Publié le

Reportage et débat sur l’épave d’Avion du FW58 du lac du Bourget

plongee epave avion allemand fw58 lac du bourget deep ccr tartiflette team

Reportage & débat de France 3 sur le naufrage et le sauvetage des pilotes allemands du FW58 en 1943 au lac du Bourget.

 

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-5.jpg

Le FW 58 au fond du lac

France 3 nous a gratifié samedi 1-12-2012 d’une émission avec deux reportages, dont un débat sur le naufrage de l’avion FW58 et du sauvetage des deux jeunes rescapés allemands de l’époque, sauvés par les pêcheurs de Conjux.
On reste quand même un peu sur sa faim, on aurait voulu en savoir plus,

Notamment on apprend par la bouche de la journaliste Anja Unger et de l’historien Stefan Martens, que cette épave allait être remontée en Mai.

Ce qui est une betise à mon avis, cette épave est enfoncée de 2 m environ dans la vase jusque le cockpit et les moteurs aussi, la structure légère de l’avion est fragile, et ne résistera pas à une traction. Les ballons lui feront prendre trop de vitesse ce qui l’endommagera encore plus.
On ne sortira qu’un tas de ruine.
De plus l’épave est une sépulture marine.
Et cette épave revêt une importance historique, à valeur de mémoire. De ce naufrage deux jeunes ont pu être relâchés par les allemands.
Des plongeurs viennent de loin pour pouvoir plonger sur cette épave, ce qui représente du travail pour les professionnels, de la taxe de séjour, des nuits d’hôtel, de restaurant, de la TVA etc…
Donc pour toutes ces raisons, oui il faut que cette épave reste là.

Plongée sur le FW58 au lac du Bourget
/ http://rhone-alpes.france3.fr/emissions/doc-24-rhone-alpes-alpes-et-auvergne/actu/samedi-1er-decembre-16h00-l-avion-au-fond-du-lac.html

Publié le

FW58 lac du Bourget

Plongée épave avion allemand FW58 lac du Bourget

Deux ans sans plonger l’épave d’avion FW 58 au lac du Bourget…. c’est long, très long trop long. C’est pourquoi on a décidé d’organiser un WE plongées tombant & épave FW58 au lac du Bourget.

 

FW58 lac du Bourget
FW58 lac du Bourget

Quand on arrive sur l’épave c’est la première chose que l’on voit la queue et la croix gammée Noire

Préparatif pour aller plonger le FW58 lac du Bourget
Préparatif pour aller plonger le FW58 lac du Bourget

Le bateau qui était chargée uniquement du matériel, recycleurs et blocs de plongées

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-20.JPG

Le bateau « transport » de plongeurs

Pour cette plongée du dimanche y participent un groupe d’italiens et mes binômes seront : en CCR Lionel et Laurent en circuit ouvert.
DCIM100GOPRO

La journée va être belle

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-17.jpg

La trace des plongeurs qui descendent vu du sondeur, et l’echo de l’avion au sondeur, avec la trace basse et la queue au dessus

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-1.jpg

La partie haute de l’épave à 95m

Le Fw 58C est un avion école et de transport. C’est un bimoteur monoplan à aile basse ,il dispose d’un train d’atterrissage classique rentrant ,logé dans les fuseaux moteurs .Le train principal est composé de deux roues de 690x200mm actionnés hydrauliquement ,la roulette de queue consistant en une roulette de 260×85 mm.
plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-2.jpg

La queue de l’avion au fond du lac

La structure est tubulaire en duralium recouverte de toile de lin .
plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-3.jpg

On voit ici une partie de la toile de Lin de l’aire arrière qui part en lambeau, ce n’était pas le cas il y a deux ans.

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-4.jpg

Vu sous un autre angle

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-5.jpg

La Croix gammée telle qu’on la voit quand on arrive dessus

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-6.jpg

Le cockpit avec ses manches à balais toute la partie avant est enfoncée dans la vase

fw58c-commandes-deep-ccr-tartiflette-team.jpg

Une photo de l’époque de l’intérieur du cockpit

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-7.jpg

le poids de l’avion et la légèreté de la vase ont fait disparaître les moteurs dans la vase, se sont les ailes qui l’ont empêché de s’enfoncer plus

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-8.jpg

Le train d’atterrissage à commande hydraulique à l’arrière du moteur

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-9.jpg

Un autre bout de train d’atterrissage

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-10.jpg

Une inscription sur une partie de l’aire qui part en lambeau

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-11.jpg

Le fuselage en duralium, entre le cockpit et les ailles arrières a perdu toute sa toile de Lin

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-12.jpg

Remontée sur le fuselage

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-13.jpg

L’image montre bien la verticalité de l’épave

plongee-epave-avion-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team-14.jpg

Encore une photo du sommet

fw58_carte-postale-plongee-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team.jpg

Une photo d’époque de l’avion dans sa version de reconnaissance

L’avion conçut pour notamment pour l’écolage ,dispose d’un poste de pilotage biplace côte à côte sur l’ensemble de ses versions .

/
Récit de l’histoire du l’épave de l’avion FW58C au fond du lac du Bourget

/ Toutes les infos sur le FW58 C se trouve sur ce site http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/t7513-focke-wulf-fw-58-weihe

Publié le

Week End plongées Tombants Epave FW58 au lac du Bourget

FW 58 Epave avion allemand au lac du Bourget @ -112 m (c) photo Vic Verlinden

Plongées sur l’épave du FW58 au fond du lac du Bourget

 

Deep CCR Tartiflette Team

PLONGEZ SUR L’ÉPAVE D’AVION NAZI FW58 DANS LE LAC DU BOURGET DANS LES ALPES

FW 58 Epave avion allemand au lac du Bourget @ -112 m (c) photo Vic Verlinden
FW 58 Epave avion allemand au lac du Bourget @ -112 m (c) photo Vic Verlinden

WEEK END 14–15-16 SEPTEMBRE

PLONGEZ EN RECYCLEUR L’ÉPAVE DU FW 58 & TOMBANTS PROFONDS PENDANT 3 JOURS

PLANIFICATION pour 6 PLONGEURS max :

VENDREDI & SAMEDI TOMBANTS PROFONDS SUR LA COTE SAUVAGE DU LAC DU BOURGET : Run Time 95 M 120′ MAX

SUNDAY DIVE THE WRECK FW 58 Run Time 110M 180′ max

HEBERGEMENT BON RAPPORT QUALITÉ PRIX SUR DEMANDE

Prix 1 plongée sur tombant : 55 €* Priw pour une plongée sur la plongée sur l’épave du FW58 : 75 €*

comprenant station de déco & sécurité & pilote & plongeur de sécurité

Prix des gaz : He 35 €/m3 & Oxygene 25€/m3

C’est la plus belle de toutes les épaves, sa profondeur inaccessible aux plongeurs ordinaires, elle est imprégnée d’histoire, est celle qui a secoué nos rêves.
Le 30 mars 1944, un avion allemand, un Focke Wulf 58C, un avion école de reconnaissance, de l’école de Lyon Bron avec quatre pilotes à bord.
Après quelques minutes de vol, ils sont prêts à faire un passage en rase motte au-dessus du Lac du Bourget pour s’amuser. Bien mal leur en a pris. En passant juste au-dessus de Chatillon, l’avion a lancé le nez vers le bas et s’est écrasé dans l’eau froide du lac du Bourget.

VIDEOS LIENS

Plongée sur l'épave du FW58 au Lac du Bourget
Plongée sur l’épave du FW58 au Lac du Bourget

PLONGÉE TOMBANT LAC DU BOURGET

Vidéos de plongée sur le FW58

 

 Twitter | Facebook | forward to a friend

 

 

Publié le

Préservation de l’épave d’Avion Nazi FW58 du lac du Bourget

Il faut préserver l'épave du FW58 au fond du lac du Bourget

Préservation de l’épave d’Avion Nazi FW58 du lac du Bourget près de Chambery

Au fond de notre lac du Bourget, le plus grand lac de France se trouve par -112m une épave d’avion nazi, un FW58 qui à mon avis, a une porté Historique et culturel.

Il faut préserver cette épave au fond du lac du Bourget

J’ai appris récemment de oui dire, dans la presse, écrite et télévisé régionale, que le musée de Berlin aurait lancé une souscription pour faire renflouer cette épave et la ramener à Berlin.

Il me semble tout à fait inapproprié de renflouer l’épave du FW58 à plusieurs titres :

TECHNIQUEMENT :

le FW58 est un avion à structure métallique recouvert de toile, bien qu’il soit au fond du lac dans une eau à 4°C la toile part en lambeau. L’avion est planté à 80° nez et moteurs dans la vase jusqu’au cokpit. La vase est tellement fine que même le déplacement d’une palme de plongeur à 1,5m de distance soulève la vase.
Il suffit de regarder les dernières images de l’épave pour comprendre en les comparant aux premières faites suite à sa découverte, son délabrement rapide depuis quelques années, depuis qu’elle est plongée souvent par des plongeurs non aguerris à ce type de plongée, lui mettant des coups de palmes ou ne possédant pas le bon « trim », ou flottabilité et s’accrochant dessus.
Le fait de vouloir bouger cette épave, va la détruire, les sections de tube sont très fine, et la toile le recouvrant va partir en lambeau et rester au fond du lac du Bourget.
De plus si jamais la structure était sorti de l’eau quid de sa conservation immédiate ?

HISTORIQUEMENT ET CULTURELLEMENT :
Cette épave a une histoire importante sur le point de vue Culturel.
« Le 30 Mars 1944, un avion allemand, un Focke Wulf 58C, un avion école de reconnaissance, décole de Lyon Bron avec 4 pilotes à bord. Après quelques minutes de vol, ils se sont mis en tête de faire un rase motte au dessus du lac du Bourget pour se faire plaisir. Bien mal leur en a pris. Juste en passant au dessus de Chatillon, l’avion pique du nez et s’écrase dans l’eau froide du lac. La scène se passe devant des pécheurs de Conjux qui arrivent à temps pour sauver deux pilotes, mais les deux autres sont déjà morts. L’avion met une vingtaine de minutes avant de sombrer au fond du lac emportant les deux corps. Les deux pilotes allemands sauvés seront récupérés plus tard par le colonel commandant la base de Bron. En guise de remerciements, le Colonel Allemand fit libérer quatre prisonniers originaires de la région. Cette histoire est bien connu des habitants de Chindrieux et Conjux et est authentifié par les archives militaires allemandes de Fribourg. »

Des résistants Français lui doivent la vie.

DU POINT DE VUE PLONGEE :

Nous plongeurs tech n’aurions plus notre belle épave.

Pour toutes ces raisons nous pensons que cette épave doit rester là ou elle est.

Plus de détail sur l’épave se trouve sur le lien suivant :
Epaves du lac du bourget

Publié le

FW58 Plongée sur épave avion nazi Lac du Bourget

Magazine Italien SUB parle de notre épave de RW58 du lac du Bourget

FW58 Plongée sur épave avion nazi Lac du Bourget

Un article sur notre épave d’avion nazi FW58 du lac du Bourget , dans un magazine italien de plongée SUB.

Un ami italien m’a passé cet article paru dans le magazine de plongée italien SUB, très beau magazine d’ailleurs. Dès qu’il a vu le FW58 il a pensé à nous LOL.

Plongée sur l’épave du FW58 au lac du Bourget

Notre épave bien aimée du FW 58 en bonne place dans la presse plongée
Notre épave bien aimée du FW 58 en bonne place dans la presse plongée

 

Le Magazine de plongée italien SUB parle de notre épave du FW58
Le Magazine de plongée italien SUB parle de notre épave du FW58

Le Magazine de plongée italien SUB

De très belles photos de l'épave du FW58 du le Lac du Bourget dans le magazine SUB
De très belles photos de l’épave du FW58 du le Lac du Bourget dans le magazine SUB

Belles photos de l’épave du FW58 dans le Lac du Bourget

Magazine SUB
Magazine SUB

Dommage qu’il se dégrade vite depuis quelques mois….

Ca y est ça me démange à nouveau….va falloir qu’on y retourne…

/ Plongée sur le FW 58 épave du lac du Bourget

Publié le

Dirrebreather plonge sur notre épave du FW58

La première page de l'article de Vic Verlinden, sur sa plongée sur l'avion FW58

Pim van der Horst, Vic Verlinden, et jordi Mateo de Dirrebreather plongent sur notre epave du FW58

Cet été lors de notre « croisière » en Irlande à Malin Head, Vic Verlinden m’avait fait par de son souhait de venir plonger notre épave d’avion Nazi, le FW58, caché au fond du lac du Bourget. Et voilà il suffisait d’organiser la plongée pour le Dirrebreather.
Un article de presse plus tard…

 

La première page de l’article de Vic Verlinden, sur sa plongée sur l’avion FW58

Vic étant à la retraite a du temps pour ses deux passions la plongée et la photographie. Il voulait la faire cette plongée dans notre beau lac du Bourget sur notre épave du FW58, alors je lui ai organisé cela avec Pim van den Horst et Jordi Matéo de Dirrebreather.

La suite du rédactionnel de l'article sur le FW 58 plongé par le Dirrebreather
La suite du rédactionnel de l’article sur le FW 58 plongé par le Dirrebreather

Pim était équipé d’un recycleur Apocalypse.
/ Plongée sur l’épave du Milano au lac majeur

Publié le

Plongée lac du Bourget épave avion Nazi FW58

Plongée lac du Bourget épave avion Nazi FW58

J’apprend dans la semaine par phiphi qu’il a ce week end un groupe d’italien qui vient plonger sur l’épave de l’avion du lac du bourget pour en faire un film et un reportage. Il ne sont que quatre, et on peut plonger dimanche. Papa, lui sera samedi à Thun pour plonger avec Yvan et Bri, ils ont prévu de faire 110.

lac de thun

Automne sur le Lac de Thun en Suisse

Donc Après la plongée de papa et ses 110 m Samedi rendez vous au lac du bourget pour plonger sur l’épave du FW58. lac de thun

Première neige, au Lac de Thun en Suisse.

Il va faire un « éffort » pour faire l’avion dimanche. Donc Dimanche à 8H30, rendez vous chez philippe. Le temps est maussade, et frais. On prépare le matos et on va au lac. Celui-ci est très plat et calme. On part à deux bateaux, les italiens sur celui de phiphi et nous sur celui de serge, qui veut en profiter pour tester son zod. A l’aller une petite course entre notre 150 ch et son 90 ch chargé et on le pose. fw 58 deep ccr tartiflette team

On positionne le bateau a l’aplomb de l’épave du FW58

Plongée sur l’épave de l’avion FW58 au lac du Bourget

On va laisser partir les italiens en premiers avec leur caméra et leur Bails Out de 20 litres acier !!! En diluant on a un Tx 7/74 et par flemme j’embarque uniquement un bail out de 8/64 et un 30/35. On se met à l’eau, aidé par serge et un italien. On s’arrette à 5 mètres pour le bubble check mais il y a plein de bulle qui remonte du fond, les italiens sont en train de remonter et ils purgent, donc useless. Allez Go ! On sera en bas en 3’55, un peut lent ma foix. En fait j’ai froid, à 95 mètres on est pile au niveau de la queue de l’avion, et on a sa croix gammée pile en face des yeux. Un morceau de toile pend d’un aileron arrière, c’est tout frais ca n’y était pas en juin quand nous avons plongé dessus.

On suit le fuselage, et on descend jusqu’au fond, le faisceau de ma trois led « sola » perce l’obscurité, c’est comparable au HID Dive Rite de pervers en légèrement moins puissant. Je colle le phare Bersub à coté qui difuse plus largement sa lumière jaune, mais qui n’arrive pas à pénétrer autant. L’eau est très claire. On fait le tour de l’avion, mais je n’ai pas envie de faire du rab, je suis sure que je vais me les meuler, papa semble avoir le même ressenti que moi, car il entame la remonté sur la queue, et me fait signe fin de plongée après 12 minutes. On remonte donc, mais assez doucement au début. Le jour apparaît vers 60 mètres. Plus tard lorsque je veux enrichir en manuel, rien ne se passe ! J’ai beau appuyer sur l’inflatteur nada !, Merde pensais je panne d’oxy ? Je check les cellule tout va bien et le solenoide injecte ! Lors des testes tout marchait , donc je tripatouille le toyo et hop ca marche ! Superbe. On atteind la barre de palier et les italiens qui finissent. C’est long et le froid s’installe. Enfin on sort au bout de 98 min. semi-rigide
Serge et son fils nous attendent avec la brioche le thé les FRAISES TAGADA !!! MIAM Serge met poignée dans le coin et on dose la barge de phiphi sur le retour. papa se les meules

On se les meules au retour !

valee de chambery En discutant avec un des Italiens, ils me confirment que celui-ci est l’inventeur d’une épave de sous marin retrouvé par 123m de fond au large de gène, mais je n’ai pas eu le temps d’approfondir la conversation c’était l’heure de partir.

 

 

Belles couleurs dans le ciel de chambéry au dessus du lac du bourget

profil fw58 lac du bourget

Publié le

Tee shirt Deep CCR Tartiflette Team

Tee Shirt Deep CCR Tartiflette Team FW58

Tee shirt Deep CCR Tartiflette team Epave avion FW58

Enfin nos tee shirt sont là !

Tee Shirt Deep CCR Tartiflette Team FW58
Tee Shirt Deep CCR Tartiflette Team FW58
Tee Shirt Deep CCR Tartiflette Team FW58
Tee Shirt Deep CCR Tartiflette Team FW58

Cela faisait depuis le mois de Février qu’on les avait mis en commande, trouver l’artiste pour dessiner le visuel et passer la commande auprès de la miss qui nous avait fait les polaires. Fi plus de nouvelles, puis mené en bateau, raison X ou Y Bref il a fallu que je recommence tout de Zéro, enfin ils sont là en super 100% coton 240g du BC menfit coupe moderne près du corps. C’est le Tee shirt FW58 du lac du Bourget du Deep CCR Tartiflette Team.

 

 

/// Epave avion FW58 lac du bourget
/// plongée epave FW58 lac du bourget 16 11 2008
/// Epave FW58 lac du bourget 15/11/208

Publié le

Plongée sur l’épave de l’avion Nazi FW58 au lac du Bourget

Plongée sur l’épave de l’avion Nazi FW58 au lac du Bourget

Bri arrêtai pas de nous casser les pieds avec l’épave de l’avion, le FW58 avion Nazi au fond du Lac du Bourget, donc j’ai demandé à Philippe Cathiard de Savoie plongée de nous arranger ça pour ce Dimanche 28/7/2009. Jérôme dit pervers pépère a dit présent aussi.

Vendredi Soir je fonce à la gare chercher Pervers qui arrive TGV de 18H30 sous la pluie, pour une fois que la HASSAN CEHEF est à l’heure faut qu’il pleuve ! Il doit plonger le lendemain matin et après midi pour se familiariser avec l’eau sombre, noire et froide du Lac du Bourget. Bon les courses sont faites pour le BBQ ce soir, le WE promet d’être hyper calorique.

En attendant on fonce chez Savoie Plongée pour faire les gonflages et monter la machine de Jérôme afin qu’elle soit prête le lendemain, elle est en kit sa bouzigue ! Cause TGV.

Un bon repas à base de spaghettis bolognese avant la dure journée du lendemain.

Bon dodo car demain c’est fête à bras.

Samedi pendant que certain sont au boulot, mon pervers s’enquille sa petite 60 le matin et une 70 l’après midi pour faire plaisir à Brigitte qui vient d’arriver. Bon un profil inversé, pour un moniteur fédéral, qui plus est juste promu moniteur recycleur inspiration, ca mérite bien qu’on lui enlève une étoile non ?

Bon là cette fois le BBQ est loupé !

De retour à la maison on chauffe le BBQ et on ouvre moult jus de vigne rosé des région de Corse, Bandol, et d’Aix en Provence. Les Saucisses et autres cuisses de poulet grillées ne font pas les fières, faut bien se sustenter avant ce WE de grosses plongées. D’un commun accord c’est le Bandol qu’on préfère.

Dodo pas trop tard car Dimanche matin on a rendez vous à 7H00 et on veut le Lac lisse pour baliser l’avion, un peu de Armin dans l’i-phone et zou bienvenu Morphée.

Je suis réveillé bien avant l’heure, la peur de louper l’avion sans doute. Après un non déjeuner rapide, on fonce au Bourget, Philippe n’est pas là, mais Stéphane nous attend. Le temps de prendre un café et un pain au raisins, on monte les machines. Direction le Lac du Bourget, C’est Laurent qui fera la sécu surface avec sa femme.

En sortant du port Philippe nous averti «  On va faire l’avion mais on risque de ne pas le voir, c’est un risque, faut l’accepter, on va peut être descendre à 110 mètres et remonter bredouille, si vous ne voulez pas on va au meunier ? » Certain réponde par l’affirmative, papa propose Charpignat ???? OOUUAARRFFF (plongée du bord 40m)! Moi je ne dis rien, j’ai décidé que je remontais pas tant que je ne l’avais pas vu !

On est prêt !

Nous serons 6 plongeurs, Philippe en binôme avec Stéphane, Jérôme avec Brigitte, papa et moi. Arrivé sur site on tourne autour afin de bien faire concorder les points GPS relevé et l’écho du sondeur. Le lac frémit un peu sous le vent du sud.

Un point du GPS correspond pile poils avec l’écho du sondeur, feu on lance la gueuse ! Après un autre passage de contrôle il semblerait que l’épave soit 10 mètres plus au sud.

Echo sondeur de l’avion nazi FW58 du lac du bourget

Philippe fait un rapide briefing de sécurité, et demande qui veut descendre en premier rapidement en premier car si l’avion n’est pas au rendez vous il va falloir le trouver avec un compas et un bobino, avant que les autres n’arrivent.

Papa se propose, super j’adore ça, de toute façon je comptai bien le faire.

J’emmène mon appareil photo dans son caisson Ikelite 60m. Tout le monde me traite de kamikaze, ce à quoi je répond que j’ai déjà pris des photos à 103m avec, et c’est soit je vois l’avion et je fais les photos, soit on le vois pas et le caisson implose !

On se met a l’eau, un rapide bubble check à 8 mètres ET GAZ FEU !!! on met la poudre, on ne gonfle rien, on respire le moins possible, on palme. Je me retourne de temps en temps pour surveiller si papa me suit, on arrive a 100 mètres en 3’34 ». Faut pas toucher la ligne en descendant et le temps qu’on sorte les flaps et qu’on gonfle comme des malades en bas c’est juste pour s’équilibrer. Je balance les 80w de mon bersub, et commence à balayer, de gauche à droite et bonheur il est là face à moi de nouveau j’aperçois la queue, j’en crie de joie : c’est une habitude.

Même avec le givre ca rend pas mal pour mon petit sony !

On l’avais remarqué pendant la descente et ca se confirme, l’eau est turbide, sans doute à cause des grosses pluie de ces derniers jours, les rivières ont charriés des tas de particules en suspension. Les 80 watts de mon phare ont du mal à pénétrer cette légère touille.

Bon je la met quand même mais bon foutun givre ! ca fait raler quand même on voit quand même la structure treilli du fuselage !

On descend le long du fuselage, mais on n’est pas encore très bien équilibré suite à notre descente de malade et je pose une palme par terre, qui soulève un chouille (y aura pas que nous, n’est ce pas bri, papa ?). On descend au cockpit, et on commence à faire le tour doucement.

On tombe sur la plaque signalétique ! merde ce givre !

Bri et Jérôme nous ont rejoint. On passe en revu les ailes le train atterrissage la plaque signalétique. Je fais deux trois photos, le caisson fonctionne mais il y a plein de buée sur l’objectif, résultat de la surchauffe sur le bateau au soleil, et de la température de 6° au fond de l’eau : c’est ballo y fonctionnait. On fait notre 360° on est revenu sur le cockpit, on croise Stéphane et Philippe qui sont là aussi. Tiens au fait il est ou le bout ? Bonne question ! Je fais tourner un peut le faisceau de mon phare vers la queue et le trouve : je suis rassuré ! On remonte le long du fuselage jusque la queue je veut essayer de prendre la croix gammée : pif paf sony, c’est dans le caisson ! Bon on se regarde avec papa on a un Temps total de remonté de 122 min annoncé ouf chaud ! On décolle un petit peu après 19 minute
s, les autres ne tardent pas à nous suivre.

Un dernier coup d’oeil à la queue avant de décoller !

On gazouille pour remonter et on continue à charger un poil. Les premiers paliers arrivent vers 50 mètres. Jérôme et bri nous rattrapent, comme nous avons du passer le plus de temps au fond nos paliers ont commencé plus bas que les autres. Jérôme a froid, il n’a pas l’habitude et n’a pas les bon vêtements, heureusement l’eau va se réchauffer à partir de 18 mètres. Il fait 11° à 13m, 19° à 6m et 20° à 4,5m.

C’est long, c’est long lllooonnngggg papa craque ! Il commence à m’entreprendre par derrière sans me demander la permission ! A la sauvage, c’est pas que je veux pas quoi ! Mais j’aimerai bien être au courant, un minimum de romantisme bordel !

Papa me fait les gros yeux j’ai refusé ses avances !

pourtant j’ai les yeux plein d’amour !

Au bout de 124 minutes ! Je sorts enfin, fais grand beau, le lac est plat, et Laurent et sa femme nous aide à sortir. On est heureux, on a la banane on la vu ! Et bien vu ! On rentre au magasin, puis à la maison ou une bonne pitance à base de bonne viande, patate et et riz nous attend, mais priorité des priorité une bonne bière d’abord.

On echange les premières impressions en sortant de l’eau.

Le BBQ de dimanche midi pour reprendre des forces.

On se quitte rassasiés, bri rentre dans son Helvétie natale, papa s’en retourne au fin fond de l’Ain et nous on ramène pervers à son TGV.

Vivement dans quinze jours à Cavalaire !

Profil de notre plongée

PS : Jérôme m’a avoué à table qu’en arrivant au fond il a hésité un moment avant de lâcher le bout, et de partir sur l’avion, et si on le le retrouvait pas dans le noir ce foutu bout ?! C’est çà la plongé en lac, c’est du mental, c’est une école.

Publié le

Epaves lac du bourget

Epaves du lac du Bourget

EPAVES DU LAC DU BOURGET

Liste des ÉPAVES DU LAC DU BOURGET. A chaque fois que nous allons en trouver une lors de nos plongées on la listera ci après afin de vous en faire profiter.

Il y a un certain nombre d’épave dans le lac du Bourget. C’est la plus grande masse d’eau en France. Avec son passé, son histoire, il est normal qu’il y ai des épaves. Il y en a des connus, des plus rares et d’autres que ne l’on connait pas encore.

A Charpignat au BOURGET DU LAC il y  a 4 épaves : l’épave MARINETTE vers 3, 4.5m et l’épave de l’ARCOA à 20m qui servent bien pour les baptèmes et les exercices de plongée et une épave d’une Barge vers les 50 mètres presque dans l’axe des bouées. Plus récemment on a découvert une ÉPAVE DE VOILIER dans les 55, 58 mètres. Avant de s’engager dans une plongée longue profonde et technique vérifier la météo du lac du Bourget.

Épaves lac du Bourget : MARINETTE

Epave lac du Bourget Marinette Charpignat
Epave lac du Bourget Marinette Charpignat
Epaves du lac du Bourget Marinette Charpignat
Epaves du lac du Bourget Marinette Charpignat
Epave du lac du Bourget Marinette Charpignat
Epave du lac du Bourget Marinette Charpignat
Epave du lac du Bourget Marinette Charpignat
Epave du lac du Bourget Marinette Charpignat
Epave du lac du Bourget Marinette Charpignat
Epave du lac du Bourget Marinette Charpignat

Epaves lac du Bourget à Bourdeau

Épaves du lac du Bourget à Bourdeau
Épaves du lac du Bourget à Bourdeau
Épaves de la FIAT au lac du Bourget à Bourdeau
Épaves de la FIAT au lac du Bourget à Bourdeau

A Bourdeau au Bourget du lac il y a trois Épaves ou ce qu’il en reste, puisque les pompiers « s’amusent à intervenir dessus afin de faire des exercices. Il y en a une à 11m une BMW ,la deuxième et la troisième sont à 40 m une Peugeot 304 et une Fiat 128 ,la dernière est à 50m il s’agit d’une AX spot. Ces voitures, pour la plus ont été jetée à l’eau par ceux qui les avaient volées pour masquer leur forfait.

Épaves lac du Bourget : la barge aux plongeurs à Charpignat

L’épave de la barge aux plongeurs se trouve en face de Charpignat à 60m, il faut descendre à la bouée de 40 mètres, puis prendre le cap, tourner à gauche prendre le cap et paf !! on est dessus ! C’est dans le CR. On peut aussi prendre le cap directement directemnt de la plage .. 😉

Épave de la barge spéléo au lac du Bourget à Charpignat
Épave de la barge spéléo au lac du Bourget à Charpignat

Épaves du lac du Bourget : l’épave de l’avion Nazi FW 58C à 112 mètres

Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget

 

C’est la plus belle de toute les épaves du lac du Bourget, et qui sait même de beaucoup d’endroit : inaccessible par sa profondeur au commun des plongeurs, chargée d’histoire, c’est celle qui berce nos rèves.

Histoire de la plus belle épave du lac du Bourget : le FW 58C

Le 30 Mars 1944, un avion allemand, un Focke Wulf 58C, un avion école de reconnaissance, décole de Lyon Bron avec 4 pilotes à bord.

Focke Wulf 58C
Focke Wulf 58C

Après quelques minutes de vol, ils se sont mis en tête de faire un rase motte au dessus du lac du Bourget pour se faire plaisir. Bien mal leur en a pris. Juste en passant au dessus de Chatillon au sud du lac du Bourget, l’avion pique du nez et s’écrase dans l’eau froide du lac. La scène se passe devant des pécheurs de Conjux qui arrivent à temps pour sauver deux pilotes, mais les deux autres sont déjà morts. L’avion met une vingtaine de minutes avant de sombrer au fond du lac emportant les deux corps.

Les deux pilotes allemands sauvés seront récupérés plus tard par le colonel commandant la base de Bron. En guise de remerciements, le Colonel Allemand fit libérer quatre prisonniers originaires de la région. Cette histoire est bien connu des habitants de Chindrieux et Conjux et est authentifié par les archives militaires allemandes de Fribourg.
Depuis lors, une association Fahrenheit 32 présidée par Roger Pilloud a tout fait pour retrouver l’épave et pour la protéger en mémoire de ce qui s’est passé. En 1993 l’Ifremer effectue des relevés topographiques au sondeur, du lac du Bourget, afin d’établir des courbes de niveaux et profondeurs du lac. Elle remarque une anomalie au sondeur et en parle à la sté Hydrokarst qui envoie un technicien et un ROV, un robot téléguidé.

Ce robot fut même coincé dans l’épave, et c’est grâce à un second robot manipulateur que le premier pu remonter.

Images de l’épave du FW58 gisant au fond du lac du Bourget prise par le ROV de Hydrokarst

Photos de l'épave du FW 58C prise par HydroKarst
Photos de l’épave du FW 58C prise par HydroKarst
Photos du cockpit de l'épave du FW 58C prise par HydroKarst
Photos du cockpit de l’épave du FW 58C prise par HydroKarst

La première plongée sur l’épave du FW 58C au lac du Bourget

Article du Dauphiné libéré consacré à la première plongée sur l'épave du FW 58C
Article du Dauphiné libéré consacré à la première plongée sur l’épave du FW 58C
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget

La découverte et l’authentification de l’épave du FW 58C a été possible grâce à cette sociéte. Ils en ont profité pour relever les coordonnées GPS de l’épave.
Ces coordonnées furent communiquées à Philippe Cathiard de Savoie plongée, afin qu’il puisse plonger dessus. Pourtant le premier à plonger sur l’épave du FW58 fut Jean Marc Blache et son équipe qui avait aussi eu les coordonnées GPS de l’épave et qui plongea en octobre 2004. Le Dauphiné Libéré leur consacra un reportage à l’époque.

Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l'avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget
Épave de l’avion Nazi FW58C au Fond du Lac du Bourget

Philippe Cathiard plongea l’année suivante, en 2005 avec son ami Stéphane Havard et firent même un film : Video FW58 et remontent des superbes photos. (Merci à eux).
Un des moteurs de l’épave a été araché lors du choc de l’avion dans l’eau et git sur le fond un peu plus loin. Aujourd’hui bien que le froid, le manque de lumière et d’oxygène préserve l’épave, celle ci souffre, la toile qui recouvre l’ossature part en lambeau, et l’ossature commence à s’effriter. L’épave du FW 58C est plantée le nez dans la vase, le nez de l’avion, avant le cokpit, a complètement disparu dans la vase, témoin de la violence et de la vitesse à laquelle l’avion a du percuter la vase.

Photos Copyright Stéphane Havard et Philippe Cathiard, 2005.
y en a t il d’autre ? certainement des voiliers mais non défini Il y a une copie de riva qui a coulé en plein été, il sortait de réparation. A suivre….

 

Publié le

Plongée épave avion FW 58 lac du Bourget

Plongée épave avion FW 58 au lac du Bourget -112 mètres

Première et superbe plongée sur l’épave du FW 58 du lac du Bourget l’avion Nazi coule pendant la seconde guerre mondiale.

Bin, on peut le dire ça a merdé, aujourd’hui. Depuis hier on est fier, on a les images pleins la tête, et quand même une certaine appréhension d’y retourner, ce n’est pas rien 107 mètres en pleine eau dans le noir à 6° et la déco à 6 mètres dans de l’eau à 10 degrées.
On a décidé d’y retourner. Pour aujourd’hui, l’idée c’est de faire plus court, il fait toujours aussi froid dehors et de lancer une gueuse plus lourde avec un bout plus gros pour arrimer le bateau dessus pendant la plongée. On décide donc de lancer la gueuse de 40 kg sur un bout plus gros et pour être sur de bien le placer on le fera coulisser le long du bout d’hier par un lasso.
Ce qui devait arrivé, arriva, tout se bloque à 70 mètres et en plus je remarque au sondeur que le bateau a reculé de 16 mètres. On se débat, on remonte un poil la gueuse, et on redescend le tout et enfin elle arrive au fond.
On s’équipe et on part. Comme hier je suis devant et j’essaye de descendre assez vite, car on a décidé de ne pas rester longtemps au fond, pour ne pas charger trop de palier. Par rapport à hier il fait noir tout de suite. J’arrive à 96 mètres en 4 min et le temps que je me stabilise je suis à 99 mètres. Pendant ce temps je balaye avec le HID 360 ° autour de moi : NADA.
Là je pense que nous allons connaître un grand moment de solitude. Philippe et Thierry arrivent peu après, Thierry pensera même en arrivant sur moi, en voyant le faisceau lumineux du HID balayer l’obscurité dans tous les sens, que c’était perdu d’avance.
On descend à la vase, et là surprise, la gueuse de 40 kg(dia 15 x 70 cm) a littéralement disparu entièrement dans la vase, ni le crochet, ni le mousqueton ne sont visibles, le bout disparaît dans la vase. Surprise, le petit bout d’hier est entièrement enroulé sur la vase autour du gros bout, c’est la mouise. Philippe saisie le bout et nous voilà partie à palmer sur 10 mètres devant nous style commando et à d’écrire un arc de cercle pour trouver le FW 58. NADA.
Moi à 12 min, j’en ai plein le dos on a dépassé les temps que nous nous sommes impartie et je fais signe que je souhaite remonter. On décolle. On envoie le parachute Orange, et je switch à 40 mètres. La luminosité est nulle, ma purge prend l’eau comme d’hab et je me gèle à 6 m. Enfin on sort et il fait beau. Le temps de plongée est de 91 minutes.
De retour sur le bateau, on échange nos impressions, on est quand même déçus, mais on ne peut pas laisser nos bout et nos gueuses comme çà.
Je met Sergio au défit qu’il est impossible de sortir la gueuse de la vase, et un pari idiot après, Sergio et Gil tirent comment des ânes sur le bout, et ça vient !!!!

Vas y sergio ya gros à gagner pour toi si tu réussi !!!!

Cela prend beaucoup de temps, c’est lourd et harrassant, au sondeur on voit la gueuse à 45 mètres et aussi la petite gueuse d’hier qui décolle à 91 mètres. Sergio s’habille, prend un bloc, un de mes blocs de déco, et cinq parachutes et descend à 45 mètres pour soulager la gueuse. De retour sur le bateau, on recommence et c’est beaucoup plus facile. On remonte tout ce sac de nœuds sur le bateau.

Ca sufisait pas pour tout remonter.

On se quitte on a perdu une bataille, pas la guerre.

plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__24_.JPG
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__25_.JPG
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__26_.JPG
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__27_.JPG
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__28_.JPG
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__51_.JPG
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__30_.JPG
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__31_.JPG
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__32_.JPG
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__33_.JPG

Houlaaaaa c’est profond ! je vois pas le sable !

sondeur-plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__37_.JPG

On voit très bien au sondeur la descente des trois plongeurs, faut pas perdre de temps GAZ ! on respire pas et on gonfle la combi uniquement lorsqu’elle serre trop les roubignolles et que la douleur fait réagire, sinon les deux autres sont à la traine. Beau freinage à partir de 95m et stabilisation à 99m de ma part.

 

Merci à nos plongeurs Sécu Sergio et Gil.

106 mètres et 91 minutes


//// plongée à 108 m sur l’épave du FW58 du lac du bourget

Publié le

Epave FW 58 plongée lac du Bourget

Epave FW 58 plongée lac du Bourget

Plongée sur l’épave du FW58, avion allemand Nazi au fond du lac du Bourget.

Ça y est c’est le grand jour on va plonger l’épave du FW 58 C ! Avec Thierry on attend cela depuis longtemps, on a fait pas mal de sacrifice et de plongée pour cela, Philippe nous emmenne faire l’avion. La météo avait prévu grand beau et maxi 20 km/h de vent et là elle s’est trompée. Ce matin au lever il fait 6°, le ciel est maussade et un vent de force trois balaye le lac du Bourget.
Nous nous mettons à pied d’œuvre et préparons notre matériel pendant que Fabrice et Christophe, les deux plongeurs sécu qui nous accompagnerons prépare le matériel de sécu. Des vagues agitent le lac et perturbent notre arrivée sur zone, nous avons du tiré des bords pour traverser le lac en 1H30 jusqu’à arriver à Chindrieux. Puis vint le temps des repérages au GPS et au sondeur pour localiser l’épave, il fait 8°, l’air est humide nous avons déjà les pieds et les mains transis de froid.
. Plongée Epave FW58 C lac du Bourget

Christophe un de nos plongeurs sécu a mis sa cagoule et est transis de froid, le temps est humide, il y a de la brume il fait 6°, ils sont habillés et prêts à se mettre à l’eau si ca se passe mal.

Soudain l’avion apparaît très clairement au sondeur, gros écho incliné, cela ne peut être que lui. On refait un passage pour être sur.

Christophe et Fabrice lancent alors la gueuse et arriment la bouée.
Thierry, Philippe et moi même nous préparons à nous immerger, je prend deux phares, un HID 10W et mon Halogène de 50W.
plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__51_.JPG

plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__28_.JPG


On s’équipe, même si on sourit on est tendu, nos plongeurs sécu sont au petits soins pour nous aider à nous équiper.

Nous entamons alors la descente, je suis devant, on suit le bout sans trop le toucher de peur de le déplacer, soudain il fait noir et le faisceau du HID fuse dans les ténèbres. J’atteins les 95 mètres en 5 minutes, je m’arrette et me stabilise comme prévu, j’attends mes trinômes qui ne tardent pas.
sondeur-plongee-epave-avion-nazi-fw58-lac-du-bourget-deep-ccr-tartiflette-team__37_.JPG

La magnifiqure trace des trois plongeurs qui descendent et en bas la « virgule » qui est l’écho de l’avion

C’était ça le plan : on cherche à 95 m, pas la peine de descendre plus bas pour chercher si on ne trouve pas l’avion et charger les paliers en vain.
J’agite le faisceau fin et perçant du HID pendant quelques secondes et BINGO la Queue de l’avion et sa croix gammée apparaissent devant nous à 5 mètres au grand maxi :

Très belle image empruntée à jean marc Blache

je crie de joie, on est tombé pile dessus et on l’a trouvé immédiatement. Thierry dira plus tard quand il est arrivé qu’il m’a vu tel le chien en arrêt devant le gibier.
Philippe tient le bout, puis le lâche, je le suis, on fait le tour de la queue puis on descend le long du fuselage, l’ossature est à nue, il manque la toile qui le recouvrait. On continue l’exploration on descend vers le cockpit. Toute la partie avant le cockpit est carrément enfoncé dans la vase, preuve que l’avion a du toucher le fond avec une certaine vitesse pour s’enfoncer si profond.
Au fond dans le cockpit les commandes sont là, ainsi que les sièges, nos ordinateurs indiquent 107 mètres, l’avion est planté quasi verticale avec un angle d’environ 70°, la queue est à 95 m. On fait le tour des ailes, puis Philippe se met en tête de rapproche encore plus la gueuse de l’avion, et le voilà qui force pour la soulever mais elle fait carrément ventouse avec la vase, j’ai failli l’aider, puisme ravise, vaut mieux éviter de s’emmeller à deux dans le bout à 107 m en pleine eau dans une eau à 6°. Transis de froid, je remonte sur la queue de l’appareil et jette un dernier coup d’oeil à mon ordi qui m’indique 85 min de déco, et fait signe à Philippe que je souhaite remonter, Thierry n’attendait que cela, on quitte l’avion à 16 minutes.
La longue et froide remonté commence. A 60 mètres je ferme l’ADV. A 50 mètres on coupe l’éclairage il fait assez jour pour lire les instruments. Pendant la remonté on continue à saturer et à charger jusqu’à avoir 95 min de déco. A 40 mètres je switch sur NX28 au diluant et rince. On Gagne 20 minutes d’un coup.
On fait monter les ppO2 et les ordi gueules. Philippe lance un parachute orange pour signaler que tout se passe bien. Il fait froid et on n’arrive pas à se réchauffer, car l’eau est seulement à 10° en se rapprochant de la surface, on est quand même le 15 Novembre. A 6 mètres nous retrouvons la barre de déco avec la B15 d’oxygène au cas ou, et c’est parti pour 43 min de déco !

Thierry et Phillippe au palier à la barre à 6 mètres.

Ha la joie de sortir, enfin, nos plongeurs sécu nous aident à sortir de l’eau et à nous déséquiper, et une fois sur le bateau la joie éclate : VENI, VEDI, VICI. On a les images dans la tête et c’est fantastique.

Une partie du matériel

112 mètres 106 minutes

 

 

Merci à Philippe, Thierry, et bien sur nos plongeurs sécu Christophe et Fabrice. Merci à Jean Marc Blache du team NPSFQQA qui me prête sa photo de l’avion car je ne suis pas équipé pour prendre des photos à ces profondeurs