ? Comme pour Pascal ? Pourtant celui d’Olli est tout neuf. J’ai plus l’impression que c’est la stab. Allez Zou hop RE ABANDON de plongée !!! La LOOSE totale quoi. En sortant de l’eau il s’appercevra que sa collerette de sa combi toute neuve a un grou trou !!!

Attend cher lecteur c’est pas finit !!!!!!!!!!!!! Comble du comble en sortant faut y pas que je marche dans la merde du clebs de PAT !!!! Là c’est le comble, je jette tout en vrac dans le C4 Picasso fait la bise à tout le monde, merci bien tchao……..je me tire de cet endroit qui n’a pas voulu s’offrire à moi ce dimanche, je rentre énervé comme une puce en 2h30 et sieste !

PS : le béat est dans une mauvaise période

Publié le

Plongée 134m à Thun samedi 4 Juillet

Plongée 134m à Thun au Baentenbucht en Suisse samedi 4 Juillet

Plongée 134m à Thun au Baentenbucht en Suisse samedi 4 Juillet

Au départ, on devait plonger dimanche avec Nico à thun pour faire 130 ou plus avec l’équipe du NPSFQQA, personne ne pouvait, on décide d’annuler…au retour de l’avion,

Au départ, on devait plonger dimanche avec Nico, personne ne pouvait, on décide d’annuler…au retour de l’avion, Bri me dit, mais pourquoi pas samedi…euh…Philippe tu peux gonfler…vite fait alors, vérif. de l’emplois du temps à la maison et comme j’ai peu de volonté, c’est parti pour la semaine prochaine.

Rdv pris avec Bri et Jean Luc pour 9h30 sur le site, deux jours avant, coup de fil à Captain qui sera là avec Bernie pour 10h…bien entendu, le Foulaquier fera parti de la fête…est-ce une légende…on va bientôt le vérifier.

Mince ! Mattez la paire de santiagues de palestine à la mode NPSFQQA !

Arrivés sur place, nos deux compères sont déjà la, on part sur une plongée raisonnable, dans la zone des 130 quand même…Jean venu de l’Alsace lointaine fera partie de la plongée.

bon alors c’est 200m ou rien juste pour faire chier le gone qu’est pas là !

Bernie et Laurent poseront la ligne de vie alors que Jean Luc fait de même de son coté.
concour de santiague de palestine au NPSFQQA

On en est sure il s’agit d’un concours mattez la deuxième paire de tatanes !

11h30, on est parti, s’en suit la descente qui dur à peine 7mm, la visi au fond est excellente, tout le monde est dispersé sur la falaise ce qui la rend encore plus belle grâce au puissant éclairage…j’aperçois Jean sur ma gauche, Captain n’est pas loin…on avait dit 130…merde, on est déjà à 134…Bri est à coté, Jean Luc est 10m au dessus, il me semble voir un phare encore plus bas…c’est Bernie…, il était venu pour sonder, alors il sonde…j’ose même pas dire la profondeur…10mm fond, il est temps de remonter, je file vers la surface à la vitesse du vision, Bri et Jean Luc, remonte à la vitesse du VR3, on se retrouvera plus haut… 108mm plus tard, je suis dehors, Bri me suivra à quelques mm, rangement du matos en mode accéléré, les nuages arrivent, ça gronde, incroyable, ces derniers temps, on a connu Thun que sous la pluie…
Place au BBQ, en attendant que Bernie finisse ses paliers.

Les paniers repas s’ouvrent, on va pouvoir se régénérer…comble du comble, Captain il n’a pas que de la gueule, maitre Foulaq est parmi nous…le petit Jésus en culotte courte me dira Laurent après qu’on est cassé la gueule à un St Jo…Enfin, Bernie nous a rejoint, la sortie d’eau avec les motos et les caisses qui passent ne lui plaise guère, alors il est grognon…il est où le calme putain…faut dire qu’il a fait 170…ça casse on aurai demandé du calme pour moins que cela…

Petite mise au point entre les deux membre du NPSFQQA

Puis vient l’heure du Saint BBQ, le feu est déja allumé par d’autres plongeurs, j’en profite pour m’inscrire sur la liste d’attente, voilà, les assiettes se remplissent…se fut encore une de ces journées qu’on adore…
Voilà le Foulaquier ! Pendant que le gone n’y est pas !


Thierry.

Publié le

Plongée à Thun 143 m

Plongée à Thun 140 mètres

Plongée à Thun 143 m

D’aucun diront que nous prônons et faisons l’apologie de la plongée extrême et très profonde, mais ils se trompent. Le Deep CCR Tartiflette team est un groupe de plongeurs qui ne se prend pas au sérieux et passionnés de plongée Tek et en lac.

C’est pour cela que nos récits sont toujours une tranche de vie, car nous vivons notre passion comme nous croquons la vie : à pleine dent !
On ne se prend pas le choux avec des déballages de théories fumeuses : nous on plonge et là ce sera à 143 mètres à Thun !

Bon, ce WE était prévu depuis longtemps, on devait retourner plonger à Thun en Suisse ou l’on doit tester nos équipements et méthodes sur une plongée plus profonde dans les 140 mètres dans un premier temps de manière à obtenir plus de références pour éventuellement des plongée sur épaves très profondes.
Captain me propose donc de plonger avec Bernard et lui, j’ai dit OK immédiatement mais uniquement le dimanche et pas le samedi je bosse, Bri ne peut pas venir, papa non plus car il a ses devoirs conjugaux.

Donc on prépare cela doucement avec captain, samedi je vais faire des courses, et je vérifie bien que captain s’est occupé de faire gérer l’intendance, la sécu, et le barbecue par un autre nico.
Samedi Midi surprise, papa me dit qu’il vient ! Suis soulagé j’aurais mon binôme habituel et mes point de repères et je n’aurais pas besoin de remonter seul du fond pour faire mes paliers, car captain utilisent un ordi RGBM qui n’a rien à voir avec mon super vision.
Donc j’ai pris du rosé et corse, captain gueule rien ne vaut le Foulaquier !

le C4 Picasso est chargé ras la gueule comme Dab !

Le samedi donc à 17H50 on plie les gaules avec papa direction Thun!, on a 44 min de retard pour arrivé à l’heure à l’apéro à l’hôtel. J’ai même été jusqu’à graver un cd spécial pour le voyage. Foix de moi on va faire le max pour ne pas louper cet apéro.
Bon vous verrez sur la vidéo on a mis 2H15 au lieu des 3 heures habituelles, pas mal non ? Bon c’est vrai on a laissé plein de photos de nous un peut partout, on dirait que les autorités suisse nous aimes bien !.
J’avais oublié comment les suisses font gravement C…. sur la route, après Genève un se coltine une 911 Jaune qui roule sur la voie de gauche à 101 km/h alors qui a personne sur celle de droite, c’est cette Gonzesse ! Au bout de 10 min j’en peux plus je la double par la droite : avec papa on n’y croit pas ! C’est un film ou bien ? C’est un mec, un vieux beau ! J’explique le tableau : Porsche Turbo 911 Jaune canari, cuir jaune assortie dedans, le mec, un remixe entre Mick Jagger et John Galliano chevelure bouclée longue et dorée comme sa caisse avec les lunettes mouche jaunes assorties ! OOUUUAAARRRFFFFF mort de rire !
Deux fois ne sont pas coutumes il pleut des seaux quand nous arrivons à Merlingen, moins une et un aquaplaning près on était déjà dans le Lac mais pas équipé, ca aurait été ballot.

Moins une on finissait dans le lac, c con pour des plongeurs tech pas habillés !

Captain s’inquiète il passe un coup de tel, on le rassure on est là dans 5 minutes, il est avec madame faut pas le faire attendre.
Il semble apprécier l’hôtel. Bon aller assez perdu de temps apéro et demi de bière puis steak tartare, faut bien essayer si c bon pour la déco !

La fine équipe à table avec qq chopines

Le lendemain matin réveil de bonne heure après une nuit agitée, difficile de trouver le sommeil. Copieux petit dej, je mange la moitié du plat de charcuterie et de fromage. Nous devons être de bonne heure sur le parking afin de trouver une place.
Bernard fait des siennes, alors qu’il devait être là à 9H il a oublié de se lever il n’arrive que vers 10H, Jérôme est vert il est venu à l’hôtel exprès pour ne pas se lever tôt et Bernard arrive avec une heure de retard !

Installation de la ligne de vie

Laurent ammene la ligne et les blocs au large

Bon maintenant qu’il est là on le chambre grave et il équipe la ligne de vie, avec la corde et les blocs de secours, mon 13L d’oxy, plus 7l d’oxy supplémentaire, un NX 70 à 12m, et un NX 40 à 40 mètres. C’est Laurent notre plongeur sécu qui équipe la ligne.

Préparation du matériel

Papa prépare son vision

Jerome et ses bails out et blocs de sécu.

Captain prépare son Megalodon

On s’équipe, et on se met à l’eau, faut clamper tous les blocs autour de soi, j’aide mon papa.

On nage en surface pendant une cinquantaine de mètres, OK ? Feu on descend en pleine eau, dans une eau trouble et chargée on ne se quitte pas des yeux, on arrive sur un fond de vase vers 60 mètres on s’équilibre un chouille je me retourne dans tous les sens pendant la descente afin de vérifier si on est tous là ? OK gars ?
On y est tous le tombant est là devant nous, on palme un peu pour rejoindre le bord un coucou à tous et feu ! GAZ ! Ça descend pas trop vite puis ca accélère, Bernard est devant, moi je ralenti car il faut que j’attende papa. Pendant toute la descente le cerveau travaille.
En plus je teste ma nouvelle config avec un deuxième inflateur Scubapro branché sur la bouteille d’air extérieur, à ces profondeurs là va mieux éviter d’envoyer du précieux diluant dans la stab !
Je ne suis pas encore habitué et je le cherche pendant toute la descente.

Pendant toute la descente nos quatre phares illuminent cette magnifique falaise. Failles blocs, surplombs, le plus gros doit faire 2,5 mètres. C’est un enchantement, pour les yeux et l’esprit. Nos faisceaux sont comme ceux des sabres lasers des Jedi, ils fendent la nuit, et donnent une dimension, une profondeur magique tridimensionnelle à cette falaise.
Vers 130 mètres un bruit strident se fait de plus en plus sonore, merde j’ai une fuite pensais je ? Je check un peut tout, même la ppo2, je demande à papa de vérifier si j’ai une fuite je suis convaincu que c’est moi. Mais un détendeur de captain qui est parti en couille un Apeks DS4 pourtant !
Le temps de freiner je suis à 143 mètres,
Bernard est plus bas vers 145, avec papa on ne se regarde pas trop longtemps, pas plus que les autres, on reste pas, on décolle immédiatement. Puré faut gonfler un max avant que ca bouge !
On remonte, le bruit s’est arrêté, normal captain a fermé son détendeur, moi je suis rassuré c’est pas moi et tout va bien pour tous.
Cette falaise n’en finit pas de monter, elle est pleine de surprise, tellement minérale. On abandonne captain et Bernard vers les 70 mètres qui commencent leurs paliers tandis que les nôtres arriveront vers 40 mètres.

Papa aux 6m

Le gone aux 6m

Pendant tous les paliers nous seront sur la vase sur un fond quasi plat et une eau très chargée, avec une visi quasi nulle. On retrouve la ligne de vie et on attend, je n’ai même pas envie de nager tellement l’eau est pourrie, Bernard, me passe devant, me touche et ne se rend compte de rien.
Au bout de 106 minutes, on sort, et Laurent nous aide à sortir les blocs.

On sort tous le matos de l’eau

La fine équipe du NPSFQQA et du Deep CCR tartiflette team

Bon c’est pas tout çà ? Elle est ou l’intendance ? Le responsable du BBQ, et le BBQ ? Putain ya personne ! Comment allons nous faire ? Bernard qui est sorti un peu après, n’en sait rien ! C’est pas dieu possible ! Ça continue à Merder, après le temps, le DS4 à Jérôme, manquait plus que le BBQ ! Je saute dans le C4 Picasso et direction Interlaken pour trouver du charbon. Une fois la chose réglé retour au BBQ sous des trombes d’eau !! ca continue ! Je charge en ZIP pour faire de la braise et je commence à cuire sous la pluie.

Barbecue du deep ccr tartiflette team et du NPSFQQA a Thun

Bon Bernard il est ou le foulaquier ? Réponse de l’intéressé « Ben HEU ben HEU j’en avais plus !!! Captain est sidéré « t’a fais çà ? » Il va être obligé de boire de mon rosé, et il va même en reprendre le bougre, c’est qu’il aime ! Ici une video d’un memorable débat.


debat thun 140m deep ccr tartiflette team

Après moultes saucisses, bouteilles de rosé et de rouge, captain nous offre de très belles casquettes NPSFQQA en gage d’amitié, merci Jérôme sache que nous apprécions le geste.

Casquette NPSFQQA offerte par Captain

Bon c’est l’heure de se quitter, on se donne rendez vous pour le 5 Juillet, on n’a pas finit. Le chemin du retour est quasi paisible on n’a fait craquer qu’un seul radar !

Beau bateau à aubes piloté par un connard qui frole les arbres à donf pour dessouder du plongeur aux paliers !

Profil de notre plongee à 143m à Thun

Le CR des deux apôtres du NPSFQQA est ici

Publié le

Lac de Thoune plongée de Noel

Les petits Suisses nous ont conviés pour leur plongée de Noel au lac de Thoune en Suisse

Ce 27/12/2008 on va plonger au lac de Thoune, un joli coin au fond de la Suisse, en face des trois demoiselles.

Bon il faut le dire ça fait un moment que j’avais envie d’y aller plonger au lac de  Thoune, pour y voir un peu, ou bien ! Depuis que j’en entends parler ! Donc quand les suisses nous ont fait part de leur envie de plonger au lac de Thoune le 27, avec Thierry notre sang n’a fait qu’un tour, il fallait qu’on y aille. Pour Voir : je contact dédé et on planifie, je recherche un hôtel dans les parages, Thierry et moi on a besoin d’un peu de confort avant la plongée c’est pas mal pour un vieux couple ( on développera plus tard). Une semaine auparavant je scrutais les sites des webcams du lac de Thoune afin de vérifier la météo plongée.

Plongée de Noel au lac de Thoune
Plongée de Noel au lac de Thoune

Lac de Thoune avec ce temps là ! Ca promettait d’être romantique lol

Plongée de Noel au lac de Thoune le port du Beatenbuch
Plongée de Noel au lac de Thoune le port du Beatenbuch

Pour aller en Suisse, il faut prendre l’autoroute : puré on se fait C…. ! 80 km/h si il y a une intersection, 100km/h en cas de tunnel ou de viaduc, et 120 km/h le reste du temps, Promis la prochaine fois j’y vais en marche arrière, je m’emmerderai moins. Arrivé en suisse alémanique, on est forcément dépaysé par le changement d’architecture et la géologie ambiante. Nous fûmes très bien reçus par la patronne, qui seul parlait notre belle langue, car moi la langue de Goethe, à part « swei bier bitte » c’est mort. C’est d’une hospitalité rare, où la maitresse des lieux nous a tout expliqué des environs avec force prospectus, on n’a pas ça en France. Pour l’apéro deux demi (0.5L) sinon rien et une promenade le long du lac pour s’imprégner de l’ambiance : déjà -3°C à 20H,

Une barge illuminée dans le port du Beatenbuch au lac de Thoune.

Plongée de Noel au lac de Thoune l'hotel Beatus à Merlingen
Plongée de Noel au lac de Thoune l’hotel Beatus à Merlingen

L’hotel Beatus à Merligen

Plongée de Noel au lac de Thoune l'hotel Beatus à Merlingen un couple batifole dans la piscine chauffée
Plongée de Noel au lac de Thoune l’hotel Beatus à Merlingen un couple batifole dans la piscine chauffée

On surprend même un couple en train de faire une partie de jambe en l’air dans la piscine chauffée extérieure du Béatus dominant le lac (à -3°C en ext !!!!!!!!)

Bravo les suisses pas froid aux yeux !!

Spécialement pour nous ils nous ont préparé une raclette locale, puis on va se coucher. Car dormir, pas possible, Thierry scie du bois, il a du couper 3 stères, le chauffage a claqué toute la nuit, et on a eu le mauvais fromage de la raclette sur l’estomac toute la nuit. Le matin je commande un coca bien frais avec du fromage et du jambon pour digérer. Je suis très déçus car le beau temps n’est pas au rendez vous, la brume est basse, il fait gris et froid, il a fait -10°C dans la nuit.

Météo Thun avant de prévoire la plongée
Météo Thun avant de prévoire la plongée

Ca met dans l’ambiance : Givrée !

Plongée avec Brigitte Thierry et moi au lac de Thoune
Plongée avec Brigitte Thierry et moi au lac de Thoune
Briefing avant la plongée de Noel au lac de Thoune
Briefing avant la plongée de Noel au lac de Thoune

Arrivé, sur le site du Béatenbuch au lac de Thoune, on aperçoit Brigitte et son recycleur inspiration classic qui sont déjà là, les autres petits suisses arriveront ensuite. Le couple dédé Yvan nous font la fête, on est content d’être là.

Beaucoup de plongeurs présent pour cette plongée de Noel au lac de Thoune
Beaucoup de plongeurs présent pour cette plongée de Noel au lac de Thoune

On a prévu de faire 100 mètres avec dédé et Yvan, on décide de faire 90 mètres au max (nonante en suisse ! Sinon y vont pas comprendre !) pour éviter de trop charger en palier dans cette eau à 5°.

Tout le monde prépare son matériel de plongée pour cette plongée de Noel au lac de Thoune
Tout le monde prépare son matériel de plongée pour cette plongée de Noel au lac de Thoune

Préparation du matériel avant la plongée de Noel au lac de Thoune

Site de plongée du Béatenbuch au lac de Thoune
Site de plongée du Béatenbuch au lac de Thoune

 

La mise à l’eau est glissante sur le site de plongée est glissante par ces températures.

 

Beatenbuch site de plongée lac de Thoune
Beatenbuch site de plongée lac de Thoune

La glace au Beatenbuch site de plongée lac de Thoune

La glace pend des arbres au dessus de l’eau turquoise et plus loin le tombant du Beatenbucht avec 200mètres de fond

On se met enfin à l’eau, on descend l’échelle, le site ressemble de part sa configuration à la falaise de Brisont saint Innocent à Challière: Falaise, route, une petite échelle pour la mise à l’eau dans 30 cm d’eau, c’est gelé ça glisse. On fixe les bails out dans l’eau qui est bleu Maldives, puis on part. C’est une pente douce pendant 8 mètres environs sur un maxi de 6 mètres de profondeur puis OUHHHHHHHHHHH le vide, le trou, le néant, ça tombe vertical de chez vertical dans une eau claire et cristalline : c’est minéral et magnifique le fond est à 200 mètres et plus.

On descend, le temps que l’on freine on est déjà à 94 m, (nonante quatre en suisse, faut que je traduise, sinon y comprenne rien!). On commence à remonter, tout doucement, puisque Dédé et Yvan y z’ont que la moitié d’un recycleur, faut qu’y fassent la déco au VR3 qui sy donne des paliers tous les 5 mètres, c’est balot ! (Décompression avec beaucoup de Pyle Stop) À 70 mètres je coupe le phare tellement y fait jour. On approche des 10 mètres quand soudain j’entends la musique de la guerre des étoiles qui retenti sous l’eau c’est dédé qui chante pour nous fêter, s’en suivent des scènes aux paliers que la morale réprouve à décrire, chacun des deux enlevant son embout à tour de rôle afin de témoigner à son binôme toute sa reconnaissance avec sa bouche, tout se termina en farandole à 6 mètres Thierry et moi on termine la déco à 58 minutes et les suisse avec leur demi recycleur à 66 minutes.

Fondue Suisse au lac de Thoune
Fondue Suisse au lac de Thoune

On sort de l’eau enchanté, cette plongée au lac de Thoune était magnifique : ça envoie grave du petit ce tombant avec une visi de pratiquement 20 mètres ( en suisse ça ce dit pareil vingt et vingt). On se change, pendant que les bulleux qui étaient sortie bien avant nous prépare la fondue Suisse. Bizarre cette méthode de mettre de la farine (Maïzena en Suisse) avec du vacherin fondu et du blanc suisse de surcroit.

Dédé et la fondue Suisse après la plongée au lac de Thoune

A peine le temps de terminer un caquelon, qu’un autre était prêt, pain à volonté, blanc et thé à volonté. Je salut l’organisation suisse pour son efficacité et son savoir faire, merci Bouxy. ( ils ont même un abri spécial plongeur avec un coin barbecue).

Fondue suisse après la plongée de Noel au lac de Thoune
Fondue suisse après la plongée de Noel au lac de Thoune
Yvan maître du Thé apès la plongée au lac de ThouneYvan surveille le thé. On a même terminé les 7 kg de fromage. Il est temps de rentrer, on est triste, on promet de se revoir, de s écrire et plus si affinité. C’est sur on va revenir, on ne peut pas rester comme ça.La route du retour fut rude, après une nuit blanche et une grosse plongée dans de l’eau à 5 degrés, bien que nous n’ayons pas souffert du froid, Thierry s’est endormie dans la voiture et moi aussi, heureusement y’avait le GPS pour conduire !Dimanche 28/12 ski : vive l’hélium !