Publié le

L’importance de l’alimentation & l’hydratation en plongée

De l’importance de l’alimentation et de l’hydratation en plongée profonde : rien ne sert de s’y prendre la veille, on ne va pas effacer une mauvaise IMC (indice de masse corporelle), issue d’une mauvaise alimentation, mauvaise hygiène de vie voir même combiné à un manque total de pratique sportive.

Banane-alimentation-sport-plongee-deep-ccr-tartiflette-team.jpg

La Banane meilleur aliments des sportifs ?

Pour commencer les médecins estime les besoins en apport calorique pour un homme de 2100 par jour et de 1800 pour une femme dans le cas d’une sous activité sportive. Si on pratique plus d’une heure de sport par jour les besoins peuvent monter à 3500 pour un homme et 2800 pour une femme. Si l’on ramène cela à la plongée, cela va donc dépendre de la température de l’eau, du nombre de plongée par jour, de leur durée et de l’intensité de l’effort produit bien entendu.

Un voyage plongée se prépare donc bien avant. Il faut surveiller son alimentation, ne pas faire d’excès.

Les deux repas d’avant plongée sont important, ils doivent préparer à l’effort musculaire, lutter contre le froid, ne pas causer de troubles gastriques, en apportant assez de sucre pour éviter les hypoglycémie.

petit-dejeuner-sportif-deep-ccr-tartiflette-team.jpg

Le petit déjeuner le repas le plus important

Il faut manger léger, mais assez pour se sustenter, des protéines, de la viande (100g) ou du poisson ou deux œufs. Pas plus de deux fois des protéines par jour. Personnellement j’aime bien manger du poisson lors de mes déplacement plongée, car un on est au bord de la mer (sauf lac) et deux il faut bien rappeler aux poissons qui est le chef : c’est moi qui les mange et pas le contraire ! LOL
rien ne sert de se charger en Protéines, ce n’est pas elles qui fabriquent du muscle, mais la pratique régulière du sport.
Il faut éviter le gras (c’est universel) et favoriser les sucres lents qui vont être stockés dans les muscles afin de se libérer le moment venu. De plus il faut déjà penser à s’hydrater abondamment, 1,5 litres d’eau par jour au minimum et s’y contraindre pour ceux qui ont tendance à ne pas boire.
Si le plongeur, n’a pas assez de sucres lents, et si il doit fournir un effort soutenu comme lutter contre le courant, si il a froid, il risque l’hypoglycémie. (l’hypoglycémie peut mener à la perte de connaissance). A contrario, si le plongeur prend trop de sucre rapide avant la plongée, le corps va réagir en produisant un surplus d’insuline afin de faire chuter la glycémie, et en cas d’effort, ou d’eau froide, de nouveau on va se retrouver en hypoglycémie. On se retrouve donc avec l’effet inverse de celui es conté.
On en reviendra toujours au principe de base de l’alimentation sportive, il faut ingurgiter des sucres lents avant l’effort afin de « nourrir » les muscles pendant les effort et les aider à mieux récupérer. Les sucres rapides ne serviront que pendant l’effort ou juste après et encore à faible dose. (Barre chocolatée au palier par exemple).
La banane est l’un des fruits pour sportifs les plus énergétiques et affiche 90 calories aux 100 grammes, dont la plupart proviennent de ses glucides. Séchée, elle atteint les 290 calories. La banane est riche en magnésium et potassium tout comme le kiwi. Grâce à cela, la banane permet d’éviter les crampes et les courbatures chez les sportifs, elle est idéale au petit déjeuner du plongeur, et elle est est riche en vitamine C & E aux propriétés antioxydantes favorables à la décompression (mise en avant dès 2004 par le laboratoire Isocell).

Les sucres lents sont primordiaux.

Les sucres lents peuvent être des pâtes, du riz, des céréales, des pommes de terre, du pain (complet, levain, céréales). Il faut manger aussi des légumes cuits et non crus qui peuvent générer des troubles gastriques et préférer des fruits aux desserts et fromages.
On peut prendre des protéines végétales, en remplacement des protéines animales sans toutefois dépasser l’apport d’équivalent de 100g de viande, tel le soja, les légumineuses les algues….etc.
Il faut éviter tout les aliments lourd à digérer riches en sauces, graisses, ou trop de viande, ou les légumes comme le choux, les haricots blancs les boissons gazeuses ou autres fritures qui peuvent « déranger » votre estomac.

L’importance de l’hydratation

Avant une plongée profonde il faut boire un litre d’eau à minima et continuer sous l’eau au palier, de 0,5 à 1L d’eau ne sont pas de trop, il ne faut pas avoir peur de faire pipi c’est bon signe.
Pas d’alcool, ni bières ni de boissons pétillantes ni surtout froide qui peuvent générer des diarrhées (ne pas boire l’eau du lac à 6°C aux paliers par exemple…) Bien se souvenir que l’alcool déshydrate. Dans le cas de journée à plongées multiples, ne surtout pas faire comme certain qui se jettent sur le ti’ Punch sur le bateau, puis sur la bouteille de Ricard à l’apéro, puis le quart de rosé à table.
De plus il faut adapter son hydratation à la température extérieur et sa transpiration. En Égypte on buvait jusque 6L d’eau par jour en prenant des sel pour fixer l’eau dans le corps et éviter la sudation.
Prendre des boissons énergisantes ne sert à rien, voir même risque de mettre à mal votre cœur, elles sont chargées en caféine et taurine qui ne servent à rien pour le sport.

Après la plongée

Tout d’abord il faut continuer à boire c’est le plus important, boisson chaude ou froide gazeuse ou plate à la sortie de l’eau cela n’a pas d’importance. Prendre de l’eau bicarbonatée, ou isotonique permettra une meilleur hydratation et récupération en éliminant l’acide lactique plus rapidement. Ensuite on peut prendre une barre chocolatée, des fruits secs etc mais pas de protéines qui ne servent à rien à ce moment là. L’organisme est encore en train de puiser dans ses réserves de sucres lents pour produire de l’énergie.
eau-bicarbonatee-saint-yorre-plongee-deep-ccr-tartiflette-team.jpg

Eau bicarbonitée permet de récupérer plus vite

Le repas du soir revêt aussi une importance. Ne pas oublier de privilégier les sucres lents, mais s’il s’agit là du repas post plongée, ne pas « se lâcher » car les calories vont se loger directement dans le gras du ventre et pas dans les muscles. On peut se faire plaisir en mangeant en évitant les graisses ou autre met trop lourd à digérer. Donc on va éviter la Pizza dégoulinante de fromage fondu et pas toujours de bonne qualité le tout arrosé de bière, car là on est sure que rien n’ira nourrir le muscle LOL .

EVALUATION-DES-TABLES-HELIOX-PROFONDES-DANS-LE-TRAITEMENT-DES-ACCIDENTS-DE-DECOMPRESSION-DE-TYPE-II-EN-PLONGEE-LOISIR

5 réflexions au sujet de « L’importance de l’alimentation & l’hydratation en plongée »

  1. Merci pour tout les conseils , j’ai du travail pour amélioré ça . Grâce à la purge pipi que j ai commandée , je vais amélioré le côté hydratation . 😉 shrek

  2. La réhydratation c’est effectivement important pour le scaphandrier.
    Par exemple le muscadet en Bretagne, le rosé à Bandol, le petit jaune à Marseille et bien d’autres…

  3. @ Gérard PFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF !!!

    @ Schrek si on veut rester aux fondamentaux de l’alimentation et ne pas se laisser tenter par les travers de notre société de consommation on va déjà tous perdre 5 à 10kg, et moi le premier !

  4. 79 ans, 1 M 71…70 kilogs ! tension 12 / 7
    Et tout ça grace à ma nouriture naturelle…pas biologique surtout !

  5. […] ATTENTION tous les détails techniques de cette cette plongée sur l’épave du Miquelon sont pure fiction . Une plongée de ce type nécessite des paliers de décompression. Il est impératif d’avoir suivi des formations de plongée, (par nous éventuellement ) et suivez ce que votre formateur vous a enseigné ainsi que vos logiciel de décompression. Il est impératif d’être en bonne santé et de bien s’alimenter et bien s’hydrater avant de plonger. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *